Revelatio : devenez disciple-missionnaire à Grenoble

Nous sommes tous appelés par le Pape François à devenir disciples-missionnaires. Mais comment le vivre en pratique ? A Grenoble, dans la cadre de la Basilique du Sacré-Cœur, une équipe a mis en place un parcours pour donner du sens à notre évangélisation, et les débuts sont encourageants ! Interview d’Emmanuel Mordefroid qui anime cette équipe.

Pourquoi avoir appelé ce parcours Revelatio ?

On voulait un nom qui ne soit pas trop connoté « mission » car ça fait peur. Les gens s’imaginent qu’évangéliser c’est être debout sur une caisse dans la rue ou aller frapper à toutes les portes. Or il y a plein d’autre lieux ou l’on peut annoncer, et d’autres façons d’annoncer. Notre point clé est la rencontre de l’autre, avant même l’annonce. Nous avons donc eu l’idée de nommer le parcours Revelatio, « révélation » en latin, car nous voulons faire en sorte que Dieu se révèle dans le cœur de chacun des hommes, autant des évangélisateurs que des évangélisés.

Qu’est-ce qu’un disciple-missionnaire ?

Le terme de disciple-missionnaire vient du Pape François. Le disciple est celui qui a rencontré Jésus et s’est engagé dans un chemin avec lui. Son amitié grandissant avec Jésus, vient naturellement l’idée de partager ce trésor qui le fait vivre, c’est à dire d’aller à la rencontre des gens pour témoigner de ce qu’il vit. C’est ce qu’on appelle être missionnaire.

Le Pape Jean-Paul II disait dans Redemptoris missio (§11) que « l’évangélisation est la mesure de notre foi ». Positivement, cela veut dire que la foi du disciple grandit quand il évangélise, et que son annonce grandit quand sa foi s’approfondit.

 

Quel est le but du parcours Revelatio ?

Dans La joie de l’Évangile, le Pape François invite chaque baptisé « à franchir une nouvelle étape évangélisatrice marquée par la joie » sur son chemin de disciple-missionnaire. Il nous incite à la joie de la vie avec le Christ, de la rencontre et de l’annonce !

Le parcours Revelatio est une proposition de formation –humaine et spirituelle- qui se veut comme une aide concrète pour répondre à l’invitation du Pape François, à franchir une étape sur ce chemin, là où nous en sommes !

Pour certains cela se traduira par l’envie de suivre davantage Jésus, pour d’autres d’approfondir leur connaissance et collaboration avec l’Esprit Saint, pour d’autres encore d’oser et expérimenter cette joie de rencontrer et d’annoncer, pour d’autres enfin d’être renouvelé dans leur façon et leur motivation pour la mission : non comme une « tâche à accomplir » mais comme une source de joie profonde, intérieure

Qui est concerné par votre parcours ?

Ce parcours s’adresse à tous les baptisés qui ont rencontré l’amour de Jésus Christ et qui ont envie d’avancer sur leur chemin de foi ! Ce sont les 2 seuls prérequis !

Vous avez déjà fini un premier parcours, voyez-vous déjà les premiers fruits ?

Un petit témoignage pour illustrer cela. Nous prévoyons une séance à la fin du parcours ou nous allons évangéliser directement dans la rue. L’an dernier, une dame est venue au parcours en disant « Je vais au parcours mais je ne vais pas à ce truc là. » Elle pensait qu’annoncer ainsi c’était piétiner la liberté de l’autre. Peu à peu, elle s’est laissée porter, elle a compris qu’il y avait quelque chose à creuser dans sa peur d’aller évangéliser dans la rue. Elle a fait l’essai et a été profondément transformée, voyant que l’Esprit Saint est avec elle, et qu’en prenant soin de rencontrer la personne pour savoir ou elle en est et lui exprimer ce que l’on vit, on n’empiète pas sur sa liberté. Aujourd’hui, elle en témoigne avec joie et a même rejoint l’équipe d’animation du parcours.

Quel est le programme, l’itinéraire spirituel que vous proposez ?

Le programme repose sur 4 « temps » :

  • un premier temps pour reprendre les fondamentaux de notre foi Père, Fils et l’Esprit Saint [rencontre 1, 2 et 3] et la dynamique de notre chemin de foi. Mieux comprendre le cheminement que nous sommes appelés à vivre nous aide à faire le point d’où nous en sommes et aussi à mieux comprendre celles et ceux que nous rencontrons. Nous reprenons en particulier, dans ce temps, ce que nous sommes appelés à vivre en tant que disciples de Jésus.
  • dans un deuxième temps, nous poursuivons « naturellement » avec le pourquoi et comment évangéliser ? En particulier, nous reprenons la finalité de la mission et nous précisons en quoi nous sommes naturellement appelés à être missionnaires pour notre plus grande joie. Cependant nous précisons bien qu’il y a plusieurs façons d’être témoins (rencontre 3) [pas uniquement dans la rue ou en porte à porte, bien au contraire !]. Enfin nous insistons, avec l’aide du Pape François, sur l’importance et la place de la rencontre de l’autre dans le cadre de la mission (rencontre 4).
  • le troisième temps consiste à oser prendre un temps de rencontre et d’annonce 2 par 2 dans la rue pour faire l’expérience de cette joie de la rencontre et d’annonce,
  • en dernière partie, sur la base ce que nous avons vu ou expérimenté, nous donnons quelques précisions pour aider chacun à enrichir sa façon d’être missionnaire en fonction de son profil, de sa situation et pour discerner la suite de son chemin en s’appuyant notamment sur l’aide de Marie, « épouse de l’Esprit Saint » et « étoile de l’évangélisation »…

Vous parlez de la rencontre, en quoi est-elle cruciale dans le chemin que vous proposez ?

