Petits héros de la planète : un livre pour engager les enfants dans Laudato si

Alexis et Adeline Voizard, membres de l’Emmanuel auteurs de plusieurs livres sur la mise en application concrète de Laudato si’ ont écrit, avec l’aide de leurs propres enfants, un nouvel ouvrage à destination des plus jeunes. Ils nous expliquent leur démarche.

Qu’est-ce qui vous a motivés à écrire ce livre ?

Nous venons de passer une année au vert dans les montagnes d’Auvergne pour prendre du temps en famille, vivre en plus grande communion avec la nature et imaginer un futur projet professionnel et familial qui corresponde à notre vocation. Nous avons fait le choix de l’école à la maison pour Baptiste et Soline, nos aînés de 11 et 9 ans. Ce nouveau rythme familial a permis à nos enfants de mieux comprendre les enjeux d’une vie plus écologique et aussi d’en goûter les fruits. Avec Baptiste et Soline, nous avons eu l’idée de rédiger un livre pour les enfants, proposant de petits défis écologiques environnementaux, humains et spirituels, illustrés par des anecdotes familiales racontées par leurs voix.

Pourquoi à destination des enfants ?

D’abord parce que les enfants sont les premiers concernés par l’avenir de la planète. C’est pour eux, les générations futures, qu’il nous semble que le Seigneur nous demande depuis tout temps de cultiver et de garder la terre. Dans l’action de grâce face à la beauté de la création, nous nous sentons responsables d’en prendre soin, pour les enfants en particulier.

Ensuite, par souci de transmettre une éducation chrétienne à nos enfants, qui passe par une vie plus sobre, tournée vers l’essentiel, dans un souci des conséquences de notre façon de consommer pour les plus pauvres de la planète. Il est beau de montrer à nos enfants que par de petits gestes qualifiés d’écolos, ils peuvent contribuer à faire le bien sur la terre, en même temps qu’ils prennent soin de leur corps, de leur santé et qu’ils trouvent de la joie. Nous souhaitions aussi transmettre la dimension intégrale de l’écologie, et non purement environnementale comme ils y sont désormais très éduqués par les programmes scolaires. Nous avons ainsi proposé des défis qui soient aussi humains ou spirituels, en proposant par exemple d’organiser un pique nique zéro déchet mais aussi de demander son prénom à un sdf ou de rendre grâce pour la création. 

Enfin, nous constatons que les jeunes peuvent être tiraillés entre leur désir ne pas gaspiller et les tentations consommatrices de la cour d’école ou encore les remarques de leurs camarades. Avec humour, les enfants et nous avons essayé d’aborder ces sujets, avec par exemple les défis “survivre aux tentations de la kermesse” ou “ne pas juger”.

En quoi votre conversion écologique a changé votre vie de famille ?

Notre conversion écologique a d’abord été source de joie pour la famille, nous faisant tous entrer dans une plus grande gratitude pour la beauté de la création. Nous passons beaucoup plus de temps dans la nature à contempler les paysages, à nous promener, à jardiner, et faisons désormais une louange en famille chaque matin. Elle a aussi changé notre façon de consommer, convaincus que moins mais mieux était juste et bon. Enfin, cette conversion a guidé nos choix de vie et professionnels. Nous avons d’abord déménagé pour pouvoir tout faire à pied. Plus tard, nous avons profité d’une rupture de contrat de travail pour vivre cette année au vert et retravailler notre vocation à la lumière de notre désir d’une vie plus écologique. Ainsi, le choix de la nouvelle activité d’Alexis (désormais dirigeant et consultant RH afin de mettre l’homme au cœur des problématiques d’entreprise) et celui de notre nouveau lieu de vie (proche de la nature tout en permettant d’éviter la voiture) s’est clairement fait au regard de cette conversion. Nous avons également choisi de poursuivre l’instruction en famille pour le rythme plus sain qu’elle permet. Mais au-delà d’être toujours plus écolos, c’est bien sûr d’abord notre appel à la sainteté qui continue de transformer notre vie de famille. Seulement, désormais, nous savons qu’une vie plus sainte passe par une vie plus soucieuse du respect de la création ainsi que par une vie plus sobre, qui redonne la première place à Dieu.


Extrait : INTRODUCTION DU LIVRE

Bonjour !

Nous sommes Baptiste et Soline Voizard et nous avons 11 et 9 ans. On se dispute tout le temps mais au fond, on s’adore. On partage la même chambre, les mêmes blagues, les mêmes jeux et surtout les mêmes parents !

Depuis qu’ils ont lu Laudato Si’, un livre du pape François qui parle d’écologie, nos parents ont viré écolo ! Ils ont même écrit des livres pour expliquer qu’on peut sauver la planète à domicile. Depuis, ils sont souvent invités à en parler un peu partout en France, dans des collèges, dans des sessions ou dans des paroisses.

Ah oui, parce qu’on est cathos, aussi ! On va à la messe le dimanche et on prie tous les jours à la maison ; enfin, on essaie… C’est vrai que la vie de famille a pas mal changé depuis que les parents se sont mis à l’écologie. Par exemple, on n’achète presque plus de goûters emballés dans du plastique. L’avantage, c’est que Maman cuisine souvent de bons gâteaux. On prend des douches éclair au lieu de prendre des bains. Et à vrai dire, ça nous arrange bien car on a toujours quelque chose de plus passionnant à faire que se laver !

