Et si on tentait le nouveau Notre Père ?

Dieu nous tente-t-il ? Le dimanche 3 décembre 2017, une nouvelle traduction du Notre Père entrera en vigueur dans la liturgie française. Elle concerne la tentation. L’Église peut-elle se contredire ? L’ancienne traduction est-elle fausse et la nouvelle plus juste théologiquement ? Nous vous partageons quelques éléments de compréhension.

En 1966, la sixième demande du Notre Père « Ne nous laisse pas succomber à la tentation » fut remplacée par « Ne nous soumets pas à la tentation », avant de devenir aujourd’hui, « Ne nous laisse pas entrer en tentation ». Derrière cette chronologie, l’épineux problème de traduction du terme grec Peirasmos (πειρασμός) en tentatio en latin. Dieu nous soumet-il à la tentation ou bien à l’épreuve ? Pourquoi change-t-on de traduction ? L’ancienne était-elle fausse ? Qu’est-ce que l’Eglise peut nous apporter sur le sujet ? Les réponses sont dans notre dossier ci-dessous !



Interview du Père Éric Morin sur le changement de traduction

Paris Notre-Dame : Pourquoi avoir changé la traduction du sixième et avant-dernier verset du Notre Père ?

P. Éric Morin – La traduction la plus littérale du texte grec des Évangélistes est celle que nous connaissons actuellement : « Et ne nous soumets pas à la tentation ». Cette traduction n’est donc pas fausse mais a l’inconvénient majeur de heurter le sens commun, car Dieu ne soumet pas à la tentation. Cela, la lettre de saint Jacques (1, 13) le dit très clairement. « Dans l’épreuve de la tentation, que personne ne dise : “Ma tentation vient de Dieu.” Dieu, en effet, ne peut être tenté de faire le mal, et lui-même ne tente personne. » Cependant, Paul dans sa première lettre aux Corinthiens (10, 12-14), dit quelque chose d’un peu différent : Dieu, dit Paul, donne la tentation, mais il donne aussi les moyens d’y résister. D’une certaine façon, il nous tente car il nous fait un don. Et la tentation est d’oublier que ce don vient de lui. Ainsi Dieu donne la vie, et la tentation radicale est d’oublier que la vie est un don de Dieu. La nouvelle traduction insiste sur cet aspect-là : si Dieu ne veut pas la tentation pour elle-même, elle fait partie de la liberté octroyée à l’homme. Mais comme le souligne saint Paul, Dieu procure aussi les moyens de résister au péché.

Paris Notre-Dame du 2 Novembre 2017


Comparatif des traductions du Notre Père


La nouvelle traduction

Notre Père, qui es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.

Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour,
pardonne-nous nos offenses,
comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.

Et ne nous laisse pas entrer en tentation
mais délivre-nous du Mal.

Amen

L’ancienne traduction

Notre Père qui es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.

Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour,
pardonne-nous nos offenses,
comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.

Et ne nous soumets pas à la tentation
mais délivre-nous du Mal.

Amen

Le texte latin

Pater noster, qui es in caelis
sanctificetur nomen tuum
adveniat regnum tuum
fiat voluntas tua sicut in caelo et in terra.

Panem nostrum quotidianum da nobis hodie
et dimitte nobis debita nostra
sicut et nos dimittimus debitoribus nostris.

Et ne nos inducas in tentationem
sed libera nos a malo.

Amen.


“Et ne nous soumets pas à la tentation” n’était pas une mauvaise traduction

La formulation de cette demande semble choquante aux yeux de beaucoup de gens. Dieu ne nous soumet quand même pas à la tentation. Saint Jacques nous dit en effet « Dans l’épreuve de la tentation, que personne ne dise “Ma tentation vient de Dieu.” Dieu en effet ne peut être tenté de faire le mal, et lui-même ne tente personne » (Jc 1, 13).

Nous pourrons avancer d’un pas si nous nous rappelons le mot de l’Évangile : « Alors Jésus fut conduit au désert par l’Esprit pour être tenté par le démon » (Mt 4, 1). La tentation vient du diable, mais la mission messianique de Jésus exige qu’il surmonte les grandes tentations qui ont conduit et qui conduisent encore l’humanité loin de Dieu. Il doit, nous l’avons vu, faire lui-même l’expérience de ces tentations jusqu’à la mort sur la croix et ainsi ouvrir pour nous le chemin du salut. Ce n’est pas seulement après la mort, mais en elle et durant toute sa vie, qu’il doit d’une certaine façon « descendre aux enfers », dans le lieu de nos tentations et de nos défaites, pour nous prendre par la main et nous tirer vers le haut. La Lettre aux Hébreux a particulièrement insisté sur cet aspect en y voyant une étape essentielle du chemin de Jésus : «Ayant souffert jusqu’au bout l’épreuve de sa Passion, il peut porter secours à ceux qui subissent l’épreuve » (He 2, 18). « En effet, le grand prêtre que nous avons n’est pas incapable, lui, de partager nos faiblesses ; en toutes choses, il a connu l’épreuve comme nous, et il n’a pas péché » (He 4, 15).

