Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Que faire en cas d’abus sexuel,
abus de pouvoir ou de conscience ?

Si vous avez été victime de violences sexuelles (attouchement, agression, viol…), d’abus de pouvoir ou de conscience, notamment dans le cadre d’activités organisées par la Communauté de l’Emmanuel ou de la part d’un de ses membres (prêtre ou laïc), nous vous encourageons à prendre contact avec des personnes qui pourront vous écouter et vous aider. Toute personne victime a le droit de porter à la connaissance de la justice les violences qu’elle subit. Vous pouvez pour cela vous rendre auprès des services de police ou de gendarmerie pour déposer plainte. Par ailleurs, vous pouvez aussi recevoir l’aide de professionnels qui pourront vous écouter et vous aider.

Il existe des organismes adaptées et indépendantes de l’Eglise Catholique. Il existe aussi des cellules d’écoute au sein des diocèses et, dans certains pays, des organismes qui agissent au nom de l’Eglise mais qui bénéficient d’une totale indépendance (vous trouverez ci-dessous quelques adresses utiles en France).

Si vous le souhaitez, vous pouvez contacter la Commission de Prévention et de Lutte contre les Abus de la Communauté de l’Emmanuel. Pour cela, merci de prendre contact par mail :  ecoutevictime@emmanuelco.org. Votre mail sera lu par un de ses membres qui entrera en contact avec vous pour fixer les modalités d’une écoute. Soyez assurés de notre plein soutien dans votre démarche.

Si vous souhaitez une information ou avez une interrogation, vous pouvez contacter la Commission de Prévention et de Lutte contre les Abus : cpla@emmanuelco.org

Quelques adresses utiles en France

 

Voici quelques organismes indépendants de l’Eglise Catholique :

Vous pouvez également contacter une instance de l’Eglise Catholique :

Chemin de Reconnaissance et de Réparation :

  • Pour les violences sur Mineurs, les évêques de France ont lancé en novembre 2021 l’Instance Nationale Indépendante de Reconnaissance et de Réparation (INIRR). L’INIRR a pour objectif de porter le devoir de justice et de réparation à l’égard de victimes de violences sexuelles dans l’Église, quand elles étaient mineures. La Communauté de l’Emmanuel a contribué au fonds SELAM qui finance les démarches de réparation portées et mises en œuvre par l’INIRR. 

  • Pour les violences sur majeurs, il existe la Commission Reconnaissance et Réparation (CRR), instance indépendante créée par la Conférence des Religieux et Religieuses de France (CORREF) pour les communautés religieuses et communautés de vie. La Communauté de l’Emmanuel qui n’est ni une communauté religieuse, ni une communauté de vie et dont les prêtres sont diocésains, ne relève donc pas de la CRR. Elle attend les conclusions du groupe de travail et de réflexion sur la réparation pour les personnes majeures qui a été lancé en novembre 2023 par la Conférence des Evêques de France.

En savoir plus

sur la Commission de Lutte et de Prévention contre les Abus (CPLA)
de la Communauté de l'Emmanuel

La CPLA est la Commission de Prévention et de Lutte contre les Abus au sein de la communauté de l’Emmanuel.

Comme il est mentionné dans les statuts de la Communauté de l’Emmanuel depuis juillet 2023, « La Communauté de l’Emmanuel comprend une commission interne, chargée de prévenir et d’examiner les divers abus portant atteinte à la conscience, la dignité, l’intégrité physique ou psychique des personnes qui pourraient être commis dans le cadre des missions de la Communauté ou par l’un de ses membres. » (Article 61)

La CPLA a particulièrement en charge de :

  • Répondre à toute personne qui la sollicite pour un conseil ou une écoute concernant une situation d’abus (pouvoir, spirituel, sexuel)
  • Evaluer les situations qui lui sont remontées, faire les démarches qui s’imposent, et établir des préconisations dans le cadre des situations internes.
  • Initier et suivre les actions de prévention au sein de la Communauté.
  • Déployer des actions de sensibilisation en interne pour tous, en particulier dans les formations des personnes en responsabilité.

