En Bioéthique : l’espérance ne déçoit pas !

Le 16 novembre prochain aura lieu à Nantes une journée de bioéthique, organisée par la Communauté de l’Emmanuel. Le point avec l’équipe d’organisation.

Quand on parle de bioéthique on a l’impression de parler d’un domaine très spécifique, qui s’adresse plutôt au milieu médical. Ça concerne vraiment tout le monde ?

La bioéthique concerne un champ très large : le transhumanisme, des modifications profondes de l’identité de l’homme, l’arrivée de la robotique, l’intelligence artificielle… tout cela va bien plus loin que le seul monde médical et concerne tous les champs de notre vie quotidienne.

Les lois de bioéthique portent sur des questions qui concernent tout le monde. Nous serons tous confrontés un jour, pour nous-même ou pour notre entourage, par les questions sur le début et la fin de la vie, la procréation médicalement assistée ou la gestation pour autrui. C’est dans notre quotidien que nous allons voir les conséquences de ces lois.
D’où l’importance de s’informer, de se former et de connaître en profondeur les enjeux. C’est important d’être au clair, bien conscients de ce qui se passe et d’en mesurer les éventuelles conséquences.

N’est-ce pas un peu inquiétant ? Vous avez pourtant choisi le thème de l’espérance !

Comme chrétiens nous sommes invités à rester dans l’espérance !

Lors de la dernière journée de bioéthique à Nantes, nous avions fait intervenir un frère franciscain pour animer un atelier spirituel sur la façon dont se positionner comme chrétiens face aux lois de bioéthique… Il nous a proposé comme thème : l’Espérance ne déçoit pas, même en bioéthique, reprenant la phrase de Saint Paul (Rm 5,5).
Parmi des ateliers très pratiques sur des sujets passionnants, c’est l’atelier qui a eu le plus de succès… à notre grand étonnement. Nous avons pris conscience que les chrétiens ne voulaient pas être pessimistes sur ces sujets difficiles et avaient avant tout besoin d’espérance.
Nous avons décidé d’en faire notre ligne conductrice, de ne pas nous laisser envahir par le découragement et de redire notre espérance.

 

Et concrètement, comment va se dérouler cette journée ?

Le principal intervenant de cette journée est Olivier Rey, philosophe et mathématicien. Auteur de plusieurs essais, il a publié en 2018 Leurre et malheur du transhumanisme.

Nous aurons aussi des ateliers sur différents sujets plus concrets : la recherche sur l’embryon, le début et la fin de vie en réanimation pédiatrique, PMA : la filiation pour les couples de même sexe, la fin de vie… Nous ferons le point sur l’actualité bioéthique avec Blanche Streb, directrice de la formation et de la recherche d’Alliance VITA.

La journée sera ponctuée de temps de prière avec la louange, la messe, l’adoration… justement parce que nous voulons rester ancrés dans le Christ, c’est en lui qu’est notre espérance. Ce sera aussi une belle journée de rencontres avec un forum des associations notamment autour d’un apéro.

 

Les personnes qui y participent souhaitent :

  • Nourrir leur cœur et leur intelligence
  • Rester connectées à l’actualité bioéthique
  • Renouveler leurs réseaux
  • S’accorder une halte sous le regard de Dieu.

Renseignements et replay des interventions


Pour aller plus loin


Bioéthique : « Une belle occasion d’aller aux périphéries »

Rencontre avec Serge et Michèle Longour qui sont les responsables de la mission bioéthique au sein de la Communauté de ...

S’engager dans les débats bioéthiques : Pourquoi ? Comment ?

Homme, où es-tu ? A l’heure des états généraux de la bioéthique, un dossier très complet sur ces questions s’imposait. ...