Une retraite à Rome pour ressourcer les artistes, en mars 2019

Le beau est un visage de Dieu ! Du 7 au 10 mars 2019, la Communauté de l’Emmanuel organise sa deuxième retraite sur mesure pour les artistes, à Rome. Objectif : se ressourcer près de Dieu pour mieux se donner. Interview de Clémence, qui participe à l’organisation.

Quel est le but de la retraite des artistes ?

La retraite des artistes est un lieu de ressourcement pour les hommes et femmes artistes. L’idée est de nourrir des artistes en les sortant de leur quotidien et en leur apportant une nourriture adaptée à leur vie et à leur sensibilité.
On sollicite souvent les artistes pour animer des événements. Or en organisant cette retraite, nous avons vraiment eu le désir de ne rien leur demander. Le but est qu’ils viennent pour recevoir et non pas pour donner. C’est une version contemporaine du « Venez et voyez » (Jean 1, 35-39). Vous savez, lorsqu’en se retournant, Jésus voit que des disciples le suivent. Il leur demande : « Que cherchez-vous ? » Ils lui répondent: « Maître, où demeures-tu? ». Et Jésus répond : « Venez et vous verrez ». Cette retraite est un peu de cet ordre…

Qu’à travers les chemins de l’art les esprits soient transportés de ce qui est sensible à l’éternel – Jean-Paul II

Que proposez-vous de vivre lors de ces retraites ?

Nous souhaitons prendre soin des artistes, le nombre de participants est donc réduit (entre 30 et 40) et nous proposons aussi de nombreux temps de partage autour d’un thème ou d’une discipline artistique. Nous avons aussi choisi d’appeler cela une « retraite » car nous souhaitons avoir des temps d’intériorisation, des temps de prières, des messes… pour creuser et découvrir notre relation avec le Seigneur.

Je m’inscris à la retraite

Quels sont les problèmes que rencontrent les artistes vis-à-vis de la foi et de l’Église ?

On demande souvent aux artistes de venir pour animer des soirées, pour donner une touche artistique aux événements organisées par l’Église, ils sont comme la dernière roue du carrosse qu’on essaie de ranger un peu partout. Les artistes ne se sentent pas reconnus comme acteurs à part entière de la nouvelle évangélisation.
D’autre part, le beau qu’ils produisent permet de toucher loin, de rejoindre « les périphéries », mais aller seuls dans les périphéries peut être un danger pour eux, ils ont besoin d’être accompagnés et d’être nourris, formés, pour aller se donner dans tous milieux.

Qu’est-ce qui peut redonner l’enthousiasme et la confiance, qu’est-ce qui peut encourager l’âme humaine à retrouver le chemin, à lever le regard vers l’horizon, à rêver d’une vie digne de sa vocation sinon la beauté ? – Benoît XVI

Vous avez vécu une retraite des artistes à Rome en 2018, avez-vous vu les premiers fruits de ce temps pour vous et pour les autres ?

Oui ! En quatre jours, nous avons vu des artistes sortir de l’introspection pour s’ouvrir aux autres et au monde, l’action de l’Esprit était palpable !
Personnellement j’ai été convertie sur un point particulier, le désir d’acheter des originaux et non pas des reproductions pour décorer ma maison. Vraiment il y a de très belles choses dans l’art contemporain et les chrétiens doivent en prendre conscience !

Avez-vous vécu une expérience spirituelle par le beau ?

L’année dernière nous avons eu une veillée portée par la musique et la lumière (l’église était éclairée par les lampions d’un artiste que nous aimons bien : Jean-Baptiste Brejon), avec l’exposition du Saint Sacrement. J’ai pu expérimenter que la beauté menait véritablement à Dieu. La Beauté est l’un des visages du Christ. C’est la splendeur de la Vérité, selon la formule de saint Thomas d’Aquin.

Pour transmettre le message que le Christ lui a confié, l’Église a besoin de l’art. Elle doit en effet rendre perceptible et même, autant que possible, fascinant le monde de l’esprit, de l’invisible, de Dieu. Elle doit donc traduire en formules significatives ce qui, en soi, est ineffable. Or, l’art a une capacité qui lui est tout à fait propre de saisir l’un ou l’autre aspect du message et de le traduire en couleurs, en formes ou en sons qui renforcent l’intuition de celui qui regarde ou qui écoute. Et cela, sans priver le message lui-même de sa valeur transcendantale ni de son auréole de mystère. – Jean-Paul II

L’art est-il un surplus non nécessaire pour l’homme ou quelque chose d’essentiel pour sa vie ?

« L’homme ne vit pas seulement de pain » : les sensibilités à l’art sont variables c’est vrai. Tout le monde n’est pas touché par la production des artistes. Pour autant, ne pas inclure l’art dans la pastorale de l’Église (cela peut prendre beaucoup de formes différentes), c’est oublier que l’homme est fait pour le beau et que certains, sur cette terre, ont reçu des dons pour nous montrer une face de la Beauté.

Quel est le rôle de l’Esprit Saint dans la vie de l’artiste ?

Il est le même que dans la vie de tous les hommes. L’Esprit Saint n’est pas une muse. L’Esprit Saint rend libre et l’artiste doit acquérir une vraie liberté vis-à-vis de son art afin de rendre témoignage à Celui qui est le premier Créateur.

Un mot pour encourager à réfléchir à venir à la retraite ?

