La messe de A à Z – points de repère

Cet article fait partie du dossier thématique :La liturgie, l’Eglise en prière →

Voici quelques rappels simples pour redécouvrir la richesse et le sens de ce que nous célébrons à la messe.

Par l’Équipe Liturgie de la Communauté de l’’Emmanuel

A SAVOIR

La Présentation générale du missel romain (ou PGMR) Le document de référence pour la célébration de la messe s’appelle la Présentation générale du missel romain (PGMR). Il se trouve au début du missel utilisé par le prêtre pour célébrer la messe. Sa dernière édition (2002) est disponible sur Internet. Ce document précise le sens de chaque rite, parole ou geste, et propose diverses manières de le mettre < en œuvre en fonction des circonstances.

PETIT LEXIQUE

SC : Sacrosanctum concilium.
CEC : Catéchisme de l’Église catholique.
EG : Evangelium Gaudium La Joie de l’Évangile, Pape François.

Elevation iev messe

Avant la messe

•Prêter attention à l’appel des cloches, premier signe de l’appel de Dieu.

•Se préparer à une rencontre importante :

– Le jeûne eucharistique, au moins une heure avant de recevoir la communion, attise notre faim de cette rencontre.

– Arriver un peu en avance pour avoir le temps de se recueillir. On peut aussi se préparer par la confession si cela est nécessaire, spécialement avant les grandes solennités.

– Exprimer par notre tenue vestimentaire que cette rencontre compte pour nous.

1.Les rites d’ouverture

Ils ont pour fonction de nous préparer à célébrer les saints mystères : se rendre présent à Dieu, se reconnaître pécheur et accueillir le pardon de Dieu, commencer à le remercier, sortir de sa prière personnelle pour s’ouvrir à la prière commune, avec et pour les autres.

Procession d’entrée accompagnée d’un chant

Chant d’entrée : « Le but de ce chant est d’ouvrir la célébration, de favoriser l’union des fidèles rassemblés, d’introduire leur esprit dans le mystère du temps liturgique ou de la fête, et d’accompagner la procession du prêtre et des ministres. » (PGMR, 25).

La procession exprime le mouvement de l’Église, en marche avec et par le Christ, vers le ciel :

• La croix, signe de notre salut, est précédée de l’encens qui monte vers Dieu comme une prière de louange et d’adoration et qui est signe de sa présence parmi nous.

• L’évangéliaire est porté solennellement par le diacre ou le prêtre qui le dépose sur l’autel.

• Les cierges rappellent que Jésus est la lumière du monde.

• Le prêtre représente le Christ tête de l’Église, dont l’assemblée est le corps.

Nous nous levons au début du chant d’entrée pour accueillir le Seigneur par notre chant, prêts à le suivre et à faire sa volonté. S’il n’y a pas de chant d’entrée, en semaine par exemple, on lit l’antienne d’ouverture du missel.

Vénération de l’autel. L’autel, étymologiquement altar (lieu élevé), représente le Christ. Il a été consacré et marqué de cinq croix signifiant les 5 plaies du Christ. C’est autour du Christ « élevé » sur la croix que le peuple se rassemble pour célébrer sa résurrection. C’est lui le centre de toute l’action liturgique. C’est pourquoi on s’incline devant lui. Aux jours de fête, il est encensé. L’autel renferme aussi des reliques de saints en signe de l’union de l’Église du ciel et de la terre dans le Christ.

Le prêtre embrasse l’autel. Les trois baisers de l’Eucharistie expriment la présence du Seigneur dans l’autel (1er baiser), dans sa Parole (2e baiser – de l’évangéliaire après la lecture) et dans le peuple rassemblé (3e baiser de paix).

Salutation d’ouverture

Signe de croix. Le prêtre avec toute l’assemblée fait le signe de la croix. Ce geste résume toute l’histoire du salut. Il confesse le mystère de la Sainte Trinité (un seul Dieu en trois personnes), le salut intervenu par la croix et il rappelle notre baptême.