Le Pape insiste sur l’importance de la rencontre dans l’évangélisation. Et pour qu’il y ait rencontre, il faut du différent et du commun. Le commun c’est qu’on est appelés à suivre le plan d’amour de Dieu. Et la différence, c’est qu’on en est pas tous au même endroit du chemin, et qu’on doit apprendre les uns des autres pour avancer.

Jésus nous enseigne le chemin. Si tu passes à côté de l’autre et que tu ne lui fais pas part de la source à laquelle tu bois et qui te fais vivre, tu es en situation de « non-assistance à frère en danger ». Il y a une vraie conversion à vivre vis-à-vis de notre peur de ne pas respecter la liberté de l’autre en lui annonçant l’Evangile. Le vrai respect c’est de lui donner la vie.

Et puis, et c’est lié avec ce partage de la source, la vraie rencontre est aussi importante parce qu’elle est source de vraie joie. Une joie qui n’enlève pas les moments difficiles ou les difficultés, mais qui m’accompagne parce que j’essaie de suivre Jésus. Elle est la marque de l’Esprit Saint qui est « l’agent principal de l’évangélisation » (Paul VI, Evangelii Nuntiandi §75)

Pour faciliter la rencontre, il est important de l’expérimenter, d’être en vérité par rapport à ce que l’on vit, de savoir relire son histoire pour comprendre par ou on est passés. Autant de pistes que nous explorons pour mieux s’y prendre, et qui n’excluent personne de l’évangélisation.

Comment se passent vos 8 soirées ?

Chaque soirée contient :

  • un temps d’enseignement,
  • un temps d’approfondissement ou de mise en situation pratique
  • et un temps de partage en petits groupes (petites fraternités),

Entre chaque rencontre, des propositions sont faites (lectures et/ou vidéos) pour approfondir ou préparer les prochaines rencontres et assurer ainsi un cheminement plus « continu ».

Comment réveillez-vous le « désir spirituel de suivre Jésus et de l’annoncer » ?

Tout d’abord en rappelant ce que nous sommes invités à vivre en tant que baptisés. Chacune de nos histoires saintes est unique, pour autant elles sont toutes éclairées par La grande Histoire de Dieu avec l’humanité. Cette grande histoire propose des étapes clés, des découvertes, des repères qui nous permettent d’avancer et de progresser dans la foi. Bien comprendre ces étapes nous donne envie de continuer d’avancer avec Jésus et aussi de mieux partager ce que nous vivons avec les personnes que nous rencontrons.

Mettre à bas les idées préconçues – et parfois faussées sur l’évangélisation – nous permet de revenir à l’élan naturel de notre cœur, de l’annoncer et de rafraichir notre désir. Enfin faire l’expérience de cette joie d’aller à la rencontre et d’annoncer nous permet de continuer à entrer un peu plus dans ce cercle vertueux d’un approfondissement de notre foi et de l’annonce : ce sont les « évangélisateurs qui sont les premiers évangélisés ».

Le fonctionnement en petites fraternités tout au long du parcours permet de vivre une expérience d’Église. La prière, le partage et le témoignage en petit groupe permettent de se soutenir les uns les autres sur notre chemin.

Quelles sortes d’outils donnez-vous à ceux qui suivent Revelatio ?

  • des outils pour relire notre cheminement (être disciple, nos histoires saintes et notre témoignage),
  • des outils pour situer notre collaboration avec l’Esprit Saint,
  • des outils pour mieux rentrer en relation et rencontrer l’autre (en particulier au travers de mises en situation)

 

Les informations pratiques :

Lancé il y a 2 ans, le parcours Revelatio est encore en phase « pilote ». Nous vivons actuellement 2 parcours en parallèle : un à Grenoble et un à Romans-sur-Isère.

Chaque parcours Revelatio est organisé par une équipe d’animateurs avec un responsable de parcours. Cette équipe est formée à l’animation du parcours.

Nous sommes en train de nous nourrir de ces expériences pour enrichir et affiner le parcours et la formation d’animateur. En particulier, le parcours devrait être disponible prochainement (normalement à la rentrée 2018) dans une formule qui associe à la fois un contenu « en ligne » (distanciel) et des rencontres physiques (présentiel).

La combinaison des deux modalités permettra de transmettre l’ensemble des informations clés en rendant possible une appropriation du fond au rythme de chacun (distanciel), et de privilégier, au cours des rencontres physiques (présentiel)  l’approfondissement, les échanges, le partage et les mises en situation pratique.

 


Ailleurs sur le web :

Revelatio : révélez le missionnaire qui est en vous