Il ne faut pas confondre la CPLA avec une Instance Indépendante de reconnaissance et réparation telle que l’INIR (voir la question : A quelle instance de reconnaissance et réparation la communauté adhère-t-elle ?)

Elle a été voulue et créée en 2018 sous l’impulsion du Modérateur Général et du Conseil International de la Communauté de l’Emmanuel pour coordonner les actions de lutte et de prévention contre les abus sexuels, de pouvoir et de conscience, au sein de Communauté de l’Emmanuel. Le dicastère Laïcs, Famille et Vie, dont dépend la Communauté de l’Emmanuel, a immédiatement encouragé cette initiative et l’a accompagnée. Les violences sexuelles, les abus de conscience et de pouvoir, ont été et sont encore trop nombreux au sein de l’Eglise pour ne pas y accorder un engagement, une énergie et une détermination à la mesure des enjeux.

Une commission interne permet d’ouvrir une possibilité supplémentaire aux victimes pour libérer la parole. Il est difficile et douloureux pour une personne victime de parler de ce qu’elle a vécu. Certaines personnes veulent parler à des instances externes, d’autres préfèrent parler à une instance interne à la communauté. Plus les plaignants auront de points d’entrée possibles pour être écoutés, plus la libération de la parole sera facilitée et plus la lutte contre les abus sera efficace. Sur notre site internet, nous proposons d’abord les instances externes, puis nous mentionnons la possibilité d’être écoutés par la CPLA pour ceux qui le souhaitent.

Par ailleurs, l’intérêt d’une commission interne est aussi de pouvoir agir de manière pertinente au sein de la communauté pour préconiser des évolutions possibles.

Une équipe dédiée se révèle donc indispensable pour mettre en place un dispositif de prévention et de lutte solide et coordonner l’ensemble des actions au sein de la communauté.

Par ailleurs, la CPLA travaille en lien avec les autres instances civiles ou d’Eglise pour bénéficier de leur regard et de leur expertise (Instances civiles : avocat conseil spécialisé, CRIAVS et autres professionnels spécialisés, Gendarmerie, CRIP…  – Instances d’Eglise : Dicastère Laïcs, Familles et Vie, Conférence des évêques de France, Cellules d’écoute diocésaines, Promesses d’Eglise…). Elle soumet chaque année un bilan d’activité détaillé au Dicastère Laïcs, Famille et Vie.

La CPLA est auditée par un organisme externe tous les 5 ans au plus. Le dernier audit a eu lieu en 2023.

Depuis le 11/07/2023, la mention de l’existence de cette commission de prévention et de lutte contre les abus a été intégrée dans les statuts canoniques de la Communauté de l’Emmanuel afin de garantir la pérennité de l’engagement de la Communauté dans la lutte et la prévention contre les abus.

Le président de la CPLA est François Content, nommé par le Modérateur Général de la communauté, avec l’accord du Conseil International de la Communauté.

Les autres membres, nommés par le président de la CPLA, sont : 

▪ Olivier de Chassey (vice-président)
▪ Michèle Menut (psychologue)
▪ Benoît Laplaize (international)
▪ Christophe Liony (prêtre et médecin)
▪ Cécile Robert (professeur des écoles)
▪ Agnès de Sèze (assistante de direction)
▪ Marie-Aimée Plenet (infirmière)
▪ Thierry de la Villejégu (cadre dirigeant)
▪ Delphine Blot (membre externe, juge)
▪ Walter Albardier (membre externe, psychiatre)

Parmi ces membres, tous les états de vie sont représentés : prêtre, laïc et laïc consacré dans le célibat.

La CPLA recherche 2 membres externes supplémentaires : un prêtre canoniste et un psychologue.

Lorsqu’il s’agit d’une demande d’aide et de conseil, la CPLA s’engage à :

  • Offrir un temps d’échange pour mieux comprendre la demande.
  • Partager ses préconisations d’actions à mener et accompagner leur mise en œuvre si nécessaire.

