Et si je venais à Paray avec ma paroisse ?

« C’est si simple ! » Paroisse, groupe de prière, équipe Notre-Dame… Et si cet été vous veniez aux sessions de l’Emmanuel à Paray-le-Monial avec un groupe ? Deux prêtres témoignent.

Le Père Hervé Soubias, aujourd’hui vicaire épiscopal du Diocèse de Paris pour le Service des prêtres aînés et directeur diocésain des Pèlerinages a accompagné un groupe aux Sessions de l’Emmanuel en juillet 2017.

Soubias

Vous avez participé à une session avec un groupe l’été dernier : racontez-nous.

J’accompagne depuis 17 ans une équipe de foyers. Nous nous voyons une fois par mois et chaque été nous faisons un pèlerinage avec toutes les familles. L’an dernier un des foyers a suggéré que nous participions à une session à Paray-le-Monial. Pour beaucoup c’était une découverte.

Nous avions réservé un logement très adapté pour des familles. Nous avions décidé de suivre complètement la session. Parents et enfants profitaient chacun de leur session en fonction de leur tranche d’âge. Nous nous retrouvions pour déjeuner et dîner ensemble et nous prenions une heure en fin d’après-midi pour faire le point sur la journée, partager sur l’enseignement entendu.

Tous ont aimé l’ambiance, mais ce que nous avons particulièrement apprécié c’est qu’eux pouvaient suivre complètement la session, moi j’étais disponible pour confesser et en même temps nous avions de vrais moments à partager ensemble, et je pouvais relire avec eux ce qu’ils avaient reçu.

Liberté, simplicité… prière partagée

L’organisation des sessions est bien adaptée, il y a un climat très libre qui permet une vraie autonomie. Paray-le-Monial est une très jolie ville, le cadre matériel simple facilite la vie de tous et les célébrations, particulièrement belles, portent à la prière. Pour des familles, c’est idéal.

Tous les enfants – ils avaient entre 5 et 16 ans – étaient ravis. Parmi les aînés certains participaient activement à notre temps de relecture, questionnant les parents sur ce qui leur avait été dit pendant l’enseignement. Les parents ont pu partager un vrai temps spirituel avec leurs enfants sans en avoir la charge… ce qui était très reposant pour eux.

Je trouve que participer à une session avec un groupe déjà constitué est très riche : on peut échanger, partager, relire, prendre de longs temps ensemble. On peut sur place se réapproprier la session et plusieurs mois après mon équipe me parle encore des enseignements entendus à Paray.

Vous êtes enthousiaste !

Pour un prêtre c’est tout bénef !  Il n’y a rien à organiser, rien à préparer, simplement à accompagner. Tout en me rendant disponible pour les sessions, en particulier pour confesser, je peux garder une vraie disponibilité pour le groupe que j’accompagne. Cela permet de vraiment passer du temps de qualité avec ses paroissiens, de connaître les familles… ce dont on a rarement l’occasion comme curé de paroisse !

Enfin, comme prêtre c’est très ressourçant : on peut célébrer la messe, confesser, avoir de beaux échanges avec des confrères d’autres diocèses.

J’ai poussé pour qu’on aille à Paray et je ne le regrette pas !


Le Père Thierry Anquetil, est vicaire général du diocèse de Coutances. En août 2016, alors qu’il était curé de la paroisse d’Octeville (50), il est venu à Paray-le-Monial avec un groupe d’une soixantaine de paroissiens.

Anquetil

J’étais déjà venu en session à Paray-le-Monial et certains de mes paroissiens aussi. Pour l’année de la Miséricorde nous avons eu l’idée de vivre, en paroisse, un jubilé à Paray-le-Monial. J’avais l’intuition que si nous vivions ensemble une même expérience communautaire, spirituelle, enracinée dans la louange ça allait produire quelque chose…

J’ai mis des annonces dans la feuille paroissiale. Le bouche à oreilles a fait le reste. Les paroissiens entre eux se sont interpellés et de mon côté j’ai invité personnellement certains, qui ne connaissaient pas du tout Paray et pour qui je trouvais que l’expérience serait bénéfique.

L’avantage de la formule Paray, c’est l’organisation. C’est très simple, je n’avais rien à organiser.

Nous étions une soixantaine, dont la moitié d’enfants. Chacun s’est débrouillé pour les trajets et pour son logement, chacun allait à son rythme. Nous nous étions donnés un repère sous la grande tente et nous nous retrouvions ensemble pour la louange, la messe, les repas, la veillée… Tout en laissant une grande liberté à chacun nous avions, au milieu de tout le monde, une vraie dimension communautaire.

Certains paroissiens connaissaient déjà la Communauté de l’Emmanuel, d’autres, issus de la mission ouvrière et de l’action catholique n’avaient jamais participé à ce genre de rassemblements. Ils sont rentrés de plein pied dans la louange… j’en étais moi-même étonné !

A notre retour, j’ai senti parmi mes paroissiens une plus grande liberté dans l’expression et dans la louange, qui s’est manifestée dans nos assemblées dominicales. Nous avions déjà une paroisse fraternelle mais cette session vécue ensemble a encore renforcé cela. Certaines familles ont découvert et été touchées par la grâce du renouveau charismatique et sont revenues à Paray l’été suivant. Très concrètement cette session a aussi permis de lancer un groupe de prière de louange sur la paroisse.

Découvrir les sessions de l’Emmanuel à Paray-le-Monial

 

bourbince et basilique couche du soleil

Accueil des sessions d’Été à Paray-le-Monial

Accueil et standard

Si vous ne trouvez pas de réponse sur le site internet www.paray.org, n'hésitez pas à nous contacter.
En particulier, pour les groupes et les situations spécifiques.

Bourgogne-Franche-Comté
France

Sanctuaires de Paray-le-Monial
Tous

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur facebook
Je partage
sur Facebook
Partager sur whatsapp
J'envoie
via Whatsapp
Partager sur email
Je transmets
par mail

Derniers articles d'actualité

« Rencontrer, écouter, discerner » au programme du synode

Samedi 9 octobre, 300 participants du monde entier se sont réunis salle du Synode autour du pape François. Le lendemain, le Pape a présidé la messe d’ouverture du parcours synodal sur la synodalité. Voici son homélie en forme de “programme”.

« Église et synode sont synonymes »

Dès 2015, dans son discours pour les 50 ans du Synode des évêques, le pape François indiquait clairement, dans la continuité de ses prédécesseurs, sur quel chemin devait s’engager l’Église pour devenir plus “synodale”. Un discours marquant. Extraits. Par le

Autres articles

Synodalité : éviter les pièges

Comme dans tout voyage, nous devons être conscients des pièges qui pourraient entraver notre progression pendant cette période de synodalité.