La salutation « Le Seigneur soit avec vous » à laquelle l’assemblée répond « Et avec votre esprit » revient plusieurs fois au cours de la messe : au début de la célébration, avant la lecture de l’Évangile, au début de la prière eucharistique et avant la bénédiction finale.

Ce petit dialogue, qui nous rend attentifs avant des moments importants, nous rappelle que la liturgie n’est pas un monologue. Elle est un dialogue entre le Christ et l’Église, exprimé dans les rôles différenciés du sacerdoce ministériel et du sacerdoce commun.

Préparation pénitentielle

La préparation pénitentielle nous prépare à célébrer dignement l’Eucharistie en nous faisant reconnaître nos péchés et accueillir la grâce du pardon.

Acclamation du Kyrie eleison. « C´est un chant par lequel les fidèles acclament le Seigneur et implorent sa miséricorde. » (PGMR, 52).

Cette invocation en grec, langue du Nouveau Testament, vient du mot Kyrios, traduction du Nom révélé de Dieu, YHWH. Par l’acclamation Kyrie eleison (« Seigneur, prends pitié »), nous reconnaissons la Seigneurie de Dieu et la divinité du Christ, nous confessons que nous sommes pécheurs et confessons la miséricorde de Dieu. C’est un moment intense, qui rend gloire à Dieu.

Gloria

« Le Gloria est une hymne très ancienne et vénérable par laquelle l´Église, rassemblée dans l´Esprit Saint, glorifie Dieu le Père ainsi que l´Agneau qu’elle supplie » (PGMR, 53).

Le Gloria prolonge l’acclamation du Kyrie. Il s’ouvre par le chant des anges lors de la venue au monde de Jésus (Lc 2, 13-14). À l’origine, c’est une prière des laudes, composée en grec par l’Église d’Orient, où elle est encore chantée chaque matin.

On le chante tous les dimanches, solennités et fêtes, à l’exception des dimanches de l’Avent et du Carême, pendant lesquels on se prépare à l’exultation de joie de la Nativité et de la Résurrection en s’abstenant de le chanter.

« On ne peut jamais remplacer le texte de cette hymne par un autre. Le Gloria est entonné par le prêtre ou, si cela est opportun, par un chantre ou par la chorale (…) Si on ne le chante pas, il doit être récité par tous, ensemble ou par deux chœurs qui alternent » (PGMR, 53).

Comme pour toutes les pièces de l’ordinaire1, on veillera à respecter le texte donné et à choisir une mélodie rendant possible la participation de l’assemblée. Le Gloria est de préférence chanté par toute l’assemblée ou en alternance avec la chorale ou l’animateur, d’un seul tenant (sans reprise d’un « refrain »), sauf dans les cas exceptionnels où on l’estimerait nécessaire pour favoriser la participation de tous.

Prière/Collecte

Après un temps de silence, le prêtre prononce une prière qui est appelée “collecte”, parce qu’elle rassemble les prières de chacun des membres de l’assemblée.

1. L’ordinaire de la messe (en latin, Ordo Missæ) est l’ensemble des prières et parties invariables de la messe.

Rite ou ritualisme ?

Célébrer la liturgie suppose d’être fidèle aux rites proposés afin d’entrer dans la « foi reçue des apôtres » en accueillant humblement ce mystère qui nous dépasse. En même temps, le Missel romain offre souvent une certaine liberté de mise en œuvre et invite à un discernement pastoral. À nous d’en vivre, afin de ne pas faire du rite un ritualisme. Surtout, rappelons-nous que manquer de charité est souvent plus grave que de ne pas respecter parfaitement une rubrique. L’humilité, le discernement, la prière, ainsi qu’une certaine liberté spirituelle sont indispensables pour vivre une célébration liturgique authentique.

LA PRÉPARATION PÉNITENTIELLE

Il existe 3 possibilités principales de préparation pénitentielle (Missel Romain) :

La plus courante : « Je confesse à Dieu » et acclamation du Kyrie

La plus courte, dont la nouvelle traduction est : Célébrant : « Prends pitié de nous, Seigneur » Peuple : « Nous avons péché contre toi » Célébrant : « Montre-nous Seigneur ta miséricorde » Peuple : « Et donne-nous ton salut » et acclamation du Kyrie.

