Mission retraités !

Retraités © Communauté de l'Emmanuel 2014

Une nouvelle session des retraités a lieu du 6 au 10 octobre à Paray-le-Monial. Trois questions à Claude Beauducel, responsable de cette mission.

> Pourquoi une session des retraités ?

Nous abordons cette année la 41e session, et comme il y a longtemps eu 1 seule session par an, les sessions remontent à environ 30 ans ! Il s’agit de proposer aux retraités de mettre cette étape de leur vie sous le regard du du Seigneur et de discerner comment très concrètement répondre à leur vocation d’enfants de Dieu dans cette nouvelle situation. (Des activités plus locales pourraient être envisagées, sans parler de la question des maisons de retraite : comment y poursuivre une vie chrétienne ?).

> Que permet-elle d’y vivre ? 

Organisées sur le mode des sessions d’été, elles donnent l’occasion de vivre plus intensément l’objectif de la mission, dans les grâces de Paray-le-Monial ou de l’Ile Bouchard et celles de la Communauté : groupes de partage, adoration, soirées miséricorde, confessions, sacrement des malades, en plus des enseignements du matin et des carrefours de l’après midi.

> Quel est le programme 2014-2015 ?

La prochaine session a donc lieu 6 au 10 octobre prochains à Paray-le-Monial, avec pour intervenant le P. Yannik Bonnet, et du 16 au 20 mars 2015, avec Béatrice Dufour. Le thème commun de ces sessions est : « Je vous dis cela pour que ma joie soit en vous et que votre joie soit complète. (Jean 15, 11) ». Devant des évolutions de société que l’esprit du monde nous fait croire inéluctables, en des temps incertains où l’on se demande quelle terre nous allons léguer aux générations futures, nous pourrions être tentés par le pessimisme, la résignation et la tristesse. Pourtant, le Pape François ne cesse de nous répéter qu’un chrétien qui n’est pas joyeux n’est pas vraiment chrétien. Angélisme ? Durant cette session nous allons supplier l’Esprit-Saint de consolider en nous la foi dans la victoire du Ressuscité. Forts de cette consolation, nous pourrons alors « rendre compte de l’espérance qui est en nous », comme le dit l’apôtre Pierre.

Il y aura aussi une session en mai à Chézelles, près de l’Ile-Bouchard, où Marie a promis de donner « du bonheur dans les familles » !

Le témoignage de Colette

Pour venir à la session du mois d’octobre dernier j’appréhendais de faire le voyage seule, en voiture. Portée par mon groupe de prière, tout s’est très bien passé et je suis arrivée sans encombre, avec mes fardeaux.

Voilà 3 ans, j’ai perdu mon mari brutalement, et depuis c’est une succession d’épreuves et de problèmes de tous ordres. J’ai dit au Seigneur : « Tu connais toutes mes difficultés, alors je ne demande rien, que ta volonté soit faite ». J’ai enfin compris ce que voulait dire « déposer son fardeau » et je me suis sentie tout de suite apaisée.

Etant en mauvaise santé depuis de nombreuses années, j’ai demandé,  lors de cette session des retraités, le sacrement des malades. Au moment de l’onction j’ai été envahie par une grande chaleur, des pieds à la tête. L’après-midi qui suivit, dans mon groupe de partage et au moment de la prière des frères tous les textes me concernant parlaient de l’Esprit Saint, de la Pentecôte et disaient « n’aie pas peur ». Le voyage de retour s’est fait dans la paix et dans la joie. Depuis le départ de mon mari, je vis seule dans notre maison et je ne supportais pas le silence. Il me fallait du bruit autour de moi : musique, radio, tv, même si bien souvent je n’écoutais pas. Certainement qu’au milieu de ce vacarme le Seigneur a essayé de me parler, mais je ne l’entendais pas… A mon retour, après plusieurs heures dans ma maison, j’ai réalisé que j’étais dans le silence et que je n’avais rien branché. Cette grâce m’aide beaucoup pour prier et ma vie est changée. Le Seigneur m’a donné ce qui était bon pour moi ! Tous les problèmes ne se sont pas réglés miraculeusement mais je les vis différemment en les confiant au Seigneur et en lui demandant ce qu’il attend de moi ; il y a toujours une réponse.

Témoignage d’un couple

Il est pratiquant, elle est adepte du zen depuis 30 ans et n’a jamais remis les pieds dans une église. Au cours d’une ballade en vélo (seule) elle passe près d’une petite chapelle et se sent poussée à y entrer. Elle tombe sur un tract de la session, en rentrant le montre à son mari et ils décident de s’inscrire. Dès le début de la session, elle est très touchée par ce que dit le prêtre intervenant. Après un combat intérieur sérieux elle fini par le rencontrer ayant très peur qu’il lui demande de renoncer à ce qui jusqu’alors à fait le centre de sa vie. Il la rassure et elle est repartie paisible avec la décision que progressivement ce soit Jésus qui devienne le « centre » de sa vie.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur facebook
Je partage
sur Facebook
Partager sur whatsapp
J'envoie
via Whatsapp
Partager sur email
Je transmets
par mail

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles d'actualité

Invitation à faire son examen de confiance

Israël n’a cessé de relire son passé et c’est au cœur de cette relecture qu’est née son espérance messianique. Jésus a invité les disciples d’Emmaüs à relire avec lui sa vie et sa mort dans l’histoire d’Israël pour qu’elles y

Notre chemin de vérité

En soi, la vérité est une ; mais les chemins pour la rejoindre sont multiples. Une chose est sûre : chaque personne a son chemin et elle se doit de l’assumer. Une autre aussi : chaque société a un chemin

Autres articles