« Prier la liturgie des heures : quelle joie ! » – témoignage de Sophie

Cet article fait partie du dossier thématique :La liturgie, l’Eglise en prière →

Peu après ma conversion, des amis prêtres m’ont proposé de prier la liturgie des heures avec eux. Cette joie ponctuelle est devenue au fil du temps plus quotidienne : J’ai commencé à prier dans mes temps de transport au moins deux offices chaque jour.

Puis, en 2001, je suis partie au Canada pour préparer en équipe les JMJ de Toronto : nous étions deux laïcs et un prêtre de l’Emmanuel. Un soir, accueillis dans une paroisse, nous avons demandé au curé si nous pouvions prier les vêpres et célébrer la messe. Il nous a regardés très étonné : « Vous priez les vêpres ? » Cette réaction m’a infiniment peinée. Il ne priait visiblement pas la liturgie des heures contrairement à l’engagement qu’il avait pris le jour de son ordination. De retour en France, j’ai décidé de prier la liturgie des heures pour les prêtres qui ne la prient pas ou pour lesquels la prier est difficile. Cette dimension d’offrande m’aide encore à rechoisir chaque jour la fidélité, très humblement et pauvrement : chaque office prend 5 à 10 minutes. Toutefois, longtemps j’ai pensé que cette prière était réservée aux clercs et aux consacrés, et je n’étais donc pas très à l’aise : avais-je vraiment le droit de le faire moi aussi ? Un ami prêtre auquel j’ai confié mes réserves m’a vivement encouragée à persévérer. Grâce à lui, j’ai découvert l’office des lectures qui comprend un extrait de la parole de Dieu plus long et un commentaire des Pères de l’Église (ou autres auteurs). C’est toujours magnifique ! Tous ces textes forment mon intelligence et nourrissent ma prière jour après jour. La parole de Dieu, grâce notamment aux psaumes, priés au quotidien, me devient plus familière. La liturgie des heures m’apprend la prière du cœur et me fait goûter le miel, le doux murmure de la Parole de Dieu. Et c’est aussi la prière de l’Église. Aussi, quand je prends conscience que des millions de personnes prient aujourd’hui les mêmes psaumes que moi, ou quand je peux la vivre avec d’autres, quelle joie !

C’est une prière simple et pauvre, accessible à tous, qui nous rapproche du Seigneur et nous unit. ¨

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le :

Partager sur facebook
Je partage
sur Facebook
Partager sur whatsapp
J'envoie
via Whatsapp
Partager sur email
Je transmets
par mail

Cet article fait partie du dossier thématique :La liturgie, l’Eglise en prière →

A lire aussi

EMMANUEL PLAY

Directs, replays, parcours de formation...