La formule litanique : triple invocation au Christ miséricordieux, rappel de ce qu’il a fait pour nous sauver et acclamation du Kyrie. D’autres rites peuvent tenir lieu de préparation pénitentielle : Le rite de l’aspersion, rappel que par le baptême nous avons été plongés dans la mort et la résurrection du Christ et lavés de nos péchés ou la récitation des psaumes lorsque l’office (laudes ou vêpres) est intégré à la messe.

2 La liturgie de la Parole

« Le Christ est là présent dans sa Parole, car c’est lui qui parle tandis qu’on lit dans l’Église les Saintes Écritures » (SC, 7).

La première lecture

Elle est tirée de l’Ancien Testament sauf pendant le temps pascal, où on lit les Actes des Apôtres. Elle est choisie selon trois principes : – Elle se rattache à l’Évangile du jour. – Les dimanches de Carême, ce sont les récits des grandes étapes de l’histoire du salut. – En semaine, on lit en continu les principaux passages d’un même livre.

Le psaume responsorial

Dieu nous a parlé dans la première lecture. Le psaume est la réponse de l’assemblée sous forme d’une supplication ou d’une action de grâce. Dans toute la mesure du possible, il est fait pour être chanté. À défaut, on pourra le lire, éventuellement sur fond musical. La réponse de l’assemblée s’exprime dans le chant de l’antienne tirée du lectionnaire2, inspirée des paroles du psaume ou du temps liturgique. Le psaume peut aussi être chanté par toute l’assemblée, par exemple en alternance avec un chantre ou avec une chorale.

La deuxième lecture

Elle est tirée du Nouveau Testament et donne l’enseignement des Apôtres.

Acclamation de l’Évangile

Par l’Évangile, c’est le Christ, Verbe de Dieu et lumière du monde qui parle. C’est ce qu’exprime la procession de l’évangéliaire accompagné des cierges, de l’autel jusqu’à l’ambon, et son encensement. Toute l’assemblée se lève pour l’écouter. L’alléluia qui l’accompagne signifie « Louez Dieu ». C’est le chant de joie et de victoire du peuple sauvé par son Seigneur (Ap. 19, 1-4…). Pendant le carême, en signe de pénitence, l’alléluia est remplacé par une autre acclamation au Christ présent dans sa Parole. Après l’annonce de l’Évangile par le prêtre, et pendant la réponse « Gloire à toi Seigneur ! », chacun se signe de 3 petites croix : sur le front (« que ta Parole pénètre mon intelligence »), sur les lèvres (« que je la proclame ») et sur le cœur (« qu’elle demeure en moi »). Après la lecture de l’Évangile, la réponse « Louange à toi, Seigneur Jésus ! » est une véritable confession de foi : la Parole de Dieu, c’est le Seigneur Jésus lui-même.

Homélie

« L’homélie fait partie de la liturgie et elle est fortement recommandée car elle est nécessaire pour nourrir la vie chrétienne. Elle doit expliquer un aspect des lectures scripturaires, ou bien d’un autre texte de l’ordinaire ou du propre de la messe du jour, en tenant compte soit du mystère que l’on célèbre, soit des besoins particuliers des auditeurs » (PGMR, 65).

Elle prolonge la proclamation de l’Évangile. C’est pourquoi elle est prononcée par un prêtre ou un diacre.

« L’homélie peut être une intense et heureuse expérience de l’Esprit, une rencontre réconfortante avec la Parole, une source constante de renouveau et de croissance » Pape François (EG, 135).

Symbole de la foi (Credo)

L’assemblée répond à l’Évangile et l’homélie par la confession de foi et la prière universelle. Le credo peut être vécu comme un acte de foi intense, particulièrement dans des moments difficiles de notre vie. Nous confessons la foi des apôtres, la foi de toute l’Église !

Prière universelle

« Dans la prière universelle, ou prière des fidèles, le peuple répond en quelque sorte à la parole de Dieu reçue dans la foi et, exerçant la fonction de son sacerdoce baptismal, présente à Dieu des prières pour le salut de tous » (PGMR, 69).

