Petits héros de la planète, défi 6 : Fabriquer un cadeau de tes propres mains

A l’occasion de l’année consacrée à l’encyclique Laudato si’ du pape François nous vous partageons un deuxième défi, après le premier qui consistait à donner un vêtement inutilisé, à destination des plus jeunes tiré du livre Petits héros de la planète. Alexis et Adeline Voizard qui en sont les auteurs sont membres de l’Emmanuel et ils ont récemment écrit ce livre pour mettre Laudato si’ à portée des enfants.

➡ Relire le défi précédent : Défi 10 : Donner un vêtement

DÉFI 6 – Fabriquer un cadeau de tes propres mains

À Noël dernier, j’avais un grand désir de faire plaisir à mes parents. J’avais vu Baptiste dépenser son argent pour leur offrir des porte-clés qu’il avait trouvés dans la petite brocante près de notre maison. Cela m’avait donné envie de leur acheter quelque chose avec mes propres sous.

Petits héros de la planète : un livre pour engager les enfants dans Laudato si’

Seulement, je n’ai pas d’argent de poche et il ne me restait que 50 centimes des sous de la petite souris. J’étais bien embêtée. Maman me disait qu’ils n’avaient besoin de rien, que notre amour et notre joie leur suffisaient mais que, si j’y tenais, je pouvais opter pour des « bons pour ». C’est cette solution que j’ai retenue (en plus d’une tablette de bon chocolat qu’on a achetée en mettant notre argent en commun avec Baptiste).

J’ai décidé d’offrir des « bons pour un câlin » (que Maman a utilisé tout de suite et Papa un peu plus tard), un « bon pour une tisane de Noël » (que je leur ai préparée moi-même) et un « bon pour un petit-déjeuner au lit » (un des bons dont mes parents raffolent). J’étais assez contente de mon cadeau et, du coup, ça m’a donné des idées pour compléter la boîte de Noël qu’on préparait en famille pour nos grands-parents.

On avait déjà décoré deux belles boîtes en carton dans lesquelles on avait mis des dessins et des flocons de neige découpés dans du papier par nos soeurs et des « diplômes du meilleur grand-père » qu’on avait rédigés avec Baptiste. On a cherché des idées avec Maman et, pour mon Api (le papa de Maman), on a mis un « bon pour une sortie au théâtre avec Baptiste et Soline ». Maman a acheté des places pour qu’il nous emmène voir Les Fourberies de Scapin, une pièce de Molière que Baptiste étudie au collège.

Pour Mamette, on a choisi un bon pour emmener mes sœurs voir un dessin animé au cinéma. Pour tous les grands-parents, on a ajouté un « bon pour une chanson et un sketch ». Avec Baptiste, on a appris par cœur la chanson « Le petit Papa Noël chamboulé » d’Aldebert et une courte pièce de théâtre. C’était Le Rôti de lapin de Karl Valentin. Ils ont beaucoup aimé quand on a chanté et joué car c’était drôle !

En plus de ça, on a passé toute une semaine à cuisiner l’après-midi des petites friandises sucrées et salées. On a fabriqué de la tapenade et du houmous, des mendiants, des orangettes, de la confiture avec les mûres qu’on avait cueillies en septembre, des fruits déguisés et des sablés en forme de sachets de thé. Ce sont mes sœurs qui ont mélangé la pâte à biscuit et nous qui avons découpé les formes et fait un petit trou pour mettre une ficelle et coller une petite étiquette. Enfin, on a ajouté un saucisson au chocolat. Vous devriez essayer, c’est délicieux ! On a tout emballé dans des petits bocaux en verre et fabriqué des étiquettes pour présenter chaque création. Le rendu était très joli.

Grâce à ce Noël, je me suis rendu compte qu’on pouvait faire de chouettes cadeaux sans acheter de choses neuves, mais en les fabriquant de nos propres mains et, comme dirait Maman, de tout notre cœur !

Incroyable mais vrai

À Noël, 707 millions de cadeaux sont échangés partout dans le monde1.

