Édito

Chers amis,

40 ans ! En 2020, ce seront 40 années de mission portées par Fidesco. C’est en 1980, en réponse à l’appel d’évêques africains, que Pierre Goursat demande la création de Fidesco, pour que des jeunes d’Europe partent servir leurs frères dans les pays du Sud. Depuis, cet engagement n’a cessé de se renforcer et se fait encore plus nécessaire aujourd’hui.

Nous vivons dans un monde très contrasté, et nous assistons aujourd’hui à une accélération et un accroissement sans précédent des écarts entre les plus riches et les plus pauvres, avec moins de 20% de la population qui détient plus de 80 % des richesses mondiales.

Cette croissance inégale se révèle particulièrement à l’échelle des nations. Le développement des pays les plus riches s’est effectué, la plupart du temps, au détriment des pays pauvres, un phénomène qui s’accentue encore aujourd’hui. La conséquence est un monde profondément divisé en deux avec d’une part les pays dits développés, et d’autre part ceux que l’on a successivement nommés pays du Tiers-Monde, pays en voie de développement, ou encore pays du Sud : ceux qui restent à l’écart de la croissance et qui font les frais du « développement » des autres. Au sein même des pays, les fractures ne cessent de se creuser : les richesses sont concentrées entre les mains de quelques-uns, tandis que les plus démunis s’appauvrissent de plus en plus. Ce constat ne doit pas nous entrainer dans des logiques de fausse culpabilisation qui ne résolvent rien, mais plutôt nous amener à la conversion et à l’action. Chacun d’entre nous, personnellement et collectivement, au Nord comme au Sud, nous sommes invités à assumer nos responsabilités, à regarder sans détour la réalité du monde, et à prendre part à la construction d’un monde en paix.

En effet, toutes ces injustices, toutes ces situations d’iniquité et de pauvreté, sont la source de tensions et de conflits entre les nations, mais aussi à l’intérieur même de ces nations, au sein des populations. Elles engendrent ainsi d’innombrables violences, conflits et guerres, terrorisme, avec leur lot de destructions, de mort, de souffrances. Elles entrainent aussi de vastes mouvements de migrations de populations qui fuient ces violences.

Les enjeux de cet engagement sont immenses. Nous le voyons : en même temps qu’une démarche personnelle de conversion, de générosité et de compassion, il en va véritablement de la paix dans le monde. Le développement est le nouveau nom de la paix ! », affirmait Paul VI dès 1967. Agir pour le développement, c’est contribuer à bâtir un monde de paix, fruit de la justice entre les hommes.

C’est pourquoi l’Église nous appelle constamment à la mission, en l’abordant par l’angle du service, dans de véritables actions de solidarité -non seulement à l’échelle des personnes, mais aussi des États et des nations. De Paul VI au pape François, en passant par Jean-Paul Il ou Benoit XVI, ce cri s’élève par la voix de nos pasteurs. Ils se font l’écho du message qui est au cœur de l’Évangile : l’amour de Dieu est indissociable de l’amour du prochain, et en particulier du pauvre. C’est cet amour qui pousse l’Église, depuis 2000 ans, sur les routes de la mission. C’est lui qui nous invite à nous rendre aux périphéries, pour vivre la rencontre et le partage avec nos frères et sœurs souffrants et fragilisés. C’est cet amour qui nous appelle à travailler sans relâche pour plus de justice et de solidarité entre les nations et entre les personnes.

Depuis bientôt 40 ans, Fidesco apporte sa petite pierre à cet immense édifice. Depuis 40 ans, nous sommes témoins de l’action de l’Église à travers le monde, en travaillant au plus près de nos partenaires dans leurs projets de développement. Depuis 40 ans, nous collaborons avec les institutions françaises, avec de nombreux partenaires associatifs, avec des acteurs de la société civile. Chacun porte ses propres convictions, sa propre histoire, mais, tous ensemble, hommes et femmes de bonne volonté, nous agissons pour plus de justice, de paix et solidarité. Et depuis 40 ans, nous sommes portés par une multitude de personnes qui soutiennent notre mission, chacun à leur manière, par leurs dons et leurs encouragements, ou par leur investissement à nos côtés. Qu’ils reçoivent ici nos plus vifs remerciements. Quelle joie de constater à quel point cette coopération et toutes ces collaborations multiformes sont porteuses d’une véritable fécondité !

Ce sont ces fruits d’espérance et de paix que nous voulons vous partager à travers ces pages, ainsi qu’une réflexion sur la vision chrétienne du développement, qui guide et oriente résolument notre action au service de tout Homme et de tout l’Homme.

Revenir à la présentation de la revue