Un regard sur le Livre de Job, où se dessine déjà à maints égards le mystère du Christ, peut nous aider à y voir plus clair. Satan se moque des hommes pour ainsi se moquer de Dieu. La créature que Dieu a faite à son image est une créature misérable. Tout ce qui semble bon en elle n’est que façade. En réalité, l’homme, c’est-à-dire chacun de nous, ne se soucie toujours que de son bien-être. Tel est le diagnostic de Satan que l’Apocalypse désigne comme « l’accusateur de nos frères », « lui qui les accusait jour et nuit devant notre Dieu » (Ap 12, 10). Blasphémer L’homme et la créature revient en dernière instance à blasphémer Dieu et à justifier le refus de lui.

Satan se sert de Job, le juste, afin de prouver sa thèse : si on lui prend tout, il va rapidement laisser tomber aussi sa piété. Ainsi, Dieu laisse Satan libre de procéder à cette expérimentation, mais, certes, dans des limites bien définies. Dieu ne laisse pas tomber l’homme, mais il permet qu’il soit mis à l’épreuve. Très discrètement, implicitement, apparaît ici déjà le mystère de la satisfaction vicaire qui prendra toute son ampleur en Isaïe 53. Les souffrances de Job servent à la justification de l’homme. À travers sa foi éprouvée par les souffrances, il rétablit l’honneur de l’homme. Ainsi, les souffrances de Job sont par avance des souffrances en communion avec le Christ, qui rétablit notre honneur à tous devant Dieu et qui nous montre le chemin, nous permettant, dans l’obscurité la plus profonde, de ne pas perdre la foi en Dieu.

Le Livre de Job peut aussi nous aider à distinguer entre mise à l’épreuve et tentation. Pour mûrir, pour passer vraiment de plus en plus d’une piété superficielle à une profonde union avec la volonté de Dieu, l’homme a besoin d’être mis à l’épreuve. Tout comme le jus du raisin doit fermenter pour devenir du bon vin, l’homme a besoin de purifications, de transformations, dangereuses pour lui, où il peut chuter, mais qui sont pourtant les chemins indispensables pour se rejoindre lui-même et pour rejoindre Dieu. L’amour est toujours un processus de purifications, de renoncements, de transformations douloureuses de nous-mêmes, et ainsi le chemin de la maturation. Si François Xavier a pu dire en prière à Dieu : « Je t’aime, non pas parce que tu as à donner le paradis ou l’enfer, mais simplement parce que tu es celui que tu es, mon Roi et mon Dieu », il fallait certainement un long chemin de purifications intérieures pour arriver à cette ultime liberté – un chemin de maturation où la tentation et le danger de la chute guettaient – et pourtant un chemin nécessaire.

Dès lors, nous pouvons interpréter la sixième demande du Notre Père de façon un peu plus concrète. Par elle, nous disons à Dieu : « Je sais que j’ai besoin d’épreuves, afin que ma nature se purifie. Si tu décides de me soumettre à ces épreuves, si – comme pour Job – tu laisses un peu d’espace au mal, alors je t’en prie, n’oublie pas que ma force est limitée. Ne me crois pas capable de trop de choses. Ne trace pas trop larges les limites dans lesquelles je peux être tenté, et sois proche de moi avec ta main protectrice, lorsque l’épreuve devient trop dure pour moi. » C’est dans ce sens que saint Cyprien a interprété la demande. Il dit lorsque nous demandons « Ne nous soumets pas à la tentation », nous exprimons notre conscience que « l’ennemi ne peut rien contre nous, si Dieu ne l’a pas d’abord permis. Ainsi nous devons mettre entre les mains de Dieu nos craintes, nos espérances, nos résolutions, puisque le démon ne peut nous tenter qu’autant que Dieu lui en donne le pouvoir ».

