« Avec le Pape, c’est le monde qui soutient l’Égypte »

Le père Henry Fautrad a participé au voyage du Pape en Égypte en avril 2017 d’une manière toute particulière. Il faisait partie des délégués invités à l’université Al Ahzar pour la conférence sur la paix. Interview et photos de cet événement prophétique pour l’Égypte et le monde.

Père Fautrad, à quel titre participiez-vous à ce voyage en Égypte ?

Je fais partie du Service national des relations avec les musulmans fondé par les évêques de France, qui a pour objectif depuis 40 ans de servir les relations entre les musulmans et les catholiques. Il y entre 70 et 80 délégués des différents diocèses de France qui participent au service national et ils se rencontrent une ou deux fois par an. Et moi je suis délégué de notre évêque du Mans, Mgr Yves le Saux.

IMG 20170426 114619
IMG 20170502 WA0000
IMG 20170426 090032
IMG 20170426 115240
IMG 20170427 131421
IMG 20170428 110917
IMG 20170428 154557
IMG 20170429 162828
IMG 20170429 163112
IMG 20170429 164227
IMG 20170502 WA0005
IMG 20170502 WA0004

Quel message le Pape François a-t’il porté au cours de ce voyage ?

Le message essentiel se résume en trois points du message du pape à l’université Al Ahzar. Le premier c’est d’approfondir son identité, le deuxième, c’est avoir le courage de l’altérité, ça c’est le cœur, aller à la rencontre de l’autre différent dans sa culture ou dans sa tradition religieuse, et enfin le troisième, de tenir la sincérité des intentions. Voilà le fil rouge du message du Pape François pendant ce voyage !

Comment les Égyptiens ont vécu cette rencontre ?

Je ne les ai pas trop questionnés. Pendant les 10 jours de voyage, nous étions dans des zones très sécurisées et accompagnés en permanence. Nous avons surtout rencontré environ 25 officiels de l’université sunnite d’Al Ahzar : une des premières sommités de la connaissance musulmane à travers le monde sunnite (80% des musulmans du monde). Nous avons aussi rencontré le patriarche copte orthodoxe, le patriarche copte catholique et les dominicains de l’Institut d’études orientales (IDO). Mais nous n’avons pas eu de rencontres très personnalisée avec les gens de la rue.

La messe du Pape avec 15000 catholiques coptes et latins nous a donné un aperçu de l’ambiance du rassemblement. La messe était en rite latin et en langue arabe, ce qui donnait une couleur très locale à cette messe universelle. Nous avons pu y avoir un contact plus rapproché avec quelques personnes. Même si c’est assez limité, nous percevions une énorme joie de la population. A travers le Pape, c’est le reste du monde qui les soutient, les écoute et prie pour eux.

Vous qui êtes investi dans ce dialogue et ces relations islamo-chrétiennes, quel impact pensez-vous que cette rencontre en Égypte peut avoir sur les relations islamo-chrétiennes en France ?

Dans les semaines qui viennent, je vais m’approcher d’un certain nombre de responsables musulmans dans ma région, pour poser cette question. Pour la réponse, nous devons avoir une patience géologique : on ne peut pas dire que les conséquences seront immédiates. Et ne soyons pas trop utopistes : quelques intellectuels seront attentifs à cette rencontre, mais un certain nombre de musulmans de notre région n’ont simplement pas eu vent qu’il y avait un tel événement au Caire.

Toutefois, nous avons beaucoup alerté autour de nous par les réseaux sociaux. Un certain nombre de followers de tradition islamique ont salué l’intervention du Pape François. Le travail qui s’est fait au Caire va teinter les 25 prochaines années. C’est un geste prophétique, de bon augure pour la suite des temps. D’autant plus qu’il fait suite à une période glaciaire des relations de la part des autorités islamiques avec le Saint Siège. Après, il nous faudra du temps pour mesurer comment cela va se traduire dans la pensée des personnes.

Est-ce qu’il vous semble important d’ajouter quelque chose à propos de cette rencontre ?

Oui, nous avons rencontré les responsables coptes orthodoxes et les responsables coptes catholiques. On sent quelque chose de très fort du point de vue de la recherche œcuménique. La visite du Pape François est le catalyseur de cette unité.

Par ailleurs le pape Tawardos II, patriarche copte orthodoxe, a infléchi la politique antérieure des coptes orthodoxes pour permettre plus de rencontres avec les catholiques. Ça permettra probablement des travaux conjoints des chrétiens coptes dans les années qui viennent. En tous cas c’est le sens de notre prière.


Retrouvez les textes et interventions du Pape

Logo Pape Egypte

Plus d’article sur le voyage du Pape en Égypte

IMG 20170428 WA0003

Ambiance en Égypte à la veille de la messe du Pape

Le voyage du Pape François en Égypte est l’occasion d’une grande célébration avec les chrétiens égyptiens. Un mot de Caroline, ...

Logo Pape Egypte

Égypte : avec le Pape à la Conférence sur la Paix

Dialoguer et prier avec le Pape pour la Paix ! La Communauté de l’Emmanuel se mobilise autour de la visite ...

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur facebook
Je partage
sur Facebook
Partager sur whatsapp
J'envoie
via Whatsapp
Partager sur email
Je transmets
par mail

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles d'actualité

Invitation à faire son examen de confiance

Israël n’a cessé de relire son passé et c’est au cœur de cette relecture qu’est née son espérance messianique. Jésus a invité les disciples d’Emmaüs à relire avec lui sa vie et sa mort dans l’histoire d’Israël pour qu’elles y

Notre chemin de vérité

En soi, la vérité est une ; mais les chemins pour la rejoindre sont multiples. Une chose est sûre : chaque personne a son chemin et elle se doit de l’assumer. Une autre aussi : chaque société a un chemin

Autres articles