Guérisons : J’y crois, j’y crois pas ?

Le numéro 344 d’Il est Vivant ! ouvre la réflexion sur la guérison et la délivrance. Ces charismes posent question pour beaucoup. Laissons nous introduire par la « carte blanche » de Louis-Etienne de Labarthe, entre témoignage et réflexion.

J’ai rencontré des personnes guéries de manière inexpliquée après qu’on a prié pour elles ou qu’elles ont participé à une soirée de prière pour les malades. Ma femme et moi l’avons nous mêmes vécu. Nous avons en effet attendu notre premier enfant au bout de 7 ans de mariage, après avoir reçu le sacrement des malades et été soutenus par de nombreuses prières. De plus, un prêtre de la famille fraîchement ordonné a offert sa première messe à cette intention, neuf mois avant la naissance de notre fils… Nous étions également suivis sur le plan médical car croire en la puissance de Dieu n’empêche pas d’aller voir un bon médecin.

J’ai rencontré aussi des personnes qui n’ont pas été guéries. Leurs questions sont abyssales : « Ai-je manqué de foi ? Ai-je bien prié ? Pourquoi n’ai-je pas été exaucé ? Le Seigneur m’aurait-il oublié ? Suis-je trop indigne ? » Cette question du pourquoi nous place devant le mystère de la volonté de Dieu et avouons que ce n’est pas toujours très confortable. Dans ces moments-là, l’essentiel est de tenir la main des personnes éprouvées et de rester à leurs côtés avec foi et humilité. À la fin des assemblées de prière pour les malades, ne devrait-il pas y avoir d’ailleurs toujours une parole pour ceux qui ne sont pas guéris ?

Ne pas se laisser paralyser

Certains redoutent également que ces prières soient assimilées aux supercheries des marabouts et autres sorciers. Alors, comment vivre des “prières de guérison” véritablement chrétiennes ? Ne risque-t-on pas d’encourager une certaine fascination pour le merveilleux et les signes extraordinaires ? Et est-ce bien l’essentiel de la foi ? C’est certain. Nous finirons tous par mourir un jour et le but de la vie chrétienne est bel et bien d’être sauvé par Jésus.

Ces questions sont légitimes et même importantes. Cependant, il ne faudrait pas qu’un excès de prudence nous paralyse. Car les Évangiles l’attestent, si Jésus veut la guérison des âmes, il guérit aussi les corps Et c’est souvent, pour les personnes, l’occasion de grandir dans la connaissance et l’amour de Dieu. Les guérisons sont au cœur du ministère public et du projet pastoral de Jésus : « Il les envoya proclamer le règne de Dieu et faire des guérisons. » (Lc 10, 17). Alors, pourquoi et comment demander des guérisons ? Il est crucial d’y réfléchir car cela touche à la mission même confiée par Jésus à son Église !

Je garde comme un trésor cette parole de mon père à l’annonce de son cancer : « Je sais que Jésus va me guérir. » Il ajoutait : « Il va guérir ce qui doit être guéri. Je suis sûr de Jésus. » Peu de temps avant de mourir, il a dit : « Je suis guéri. » Et s’il ne l’a pas été physiquement, je crois vraiment qu’il a été exaucé et guéri, selon la volonté de Dieu. Oui, j’y crois !

Jésus, donne-moi un plus grand amour de ta volonté. Donne-moi une plus grande audace pour demander des guérisons en ton nom. Seigneur augmente en moi la foi !

 

Article extrait du magazine Il est vivant ! n°344.

 


Dans le même numéro


Prière de libération : Les fruits d’une équipe laïcs-prêtre

A Angers, le Père Jean-Baptiste Edart s’est lancé dans une aventure peu commune : l’équipe de libération. Accompagné d’un couple, ...

Il est Vivant ! Un numéro spécial de rentrée sur la guérison

Pour son numéro de rentrée, Il est Vivant ! choisit d’explorer les sujets de la guérison et de la libération. ...

Il est Vivant ! sur les guérisons : rencontre avec le Père Thierry Avalle

Depuis 15 ans, l’animation du groupe de prière pour les malades, à Saint-Nicolas-des-Champs (Paris), a été confiée au père Thierry ...