« Lèves toi et suis Le »

Cependant, toute inspiration authentique renferme en elle-même quelque frémissement de ce « souffle » dont l’Esprit créateur remplissait dès les origines l’œuvre de la création. En présidant aux mystérieuses lois qui régissent l’univers, le souffle divin de l’Esprit créateur vient à la rencontre du génie de l’homme et stimule sa capacité créatrice. – Jean-Paul II

Il se leva et le suivit – Retraite spirituelle pour artistes

Aux sources de l’art et de la foi

Date : du 7 au 10 mars 2019

A Rome (Italie)

Je m’inscris à la retraite


Les appels aux artistes des Papes

Paul VI

« A vous tous, l’Église du Concile dit à travers Notre voix : si vous êtes les amis de l’art véritable, vous êtes Nos amis ! Ce monde dans lequel Nous vivons a besoin de beauté pour ne pas sombrer dans le désespoir. La beauté, comme la vérité, est ce qui apporte la joie au cœur des hommes, elle est ce fruit précieux qui résiste à l’usure du temps, qui unit les générations et les fait communiquer dans l’admiration. Et cela grâce à vos mains… Rappelez-vous que vous êtes les gardiens de la beauté de notre monde. »

Jean-Paul II

« Par cette lettre, je m’adresse à vous, artistes du monde entier, pour vous confirmer mon estime et pour contribuer à développer à nouveau une coopération plus profitable entre l’art et l’Église. Je vous invite à redécouvrir la profondeur de la dimension spirituelle et religieuse qui en tout temps a caractérisé l’art dans ses plus nobles expressions. C’est dans cette perspective que je fais appel à vous, artistes de la parole écrite et orale, du théâtre et de la musique, des arts plastiques et des technologies de communication les plus modernes. Je fais spécialement appel à vous, artistes chrétiens : à chacun, je voudrais rappeler que l’alliance établie depuis toujours entre l’Évangile et l’art implique, au-delà des nécessités fonctionnelles, l’invitation à pénétrer avec une intuition créatrice dans le mystère du Dieu incarné, et en même temps dans le mystère de l’homme.

Aucun être humain, en un sens, ne se connaît lui-même. Non seulement Jésus Christ révèle Dieu, mais il « manifeste pleinement l’homme à lui- même (23). Dans le Christ, Dieu s’est réconcilié le monde. Tous les croyants sont appelés à rendre ce témoignage; mais il vous appartient, à vous hommes et femmes qui avez consacré votre vie à l’art, de dire avec la richesse de votre génie que, dans le Christ, le monde est racheté : l’homme est racheté, le corps humain est racheté, la création entière est rachetée, elle dont saint Paul a écrit qu’elle « attend avec impatience la révélation des fils de Dieu » (Rm 8, 19). Elle attend la révélation des fils de Dieu même à travers l’art et dans l’art. Telle est votre tâche. Au contact des œuvres d’art, l’humanité de tous les temps – celle d’aujourd’hui également – attend d’être éclairée sur son chemin et sur son destin. »

Extrait de la Lettre aux artistes de Jean-Paul II

Benoît XVI

Chers artistes, m’approchant de la conclusion, je voudrais adresser moi aussi, comme le fit déjà mon prédécesseur, un appel cordial, amical et passionné. Vous êtes les gardiens de la beauté; vous avez, grâce à votre talent, la possibilité de parler au cœur de l’humanité, de toucher la sensibilité individuelle et collective, de susciter des rêves et des espérances, d’élargir les horizons de la connaissance et de l’engagement humain. Soyez donc reconnaissants des dons reçus et pleinement conscients de la grande responsabilité de communiquer la beauté, de faire communiquer dans la beauté et à travers la beauté! Soyez vous aussi, à travers votre art, des annonciateurs et des témoins d’espérance pour l’humanité! Et n’ayez pas peur de vous confronter avec la source première et ultime de la beauté, de dialoguer avec les croyants, avec ceux qui, comme vous, se sentent en pèlerinage dans le monde et dans l’histoire, vers la Beauté infinie! La foi n’ôte rien à votre génie, à votre art, au contraire elle les exalte et les nourrit, elle les encourage à franchir le seuil et à contempler avec des yeux fascinés et émus le but ultime et définitif, le soleil sans crépuscule qui illumine et embellit le présent.

Saint Augustin, chantre amoureux de la beauté, en réfléchissant sur le destin ultime de l’homme et presque en commentant ante litteram la scène du Jugement que vous avez aujourd’hui devant les yeux, écrivait ainsi:  « Nous jouirons donc d’une vision, ô frères, jamais contemplée par les yeux, jamais entendue par les oreilles, jamais imaginée par la fantaisie:  une vision qui dépasse toutes les beautés terrestres, celle de l’or, de l’argent, des bois et des champs, de la mer et du ciel, du soleil et de la lune, des étoiles et des anges; la raison est la suivante:  celle-ci est la source de toute autre beauté » (In Ep. Jo. Tr. 4,5:  PL 35, 2008). Je souhaite à vous tous, chers artistes, d’emporter dans vos yeux, dans vos mains, dans votre cœur cette vision, pour qu’elle vous donne la joie et inspire toujours vos belles œuvres. Alors que je vous bénis de tout cœur, je vous salue, comme le fit déjà Paul VI, avec un seul mot:  au revoir!

Je suis heureux de saluer tous les artistes présents. Chers amis, je vous encourage à découvrir et à exprimer toujours mieux, à travers la beauté de vos œuvres, le mystère de Dieu et le mystère de l’homme. Que Dieu vous bénisse!

Extrait du discours lors de la rencontre avec les artistes de Benoit XVI


Pour aller plus loin


Aux sources de l’art et de la foi : une retraite pour les artistes

Unifier le talent des artistes avec leur foi, tel est l’enjeu de la retraite spirituelle proposée aux artistes professionnels par ...

Retraite des artistes à Rome 2018

Un temps de ressourcement pour artistes chrétiens s’est déroulé quelques jours durant à l’église de la Trinité des Monts. Clémence ...