Lorsqu’il s’agit de l’écoute d’une personne plaignante, la CPLA s’engage à :

  • Offrir une écoute réalisée par 2 de ses membres et selon un processus établi dans le règlement intérieur.
  • Etablir un compte-rendu d’écoute validé par la personne écoutée
  • Informer de l’analyse de la situation et des actions initiées :
    • Signalement éventuel aux autorités civiles et/ou ecclésiales
    • Préconisations internes à destination des responsables de la communauté
  • Maintenir un lien avec les victimes si elles le souhaitent.

Les évêques de France ont mis en en place en 2021 une instance de réparation pour les personnes victimes mineures de prêtres diocésains (l’INIRR). Pour ses prêtres qui sont incardinés dans les diocèses, la Communauté de l’Emmanuel relève donc de cette instance dont elle soutient les actions en contribuant financièrement au fonds SELAM.

A ce jour, il n’existe pas de telle instance pour les personnes majeures victimes de prêtres diocésains. Un groupe de travail a été lancé par les évêques de France en novembre 2023 à propos des personnes victimes majeures. Comme nous l’avons fait pour l’INIRR, la Communauté de l’Emmanuel participera à ce qui sera mis en place à l’issue de ce travail par les évêques de France.

La Conférence des religieux et religieuses de France (CORREF) a monté de son côté une instance (la CRR : Commission Reconnaissance et Réparation) pour les victimes mineures et majeures de membres de congrégations religieuses et ou d’instituts menant la vie commune. La Communauté de l’Emmanuel n’étant pas une congrégation religieuse et ne menant pas la vie commune, elle n’a pas adhéré à la CRR.

Procédures et bilans annuels de la cpla

Nos règles et procédures

Télécharger ci-contre nos règles et procédures
pour garantir la protection
des mineurs et personnes vulnérables
(mise à jour septembre 2022)

Communiqués et articles

Communique du 27 avril 2024

Communication du 27 avril 2024

Communiqué au sujet de la mise en examen d’un prêtre ayant été membre de la Communauté de l'Emmanuel.
Communique du 24 janvier 2024

Communiqué du diocèse de Paris, de la Communauté de l’Emmanuel et du diocèse de Lyon

Le diocèse de Paris, la Communauté de l’Emmanuel et le diocèse de Lyon ont pris la décision de rendre publiques les décisions suivantes.
6 11

Communication du 16 janvier 2024

Communication au sujet d'un tweet sur X (ex-twitter) du lundi 15 janvier 2024.
Communique

Communication du diocèse de Tshumbe (République Démocratique du Congo)

Communication au sujet du père Antoine Kitanja Lokavu.
Communique 10 juillet 2023

Communiqué de Mgr Vuillemin, évêque du Mans, et de la Communauté de l’Emmanuel

Fin de procédure pénale canonique
Bilan activite 2022

Bilan d’activité 2022 de la Commission de Prévention et de Lutte contre les Abus

Ce troisième bilan d’activité présente les principales actions de la Commission de Prévention et de ...
Vignette Facebook Eveques Lourdes 23

Évêques de France à Lourdes : nouvelle étape pour la protection contre les violences

Etape cruciale dans la lutte contre les abus dans l’Eglise, les évêques français, à Lourdes, doivent se prononcer sur les 60 propositions des groupes de ...
Un apres la CIASE

Un an après le rapport de la CIASE

Un an après la publication du rapport de la CIASE, Mgr Eric de Moulins-Beaufort revient sur ce qu'a fait l'Église depuis. Interview par Philippine de ...
Vignette Facebook Lutte abus 2021

Bilan d’activité 2021 de la Commission de Prévention et de Lutte contre les Abus de la Communauté de l’Emmanuel

Vous trouverez ci-dessous le second bilan d’activité de Commission de Prévention et de Lutte contre ...
Assemblee pleniere

Clôture de l’Assemblée Plénière des Evêques de France : discours de Mgr Eric de Moulins-Beaufort et décisions prises

Le 8 novembre s’est conclue l’assemblée plénière des évêques de France. Une assemblée exceptionnelle un ...