On a aussi déménagé pour pouvoir tout faire à pied et moins utiliser la voiture. Maman dit qu’elle est en meilleure forme après vingt minutes de marche qu’après cinq minutes de voiture. Il faut dire que vu notre niveau sonore quand on part en voyage (on est cinq enfants à la maison), on la comprend un peu. On s’est aussi mis à s’occuper d’Elsa et Anna, nos poules pondeuses, à faire un petit potager (si vous aviez vu toutes les tomates et pommes de terre qu’on a récoltées !) ou même à fabriquer notre propre lessive.

Mais le plus sympa, c’est que les parents nous emmènent avec eux quand ils doivent témoigner devant des familles. On a le droit de parler dans le micro pour raconter nous aussi comment on peut sauver la planète avec des petits gestes tout simples. C’est vraiment chouette de voyager avec eux, sans les plus petits, et de pouvoir partager à d’autres comment notre vie a changé.

À la fin des conférences, des personnes sont venues nous féliciter pour nous dire qu’elles avaient beaucoup apprécié qu’on soit là avec nos parents pour témoigner et que ça leur donnait envie de changer des petites choses dans leur vie. On propose souvent de commencer par un tout petit geste, pour éviter de se décourager. Car si on débute par un tout petit pas, comme fermer le robinet quand on se brosse les dents, on y arrive plus facilement. Alors on est tout fier, on sait que c’est utile et ça nous rend joyeux. Grâce à de nouvelles habitudes très simples, on se sent un peu comme des super-héros, avec le pouvoir de changer le monde et de le rendre meilleur.

On trouve ça bien de pouvoir s’exprimer même si on est encore petits (enfin, Baptiste est presque adolescent !), parce que ce sont surtout nous, les enfants, qui sommes concernés par les problèmes de la planète comme la pollution ou le réchauffement climatique. Nos parents peuvent écrire des livres ou participer à des conférences, mais c’est nous, la nouvelle génération, et on a le droit de vouloir une belle planète pour maintenant et pour quand on sera grands. Et on croit qu’on peut vraiment changer les choses, puisqu’on peut déjà choisir à la maison des actions qui font du bien à notre Terre, à notre santé et à ceux qui nous entourent.

Tous les enfants peuvent participer pour construire un monde où l’on respire un bon air, où l’on mange bien à la cantine, où l’on peut se promener dans de beaux paysages, où l’on connaît ses voisins, et plein de belles choses encore ! Les parents nous disent qu’on est co-créateurs du monde. On aime beaucoup ce mot. Co, ça veut dire avec. Avec Dieu, bien sûr, car c’est Dieu qui a créé le monde. Dieu a voulu qu’on soit créateurs du monde avec lui, il nous fait confiance ! Il nous laisse libres de l’abîmer ou d’en prendre soin, de faire le mal ou de faire le bien. On peut choisir de jeter des papiers par terre, d’acheter plein de choses qu’on n’utilisera pas, de laisser les lumières ou l’ordinateur allumés. Mais on peut aussi préférer prendre soin de la planète et des gens qui l’habitent, en ayant une vie toute simple mais pleine d’aventures !

Est-ce que ça vous dirait de vivre cette aventure avec nous et d’être des co-créateurs d’un monde vraiment chouette, de prendre soin de la Terre (notre « maison commune », dit le pape François) et de ses habitants ? Si oui, on vous propose 21 défis à relever en petits héros de la planète !

Tu peux les lire tous à la suite, mais on te conseille de les redécouvrir un par un ensuite, pour prendre le temps de bien les comprendre et de vivre chaque défi à fond. Car on ne devient pas un héros super-écolo en un coup de baguette magique ! Ça se fait petit à petit.


Sur le même thème


Laudato si : le pape s’adresse à un groupe de français

A l’occasion de l’année Laudato si, un groupe de 13 français engagés pour l’écologie a été reçu par le Saint ...

Comment sauver la planète à domicile, un manuel d’écologie intégrale

Comment convertir l’écologie intégrale en actes quotidiens ? Adeline et Alexis Voizard nous donnent des pistes pour chaque pièce de ...

Il est vivant fait un numéro vert

Le Pape nous appelle à la conversion intégrale. Qu’est-ce et comment s’y mettre ? (Il est Vivant n°335) Laudato Si, ...

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le :

Partager sur facebook
Je partage
sur Facebook
Partager sur whatsapp
J'envoie
via Whatsapp
Partager sur email
Je transmets
par mail

A lire aussi

« Outillons nos enfants des armes du dialogue ! »

Rapprochons deux événements récents : l’assassinat d’un professeur d’histoire en collège, Samuel Paty, à Conflans-Ste-Honorine, le 16 octobre 2020, et la parution de l’encyclique du pape François, Fratelli tutti, le 3 octobre précédent. Ce crime odieux touche tous les enseignants

Banigbé (Bénin) : Quand une paroisse crée une ferme solidaire

Comment mettre fin à l’insécurité alimentaire qui s’impose comme une fatalité au Bénin ? Comment éveiller chez les jeunes l’amour de la terre pour lutter contre l’exode rural et développer les campagnes ? Telles sont les questions qui habitent le

EMMANUEL PLAY

Directs, replays, parcours de formation...