« Les intentions seront habituellement :

– Pour les besoins de l´Église,

– Pour les dirigeants des affaires publiques et le salut du monde entier,

– Pour ceux qui sont accablés par toutes sortes de difficultés,

– Pour la communauté locale. Il faut que les intentions soient sobres, composées avec une sage liberté et en peu de mots, et qu’elles expriment la supplication de toute la communauté » (PGMR, 70-71).

Il est bon de porter les intentions du monde de manière concrète. Si des événements importants ont lieu dans l’actualité, c’est le rôle de l’Église de les porter dans la prière, en veillant à une formulation non pas idéologique mais conforme au message évangélique. 2. Livre liturgique où se trouvent les lectures de la Messe

LIRE À LA MESSE

– Préparer la lecture et demeurer dans la prière avant et pendant. « C’est l’Esprit Saint qui donne aux lecteurs et aux auditeurs, selon les dispositions de leurs cœurs, l’intelligence spirituelle de la Parole de Dieu » (CEC, 1101).
– Ne pas simplement suivre le texte, mais le proclamer. Lire lentement, en articulant.
– S’effacer devant la Parole en évitant ce qui pourrait attirer l’attention sur nous (tenue, contact visuel avec l’assemblée et autres “effets spéciaux”).

 

3 La liturgie eucharistique

« À la dernière Cène, le Christ a institué le sacrifice et le banquet pascal par lequel le sacrifice de la croix est sans cesse rendu présent dans l´Église lorsque le prêtre, représentant le Christ Seigneur, accomplit cela même que le Seigneur lui-même a fait et qu’il a transmis à ses disciples pour qu’ils le fassent en mémoire de lui. (…) Aussi l’Église a-t-elle organisé toute la célébration de la liturgie eucharistique en parties qui correspondent à ces paroles et à ces actes du Christ. » (PGMR, 72).

Préparation et présentation des dons

Le pain et le vin sont présentés sur l’autel pour que Dieu les consacre par la puissance de son Esprit. De la même manière, les fidèles s’offrent « en hostie vivante, sainte, agréable à Dieu » (Rm 12, 1), pour être unis à l’offrande de Jésus et consacrés par la puissance du même Esprit. Notre participation active s’exprime par notre don concret à la quête ainsi que l’offrande de tout ce qui fait notre vie. On encense alors tout ce qui est offert à Dieu : les dons déposés sur l’autel, le prêtre et toute l’assemblée. Le Christ va tout saisir. « La procession qui apporte les dons est accompagnée par le chant d’offertoire qui se prolonge au moins jusqu’à ce que les dons aient été déposés sur l´autel. Le chant peut toujours accompagner les rites de l’offertoire, même lorsqu’il n’y a pas de procession des dons » (PGMR, 74).

Prière eucharistique

« C’est maintenant que commence ce qui est le centre et le sommet de toute la célébration : la Prière eucharistique, prière d´action de grâce et de sanctification. Le prêtre invite le peuple à élever les cœurs vers le Seigneur dans la prière et l´action de grâce, et il se l´associe dans la prière qu’il adresse à Dieu le Père par Jésus Christ dans l’Esprit Saint, au nom de toute la communauté. Le sens de cette prière est que toute l´assemblée des fidèles s’unisse au Christ dans la confession des hauts faits de Dieu et dans l´offrande du sacrifice. La Prière eucharistique exige que tous l’écoutent avec respect et en silence » (PGMR, 78).

Quand des enfants participent à la messe, il est important de les aider autant que possible à entrer dans ce silence et à prendre conscience de ce moment particulier qui est le centre et le sommet de toute la célébration.

Le missel romain propose quatre prières eucharistiques principales. Toutes reprennent les éléments principaux suivants (PGMR, 79) :

L’action de grâce (surtout dans la préface) : « Le prêtre, au nom de tout le peuple, glorifie Dieu le Père et lui rend grâce pour toute l’œuvre de salut ou pour un de ses aspects particuliers, selon la diversité des jours, des fêtes ou des temps. »

L’acclamation : Tout le peuple reprend cette action de grâce, en union avec les anges et les saints, dans le chant du Sanctus, acclamation d’origine biblique qui mêle le chant d’adoration des anges (Is 6, 3), et l’attente messianique (Ps 118, 26) que chantent les foules à l’entrée de Jésus à Jérusalem (Mt 21, 9). Hosanna signifiait à l’origine « De grâce, sauve-nous ! » et est devenue une acclamation de louange liée à la venue du Messie.

