[ORDINATIONS] Portraits des futurs prêtres

Qui sont les futurs prêtres de l’Emmanuel qui seront ordonnés autours du 29 juin ? Découvrez leurs histoire ci-dessous, et priez pour eux !

Diocèse de Lyon

Pierre-André Chevaux

Découvrez le portrait de Pierre-André Chevaux à travers son témoignage.

#4 Pierre-André Chevaux – Futur prêtre – 23 juin 2018

#4 Découvrez le portrait de Pierre-André Chevaux à travers son témoignage.Le samedi 23 juin 2018 à 10h au Palais des sports de Gerland, le Cardinal Philippe Barbarin ordonnera 5 nouveaux prêtres au service de notre diocèse !

Publiée par Diocèse de Lyon sur Jeudi 14 juin 2018

Je prie pour les futurs prêtres

Diocèse de Paris

Julien Guérin : Un passeur de Dieu

Servir n’est pas un vain mot pour Julien Guérin, qui appréhende sa future mission de prêtre de la Communauté de l’Emmanuel comme un passeur, à l’image d’une certaine figure évangélique à laquelle on ne pense pas toujours…

Julien a juste 34 ans. Il est le cadet d’une fratrie de cinq enfants et a grandi dans la Drôme où sa famille demeure toujours. Julien a commencé par des études commerciales pour s’orienter ensuite vers les sciences de l’environnement, étudiant ainsi à Chambéry, Grenoble, Vienne, Évreux, passant encore par la Seine-et-Marne pour achever finalement ses études à Paris. Habitant alors dans le presbytère de la paroisse Saint-Laurent (10e), les circonstances lui permettent de renouer avec la foi de son enfance et de reprendre le fil d’un appel au sacerdoce entendu autrefois, en s’appuyant sur la communauté de l’Emmanuel. Après une année de travail dans la construction de pipelines, Julien rejoint en 2010 l’année Saint-Joseph à Namur (année propédeutique de la Communauté de l’Emmanuel), et l’année suivante le Séminaire de Paris où il restera cinq ans, servant dans les paroisses de Saint-Nicolas de Champs (3e), Saint-Honoré d’Eylau (16e), et Saint-Joseph Artisan (11e). Après son baccalauréat de théologie et son ordination diaconale le 18 septembre 2016, Julien a commencé une licence de théologie à Bruxelles en vivant dans la Maison Notre-Dame de la Providence, maison de formation de la Communauté de l’Emmanuel. Depuis un an, il poursuit sa licence au collège des Bernardins, en vivant dans la paroisse de Saint-Joseph Artisan. (Source)

Ramzy Saadé : Chercheur de Dieu
Qui cherche Dieu, de tout son cœur, le trouve. Ramzy Saadé peut en témoigner, lui qui durant plusieurs années s’est efforcé de comprendre ce à quoi Dieu l’appelait, avant de discerner son appel, au sein de la Communauté de l’Emmanuel.

Ramzi a 47 ans. Il a grandi au Liban où habite toute sa famille. Après des études d’ingénieur, il a travaillé jusqu’à l’âge de 37 ans dans des sociétés de télécommunication en Europe, dans le Golfe et au Proche Orient. Baptisé et confirmé bébé selon le rite maronite, sa vie chrétienne a connu un nouveau départ suite à un pèlerinage à Paray-le-Monial en 2002. Trois ans plus tard, Ramzi fait l’Emmanuel School of Mission de Rome. En 2009, recherchant plus de sens à son activité professionnelle, Ramzi décide de s’engager dans une ONG française, l’IECD, et retourne au Liban pour occuper le poste de délégué pour le Proche-Orient. À la suite du décès de son père en 2010, tout en cheminant dans la Communauté de l’Emmanuel, se dessine son appel au sacerdoce. Il entre en propédeutique à la Maison Saint-Joseph de Namur en 2011, puis poursuit sa route à Paris, à la Maison Saint-Martin pour le premier cycle et à la Maison Saint-Vincent pour le deuxième cycle. Ramzi a été ordonné diacre le 7 octobre dernier à Saint-Laurent. Après avoir validé son baccalauréat canonique, il est parti en stage paroissial au Liban afin de se former à la liturgie et à la spiritualité maronite. (Source)

Je prie pour les futurs prêtres

Diocèse de Bordeaux

François Raimbault

Après un concours à la Faculté de Poitiers, François a enseigné l’histoire-géographie au Lycée Saint-Charles de Thouars pendant 4 ans.
Puis il est entré en année de discernement en septembre 2011 à Namur (Belgique), et l’année suivante au séminaire à Bruxelles en lien avec le diocèse de Bordeaux. Après cinq années de formation (philosophie, théologie), il a été ordonné diacre en juin 2017 et envoyé en 2018 en insertion paroissiale à Talence.