1. D’après www.planetoscope.com.

Ce que François m’a dit

Que Noël ne soit jamais une fête du consumérisme1 commercial, de l’apparence ou des cadeaux inutiles, ou bien des gaspillages inutiles, mais que ce soit une fête de la joie d’accueillir le Seigneur dans la crèche et dans son cœur.
Homélie du 22 décembre 2014

1. Le consumérisme, c’est le fait de consommer à outrance.

L’effet papillon

Début septembre, Mathilde m’a invitée à son anniversaire. On était neuf filles et deux garçons de la classe à être invités, en plus de ses deux voisines. Je me demandais bien ce qui pourrait lui faire plaisir comme cadeau. J’avais envie de lui apporter un carnet de « top modèles » à colorier sur lequel on peut coller des paillettes, comme j’avais vu chez Sarah. Mais elle m’a dit qu’elle en avait déjà un.

Maman m’a suggéré d’opter pour un petit cadeau, vu qu’elle allait certainement être très gâtée. Elle m’a dit que je pouvais peut-être fabriquer quelque chose de mes propres mains, et on a pensé aux jolis bocaux « SOS cookies ». Ce sont des bocaux en verre qu’on remplit couche par couche d’ingrédients pour faire des cookies : une couche de farine, une de levure, une de sucre (on peut mettre du roux puis du blanc pour varier les couleurs) et on termine par ce qu’on veut pour donner du goût et faire joli. J’ai choisi de faire une couche de muesli et une de Smarties.

Ensuite, j’ai pris des feutres pour faire une étiquette avec écrit « SOS cookies » et pour expliquer qu’il fallait tout mélanger avec un oeuf et 125 grammes de beurre, puis façonner de petites boules à faire cuire une dizaine de minutes à 180 °C. Il fallait bien sûr être très attentive en portant le bocal pour que tout ne se mélange pas mais reste joli. Cela rendait très bien.

Malgré tout, en arrivant chez mon amie, j’avais un peu peur qu’elle trouve mon cadeau nul par rapport aux autres et qu’elle préfère un jeu ou un livre, par exemple. Heureusement, quand elle l’a ouvert, j’ai vu qu’elle était surprise et contente. De toute façon, elle avait beaucoup de cadeaux alors elle passait vite de l’un à l’autre sans faire trop attention (sauf au serre-tête avec une couronne dessus que lui a offert Victoire et qu’elle a voulu mettre tout de suite).

Le lendemain, Mathilde est arrivée à l’école avec tous les cookies qu’elle avait cuisinés, ça m’a vraiment fait plaisir. En plus, elle les a partagés avec plein de copines, et ils étaient très réussis. Mais ce qui m’a le plus étonnée, c’est que Victoire « copie » mon idée et offre à son tour un bocal « SOS cookies » à l’anniversaire de Sarah, en novembre. J’ai trouvé ça super qu’on se donne des idées pour des cadeaux plus « écolos » !

À toi de jouer

Ton défi consiste à fabriquer un cadeau de tes propres mains. Pour ton papa, ta grand-mère, ton parrain, ton institutrice, un ami, une soeur… à toi de choisir ! Tu peux faire un bocal « SOS cookies » ou bien cuisiner quelque chose, bricoler, découper, peindre, dessiner, coudre, broder, réciter un poème, inventer une chanson, etc. Le meilleur cadeau sera celui que tu auras imaginé et que tu auras fabriqué avec joie !

À interpréter

Tu peux découvrir les courtes pièces de Karl Valentin ou de Georges Courteline sur le site : www.libretheatre.fr. Un beau cadeau à offrir à ta famille !


Pour aller plus loin


Petits héros de la planète, défi 10 : donner un vêtement

A l’occasion de l’année consacrée à l’encyclique Laudato si’ du pape François nous vous partageons un premier défi à destination ...

Petits héros de la planète : un livre pour engager les enfants dans Laudato si

Alexis et Adeline Voizard, membres de l’Emmanuel auteurs de plusieurs livres sur la mise en application concrète de Laudato si’ ...

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le :

Partager sur facebook
Je partage
sur Facebook
Partager sur whatsapp
J'envoie
via Whatsapp
Partager sur email
Je transmets
par mail

A lire aussi

Pour l’Avent, suivez “Dieu avec nous dans l’attente”

“Dieu avec nous dans l’attente” vous propose chaque jour de l’Avent un podcast biblique de 8-10 minutes par le père Alain de Boudemange sur decouvrir-dieu.com Le temps de l’avent est le temps par excellence pour lire les Écritures : cette

EMMANUEL PLAY

Directs, replays, parcours de formation...