Un chant et une méditation sur le lavement des pieds

Pourquoi la célébration du Jeudi saint donne-t-elle lieu au lavement des pieds ? Un chant de l’Emmanuel et les explication du père Dominique-Marie David pour mieux entrer dans cette célébration :

Le Père D-M David, recteur de la Trinité des Monts à Rome

La Messe de la Cène du Jeudi Saint « mère » et « modèle » de toutes les messes, se distingue de toutes les célébrations par l’Évangile et le rite du lavement des pieds. Le chapitre 13 de l’Évangile de saint Jean s’ouvre par une introduction solennelle qui résume tout le mystère pascal et souligne le caractère solennel et exceptionnel du geste qui va suivre : « Avant la fête de le Pâque, sachant que l’heure était venue pour lui de passer de ce monde à son Père, Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout… ».

L’Évangile que l’Église nous donne à méditer le Jeudi Saint au soir, n’est donc pas le récit de l’institution de l’Eucharistie, mais le récit du lavement des pieds (cf. Jn 13,1-20). Cette scène inaugure chez saint Jean le grand récit de la Passion-Résurrection : c’est l’heure de Jésus, annoncée et attendue depuis le premier signe de Cana (Jn 2,4). Jésus, très librement, entre dans son « heure » et il en dévoile le sens et la portée à travers un geste symbolique qu’il invite à comprendre et à refaire.

En fin de compte, l’Évangile et le rite du lavement des pieds nous font entrer très profondément dans le mystère eucharistique : le Christ qui est venu de Dieu retourne à Dieu en montrant jusqu’où va son amour pour les siens. Il se fait l’humble serviteur de ses frères jusqu’à donner sa vie pour eux. Dernier geste avant sa passion, le lavement des pieds nous fait déjà entrer dans la grâce des jours saints et nous prépare à passer avec le Christ de la mort à la vie pour, qu’à sa suite, nous puissions aussi donner notre vie par amour.

En s’inspirant de plusieurs passages de l’Évangile de saint Jean, le chant « Quand l’heure fut venue » évoque à la fois le geste par lequel le Christ Serviteur annonce l’abaissement de sa Passion et le « commandement nouveau », signe distinctif des chrétiens : « ce qui montrera à tous les hommes que vous êtes mes disciples, c’est l’amour que vous aurez entre vous ».


Plus sur la liturgie des jours saints


Découvrez le chant Ô Croix bienheureuse !

Que chanterez-vous aux temps de la Passion ? Sorti en 2017, le chant « Ô Croix bienheureuse » viendra peut-être enrichir vos ...

Triduum pascal : 3 questions à un prêtre

Qu’est-ce que le Triduum Pascal ? Pourquoi cette liturgie un peu exceptionnelle dans les jours qui précèdent Pâques ? Le ...

Les impropères ? Point liturgie

Dieu se plaint à son peuple : les impropères, liturgie inhabituelle, se chantent le Vendredi Saint. Quel est donc le ...


La playlist de Carême des chants de l’Emmanuel