L’épiclèse : « Par des invocations particulières, l’Église implore la puissance de l’Esprit Saint pour que les dons offerts par les hommes soient consacrés, c’est-à-dire deviennent le Corps et le Sang du Christ, et pour que la victime sans tache, qui sera reçue dans la communion, profite au salut de ceux qui vont y participer. »

• Le récit de l’institution et la consécration : « Par les paroles et les actions du Christ s’accomplit le sacrifice que le Christ lui-même a institué à la dernière Cène lorsqu’il offrit son Corps et son Sang sous les espèces du pain et du vin, les donna à manger et à boire aux Apôtres et leur laissa l’ordre de perpétuer ce mystère. »

L’anamnèse : « En accomplissant l’ordre reçu du Christ Seigneur par l’intermédiaire des Apôtres, l’Église fait mémoire du Christ lui-même, célébrant principalement le mémorial de sa Passion bienheureuse, de sa glorieuse Résurrection, et de son Ascension dans le ciel. » L’acclamation d’anamnèse est chantée ou dite selon l’invitation choisie par le célébrant. Il en existe plusieurs formes, qui comportent toujours les trois dimensions du « mémorial » (mort – résurrection – venue dans la gloire) prévues par le Missel et s’adressent directement au Christ.

L´offrande : « Au cœur de cette mémoire, l’Église, surtout celle qui est actuellement ici rassemblée, offre au Père, dans le Saint-Esprit, la victime sans tache. L’Église veut que les fidèles non seulement offrent cette victime sans tache, mais encore qu’ils apprennent à s´offrir eux-mêmes et soient parfaitement réunis, de jour en jour, par la médiation du Christ, dans l’unité avec Dieu et entre eux, pour qu’à la fin Dieu soit tout en tous. Les prières eucharistiques 2, 3 et 4 comportent ici une seconde épiclèse sur le peuple, qui demande par le don de l’Esprit, l’unité des communiants et leur transformation en offrande vivante au Père.

Les intercessions : « On y exprime que l’Eucharistie est célébrée en union avec toute l’Église, celle du ciel comme celle de la terre, et que l’offrande est faite pour elle et pour tous ses membres vivants et morts, qui ont été appelés à participer à la rédemption et au salut obtenus par le Corps et le Sang du Christ. »

La doxologie finale : « Elle exprime la glorification de Dieu ; elle est ratifiée et conclue par l’acclamation du peuple : Amen. »

Les rites de communion

« Puisque la célébration eucharistique est le banquet pascal, il convient que, selon l’ordre du Seigneur, son corps et son sang soient reçus par les fidèles bien préparés comme une nourriture spirituelle. » (PGMR, 80).

Le Notre Père. Pris dans l’offrande du Christ et devenus ses frères, nous disons la prière qu’il nous a transmise et qui nous prépare à recevoir le pain véritable.

Le rite de la paix. « L’Église implore la paix et l´unité pour elle-même et toute la famille humaine, et les fidèles expriment leur communion dans l’Église ainsi que leur amour mutuel avant de communier au sacrement » (PGMR, 82).

Le geste de la fraction. « Accompli par le Christ à la dernière Cène (…) [il] signifie que les multiples fidèles, dans la communion à l’unique pain de vie, qui est le Christ, mort et ressuscité pour le salut du monde, deviennent un seul Corps (1 Co 10, 17). Le prêtre rompt le pain et met dans le calice une parcelle de l’hostie pour signifier l’unité du corps et du sang du Seigneur dans l’œuvre du salut, c’est-à- dire le corps du Christ Jésus vivant et glorieux. » (PGMR, 83).

