Amis dans l’Esprit Saint : bienheureux Marie-Eugène de l’Enfant Jésus et Pierre Goursat

Amis dans l’Esprit Saint. Cette expression qui peut sembler mystérieuse est devenue comme une lumière pour les participants du colloque organisé par le Studium de Notre-Dame de Vie et la Communauté de l’Emmanuel qui s’est tenu à Paris le 4 février dernier. Près de 250 personnes se sont mis à l’écoute de l’Esprit durant une journée.

Amis dans l’Esprit Saint. Ces amis, ce sont deux grandes figures du XXe siècle : le bienheureux Père Marie-Eugène de l’Enfant Jésus, fondateur de l’Institut Notre Dame de Vie, et Pierre Goursat, fondateur de la Communauté de l’Emmanuel. Ils ne sont jamais rencontrés mais en écoutant les différents intervenants du colloque il est apparu très clairement qu’ils étaient tous deux une réponse de l’Esprit Saint pour notre temps.

Dans la matinée, deux historiens, les pères Bernard Peyrous et Bernard Minvielle, ont brossé un panorama du siècle dernier pour situer les figures de Marie-Eugène et de Pierre Goursat. Le premier a été marqué par les événements du début du siècle : la persécution des catholiques en France jusqu’en 1914, puis la Grande guerre où il a connu les tranchées, puis l’essor de la pensée catholique dont il a été un des plus beaux fleurons. Le second qui a vécu la crise qui a suivi la seconde guerre mondiale puis celle de l’après Concile Vatican II a pu, par sa fidélité, être le catalyseur d’un nouvel art de vivre.

Les points communs entre ces deux témoins ne manquent pas. Les organisateurs en avaient choisis deux qui ont été développé l’après-midi : l’action et la contemplation ; la petite Thérèse. Marie-Eugène et Pierre Goursat ont été tous deux de grands contemplatifs, mais aussi des témoins actifs. Le Père Marie Eugène soulignait ainsi que l’action n’est pas le simple trop plein de la contemplation, un débordement du superflu, mais le jaillissement vital qui féconde l’Eglise. Oraison et action, adoration et évangélisation sont indissociables. Elles sont unies chez eux dans un même mouvement ; l’une appelle l’autre.

Tous les participants ont été touchés par la présence quasi palpable de la petite Thérèse à cette journée. La messe du jour, présidée par Mgr Thibaut Verny, évêque auxiliaire de Paris, était célébrée dans la chapelle des Apprentis d’Auteuil, bâtie par le bienheureux père Brottier et premier sanctuaire dédié à Sainte Thérèse. Mais outre le lieu, tous ont pu constater l’amitié spirituelle très forte qui liait Thérèse de Lisieux au Père Marie-Eugène et à Pierre Goursat. Il a été question d’humilité, d’abandon, de confiance, de foi, de charité, d’espérance… tous les ingrédients de la fameuse petite voie de la sainte de Lisieux.

Mais la personne la plus présente, celle qui a vraiment touché les cœurs pendant cette journée, fut sans conteste le Saint Esprit. Il est apparu très clairement que ce qui faisait de Marie-Eugène et de Pierre Goursat des amis indissociables, c’était leur docilité à l’Esprit Saint, le fait qu’ils avaient tous les deux accepté de se laisser brûler par son amour. Les participants au colloque l’ont bien compris. Il ne s’agissait pas seulement de venir écouter de belles conférences, mais par l’intercession de ces deux témoins, d’entrer dans ce feu de l’Esprit pour servir les hommes et les femmes d’aujourd’hui.

Dernier détail, mais significatif : les participants au colloque ont eu la joie de pouvoir célébrer la première fête liturgique du Bienheureux Père Marie-Eugène, béatifié en novembre dernier. Pourquoi un détail significatif ? Parce qu’il résume en quelque sorte toute cette journée : comme Marie-Eugène, nous sommes tous appelés à la sainteté. Cette sainteté est possible. Nous en avons vu des témoins.

Bienheureux Marie-Eugène : un témoin en son temps, Père Bernard Peyrous

Pierre Goursat : homme de renouveau et témoin de tradition, Père Bernard Minvielle

La docilité à l’Esprit, Père François-Régis Wilhélem

Humilité et confiance en Dieu, Père Francis Kohn

La puissance de la Miséricorde, Père Louis Menvielle

Pierre Goursat : de l’adoration à l’évangélisation, Martine Catta

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur facebook
Je partage
sur Facebook
Partager sur whatsapp
J'envoie
via Whatsapp
Partager sur email
Je transmets
par mail

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles d'actualité

« Rencontrer, écouter, discerner » au programme du synode

Samedi 9 octobre, 300 participants du monde entier se sont réunis salle du Synode autour du pape François. Le lendemain, le Pape a présidé la messe d’ouverture du parcours synodal sur la synodalité. Voici son homélie en forme de “programme”.

« Église et synode sont synonymes »

Dès 2015, dans son discours pour les 50 ans du Synode des évêques, le pape François indiquait clairement, dans la continuité de ses prédécesseurs, sur quel chemin devait s’engager l’Église pour devenir plus “synodale”. Un discours marquant. Extraits. Par le

Autres articles

Synodalité : éviter les pièges

Comme dans tout voyage, nous devons être conscients des pièges qui pourraient entraver notre progression pendant cette période de synodalité.