En prenant la mesure de la forme psychologique de la tentation, il développe deux raisons différentes pour lesquelles Dieu accorde un pouvoir limité au mal. Tout d’abord pour nous inciter à la pénitence, pour tempérer notre orgueil, afin que nous redécouvrions la pauvreté de notre foi, de notre espérance et de notre amour, et pour nous empêcher de nous imaginer que nous pourrions être grands par nos propres moyens. Pensons au pharisien qui parlait à Dieu de ses propres œuvres et qui croyait pouvoir se passer de la grâce. Malheureusement, Cyprien ne développe pas plus longuement ce que signifie l’autre forme d’épreuve, la tentation que Dieu nous impose ad gloriam, pour sa gloire. Mais ne devrions-nous pas considérer ici que Dieu a imposé une charge particulièrement lourde de tentations aux personnes qui lui sont les plus proches, aux grands saints, à commencer par Antoine dans le désert jusqu’à Thérèse de Lisieux dans l’univers pieux de son carmel ? Ils se tiennent en quelque sorte dans l’imitation de Job, comme une apologie de l’homme qui est en même temps une défense de Dieu. Plus encore, ils se tiennent d’une façon toute spéciale dans la communion avec Jésus Christ, qui a vécu nos tentations dans la souffrance. Ils sont appelés à surmonter, pour ainsi dire, dans leur corps, dans leur âme, les tentations d’une époque, de les porter pour nous, les âmes ordinaires, jusqu’au bout et de nous aider à aller vers celui qui a pris sur lui notre fardeau à tous.

Lorsque nous disons la sixième demande du Notre Père, nous devons nous montrer prêts à prendre sur nous le fardeau de l’épreuve, qui est à la mesure de nos forces. D’autre part, nous demandons aussi que Dieu ne nous impose pas plus que nous ne pouvons supporter, qu’il nous ne laisse pas sortir de ses mains. Nous formulons cette demande dans la certitude confiante, pour laquelle saint Paul nous a dit : « Et Dieu est fidèle : il ne permettra pas que vous soyez éprouvés au-delà de ce qui est possible pour vous. Mais, avec l’épreuve, il vous donnera le moyen d’en sortir et la possibilité de la supporter » (1 Co 10, 13).

Jésus de Nazareth. Du Baptême dans le Jourdain à la Transfiguration.
Collection “Champs – Essais”, pages 151 et suivantes


La septième demande dans le Catéchisme de l’Église Catholique. n°2846 à 2849

2846 Cette demande atteint la racine de la précédente, car nos péchés sont les fruits du consentement à la tentation. Nous demandons à notre Père de ne pas nous y ” soumettre “. Traduire en un seul mot le terme grec est difficile : il signifie ” ne permets pas d’entrer dans ” (cf. Mt 26, 41), ” ne nous laisse pas succomber à la tentation “. ” Dieu n’éprouve pas le mal, il n’éprouve non plus personne ” (Jc 1, 13), il veut au contraire nous en libérer. Nous lui demandons de ne pas nous laisser prendre le chemin qui conduit au péché. Nous sommes engagés dans le combat ” entre la chair et l’Esprit “. Cette demande implore l’Esprit de discernement et de force.

Lire tout le paragraphe : Ne nous soumets pas à la tentation


Un magazine dédié à la nouvelle traduction

La Conférence des évêques de France (CEF) a publié un dossier à propos du Notre Père sur son site, ainsi qu’un numéro de l’Oasis, la revue trimestrielle numérique du Service national de la catéchèse et du catéchuménat (SNCC), dédié à cette prière.

Lire le dossier de la CEF
Télécharger l’Oasis sur le Notre Père

Articles récents

“J’ai compris que Dieu passe par moi aussi”

“Merci pour cette attente !” Antoinette-Marie est célibataire. Dans cette situation qu’elle n’a pas choisie, la question de la fécondité ...

Pierre Goursat nous enseigne sur l’Avent

En ce temps de l’Avent, lisons cet extrait d’un enseignement de Pierre Goursat sur l’attente de la venue du Sauveur. ...

Comment célébrer la fête de Noël – 1 chant à découvrir et quelques idées liturgiques

  « Pendant tout le cycle de l’année, l’Église commémore tout le mystère du Christ, de l’incarnation jusqu’au jour de ...

70 ans des apparitions de l’Ile-Bouchard

Le 8 décembre 2017 marque l’anniversaire de 70 ans de la première apparition de la Vierge Marie à L’Île-Bouchard. Le ...

“C’est devenu notre mot de passe dans le doute”

François-Xavier et Yvonne Solange Ngarambe sont rwandais, membres de la Communauté de l’Emmanuel. Ils témoignent avec leur fils aîné Emmanuel ...

Comment ne pas louper l’Avent ?

Noël approche… Comment ne pas louper l’Avent ? Les prêtres de l’Emmanuel nous donnent leurs trucs pour se préparer à ...

FAIRE UN DON DONNER