L’Agneau de Dieu (Agnus Dei). « Cette invocation accompagne la fraction du pain et peut donc être répétée autant de fois qu’il est nécessaire jusqu’à ce que le rite soit achevé. La dernière fois, elle est conclue par les mots : Dona nobis pacem (Donne-nous la paix). » (PGMR, 83).

La communion

Les fruits de la communion au corps du Christ ressuscité sont immenses. Elle est une nourriture, elle nous sépare du péché, elle allume le feu de la charité en nous, elle réalise l’unité de l’Église (cf. CEC, 1391 à 1397).

Aussi, communions avec conscience du don qui nous est fait, des exigences de conversion qu’il suppose en gardant présent à l’esprit que l’Eucharistie n’est pas une récompense mais un moyen de guérison et de sanctification. Il est possible de communier dans la bouche et dans la main.

« Pendant que le prêtre consomme le sacrement, on commence le chant de communion pour exprimer par l´unité des voix l´union spirituelle entre les communiants, montrer la joie du cœur et mettre davantage en lumière le caractère “communautaire” de la procession qui conduit à la réception de l’Eucharistie. Le chant se prolonge pendant que les fidèles communient. (…). » (PGMR, 86).

N’oublions pas de garder un moment de silence. Toujours important dans la liturgie, il l’est particulièrement après la communion.

La prière après la communion récapitule tout ce qui vient d’être vécu en demandant que se réalise dans toute notre vie ce qui a été vécu pendant la messe.

L’IMPORTANCE DU SILENCE

« Au Dieu qui s’adresse à nous, nous répondons par le chant ou la prière. Mais le grand mystère qui dépasse toute parole nous appelle au silence. Et le silence, à l’évidence, fait aussi partie de la liturgie. Il faut que ce silence soit plein (…). Un silence qui n’est pas une pause où mille pensées nous assaillent, mais un recueillement qui nous apporte la paix intérieure, qui nous laisse respirer et découvrir l’essentiel. »
JOSEPH RATZINGER, L’ESPRIT DE LA LITURGIE

 

4 Les rites de conclusion

Les rites de conclusion comportent :

– « De brèves annonces, si elles sont nécessaires ;

– La salutation et la bénédiction du prêtre qui, certains jours et à certaines occasions, est enrichie et développée par la prière sur l´assemblée ou une autre formule solennelle ;

– L’envoi du peuple par le diacre ou le prêtre afin que chacun retourne à ses bonnes œuvres, en louant et bénissant le Seigneur.

– Le baiser de l’autel par le prêtre et le diacre, suivi de l’inclination profonde vers l’autel par le prêtre, le diacre et les autres ministres » (PGMR, 90).

L’envoi

Les formules d’envoi expriment bien ce mouvement de l’Eucharistie :

– «Allez dans la paix du Christ»

– «Allez porter l’Évangile du Seigneur »

– «Allez en paix, glorifiez le Seigneur par votre vie»

– «Allez en paix.»

Chant d’envoi. Même si le Missel ne prévoit pas de chant final, il est souvent d’usage d’en prendre un. Il prolonge alors le rite d’envoi comme un appel à témoigner et à partager, dans la joie et l’action de grâce, le don reçu de Dieu. Un instrumental entraînant peut aussi accompagner ce mouvement de l’envoi.

POUR ALLER PLUS LOIN

La messe et la liturgie expliquées… aux cathos, Alain Dumont

Editions de l’Emmanuel (2013)

Cet article fait partie du dossier thématique :La liturgie, l’Eglise en prière →

Le magazine Il est vivant a publié le numéro spécial :

IEV n°348 - La liturgie Se procurer le numéro →

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur facebook
Je partage
sur Facebook
Partager sur whatsapp
J'envoie
via Whatsapp
Partager sur email
Je transmets
par mail

Derniers articles d'actualité

L’eucharistie, une Pentecôte continuelle

L’eucharistie est un lieu habituel d’effusion de l’Esprit Saint. C’est ce que Jean-Luc Moens a pris le temps d’expliquer lors de son intervention au Congrès eucharistique mondial qui s’est déroulé du 5 au 12 septembre 2021 à Budapest. Retrouvez la

Autres articles