« Le Seigneur m’a fait coucou à 27 ans. Depuis l’adolescence, j’avais comme la conviction que le Seigneur m’appelait à être prêtre. Je suis resté près de dix ans seul, avec cette question. Je n’en parlais pas …
Le déclic est intervenu lors d’une veillée de prières de la communauté de l’Emmanuel à Pitié, au moment où je m’y attendais le moins. J’étais fatigué. Après un temps de louange, lors de la l’adoration du Saint-Sacrement, nous étions conviés à piocher un petit papier sur lequel était écrit un verset de la Bible. Ce soir-là, je me disais que cette démarche-là n’était pas pour moi. Mais, j’ai entendu en moi une parole : «François, va piocher toi aussi ». J’ai cru que c’était la fatigue. Mais une deuxième fois, j’ai entendu en moi cette même parole : « François va piocher ». J’y suis allé. Et j’ai lu le petit papier, portant un extrait de l’Évangile de Mathieu : « Venez, suivez-moi. Je ferai de vous des pêcheurs d’hommes 
Depuis que je suis diacre, je suis en paroisse à Talence, un des campus de Bordeaux ; je suis heureux d’y être confronté à tous les âges de vie : l’éveil à la foi des jeunes, la rencontre des étudiants ou l’accompagnement des familles en deuil. » (Source)

Enguerran de Kerhor

A l’âge de neuf ans, Enguerran a annoncé à ses parents son désir de devenir prêtre.
A cette époque là, un prêtre lui a dit : ” C’est bien d’avoir pu en parler maintenant, mais tu as encore du temps. Tu peux laisser un peu la question de côté et si elle doit revenir un jour, elle reviendra …

Après son bac et ses années d’étudiant, pendant lesquelles il a vécu des temps spirituels forts et décisifs, il est entré en année de discernement vocationnel à la Maison Saint-Joseph tenue par la Communauté de l’Emmanuel, à Namur.
Il a ensuite été nommé dans le diocèse de Bordeaux pour deux ans, puis est retourné à Bruxelles pour poursuivre une formation à l’Institut d’études théologiques.

A la fin de ses études au séminaire, Enguerran a choisi de prendre deux années de coopération missionnaire avec Fidesco.
Il a passé ces deux  années dans une paroisse de Bafoussam au Cameroun, années riches de rencontres et d’expériences vécues.

Il y a vécu une pastorale très variée, visitant des malades à domicile, donnant des cours de religion aux enfants, préparant au sacrement de confirmation ou accompagnant différents groupes de jeunes…
A travers tous ces engagements, Enguerran a éprouvé beaucoup de joie à témoigner de l’amour inconditionnel de Dieu pour tous les hommes. Il a senti combien son cœur était comblé par toutes ces rencontres et à quel point, il serait heureux en vivant cela toute sa vie.

C’est ainsi que son cheminement vers la prêtrise s’est trouvé fortement affermi. (Source)

Kit Rodgers

Je prie pour les futurs prêtres

Diocèse de Vienne

Anton Ištuk

Je m’appelle Anton Ištuk, j’ai 33 ans et je viens d’une famille croate et je suis né à Nürnberg. Là, j’ai terminé mes études en génie mécanique en 2009 et j’ai travaillé pendant un court moment en tant qu’ingénieur avec beaucoup de plaisir. Mais même avant la fin de mes études, un nouveau chemin s’ouvrait pour moi, ce qui signifiait pour moi laisser derrière moi des choses qui m’étaient chères afin de suivre l’appel de Dieu.

Je suis parti avec ma famille spirituelle, que j’ai rencontrée à Nuremberg, la Communauté de l’Emmanuel. La Communauté de l’Emmanuel est une nouvelle communauté spirituelle qui unit au sein de l’Église catholique différents états de vie (familles, prêtres, frères et sœurs consacrés, …) afin de rendre Dieu présent à nouveau dans la vie quotidienne dans le monde d’aujourd’hui. Après une année de préparation et de discernement avec la Communauté en Belgique, je suis entré au séminaire et j’ai passé trois années d’études à Munich et une année missionnaire au Brésil.

En 2015, le cardinal Christoph Schönborn m’a admis comme candidat au sacerdoce pour l’archidiocèse de Vienne. J’ai été ordonné diacre le 7 mai 2017 à l’église paroissiale de Kaisermühlen par l’évêque auxiliaire Franz Scharl. Le 16 juin 2018, le cardinal Schönborn va m’ordonner prêtre dans la cathédrale Saint-Étienne (Stephansdom), puis je resterai chapelain à Stockerau. (Source)

Je prie pour les futurs prêtres


Voir aussi :

De nouvelles ordinations pour l’été 2018

Traditionnelle annonce, de nouveaux prêtres et diacres seront ordonnés pour la Communauté de l’Emmanuel en juin 2018. Retrouvez ici leurs ...