14 février : mercredi des Cendres et Saint-Valentin

Vivre le carême comme une lune de miel avec Dieu

Cette année, le mercredi des Cendres, qui marque l’entrée en carême, coïncide avec la Saint-Valentin, célèbre fête des amoureux. Faut-il y voir un signe ? Un clin d’œil de Dieu pour vivre le carême comme un temps de fiançailles avec Lui ? Une invitation à se laisser séduire pendant 40 jours par le Seigneur, comme une fiancée par son fiancé, pour faire renaitre l’amour.

Exhortation du père Xavier Terrien, curé de la paroisse Ste Madeleine à Nantes.  

X TerrienLe carême, ce sont essentiellement 40 jours dans le désert. Or, souvenons-nous des paroles que Dieu adresse à son peuple par le prophète Osée : « C’est pourquoi je vais obstruer son chemin avec des ronces, le barrer d’une barrière : elle ne trouvera plus ses sentiers. Elle poursuivra ses amants sans les atteindre, elle les cherchera sans les trouver. Alors elle dira : « Je vais revenir à mon premier mari, car j’étais autrefois plus heureuse que maintenant. » … C’est pourquoi, mon épouse infidèle, je vais la séduire, je vais l’entraîner jusqu’au désert, et je lui parlerai cœur à cœur. » Osée 2, 9-16.

Aller au désert pour se défaire de ses attachements mauvais

Pour Dieu, le désert est donc le lieu de la renaissance de l’amour. Pourquoi ? Parce que l’humanité, en travaillant, en vivant, développe souvent des liens qui, imperceptiblement, l’éloignent de son amour premier, du moteur profond de sa vie, la font chuter et l’enferment dans un piège loin du bonheur. Nous avons tous des sortes « d’amants » qui nous enchaînent, nous éloignent de nous-mêmes et des autres, nous procurent un petit bout de plaisir – toujours décevant – et qui ont le culot de nous resolliciter aussitôt après, nous promettant cette fois-ci une vraie satisfaction, pleine et entière, qui comblera enfin nos attentes !

C’est l’adrénaline au travail… les notifications de mon smartphone… la multiplicité des tâches quotidiennes, dont je me plains sans cesse, mais auxquelles je tiens tant parce qu’elles remplissent ma vie et la justifient… la malbouffe, l’alcool dont je cale mon corps pour le faire taire et ne plus le sentir, sans parler des autres addictions que notre monde multiplie…

Aller au désert pour se laisser (re)séduire par Dieu

Tout cela, Dieu le voit. Pour nous ramener à une vie libre, marquée par un amour fort et stimulant, pour restaurer ce qu’il y a de plus précieux en nous, Il nous appelle, nous crie son amour et nous attire au désert. Comme un fiancé, assistant à la déchéance et à l’éloignement de sa fiancée, lui crie son amour et l’emmène dans un lieu où elle pourra retrouver ses esprits, se reconnecter à ses sentiments profonds, retrouver sa dignité et renouer avec l’amour.

Le désert s’offre donc à nous comme un vrai temps de retrouvailles et même de fiançailles entre Dieu et son peuple, entre Dieu et chacun de nous. « Je te fiancerai à moi pour toujours, je te fiancerai dans la justice et dans le droit, dans la tendresse et dans l’amour ; je te fiancerai à moi dans la fidélité et tu connaîtras le Seigneur » (tu connaîtras signifie tu goûteras à mon amour) Osée 2,21-22.

Lorsqu’un homme et une femme se déclarent leur amour, ils sont capables de tout pour soigner cette flamme et la faire grandir. Ils prennent sur eux, coupent avec certaines relations pour avoir plus de temps avec l’autre, s’exercent à l’écouter, à être attentif à ses souhaits et y répondre. Ils débordent de curiosité, cherchent à tout connaître l’un de l’autre. Ils prennent soin aussi de leur corps, pour le rendre le plus beau possible… 

In fine, ce sont beaucoup d’efforts ! mais l’amour les rend légers et l’épanouissement qui en résulte est beau à voir.  

Alors, répondons à l’appel de Dieu : faisons de notre Carême un temps de fiançailles ! 

Aller au désert pour se retrouver soi-même, retrouver nos proches et retrouver Dieu

Revenons à Dieu, prions, prenons du temps pour lui, dévorons sa Parole, ses déclarations d’amour… 

Revenons à nos proches, offrons-leur de vrais temps de qualité, partageant – si c’est possible – avec eux sur notre vie spirituelle, sur notre rapport à Dieu, nos aspirations. Prenons de beaux temps de prière avec eux. 

Revenons aussi à nous-mêmes. Prenons soin de notre rythme de vie, soulageons notre corps en décidant d’un régime alimentaire équilibré, plus sobre, raisonné (le régime traditionnel de carême était de se nourrir de protéines végétales seulement !) pour lui redonner souplesse et légèreté. Offrons-lui le sport dont il a besoin pour s’entraîner, se détendre et ensuite être mieux avec les autres, avec Dieu …

Tout cela, avec l’amour de Dieu, contribuera à restaurer notre être profond, être d’amour, de relations (avec Dieu, les autres, moi-même, les animaux, la création…) et nous portera à la puissante joie d’un amour nouveau. Joie d’autant plus forte que nous en verrons les fruits non seulement en nous mais au milieu des nations et au cœur de la Création.

« En ce jour-là je conclurai à leur profit une alliance avec les bêtes sauvages, avec les oiseaux du ciel et les bestioles de la terre ; l’arc, l’épée et la guerre, je les briserai pour en délivrer le pays ; et ses habitants, je les ferai reposer en sécurité » Osée 2,20.

Voilà les fruits que Dieu appelle de tous ses vœux par l’appel au carême !

Aller au désert pour expérimenter la communion des saints

Mais tout cela ne tiendra que si nous redécouvrons la force et la richesse de la communion des saints. Ces dernières décennies, le carême est devenu une affaire personnelle. Or, seul, à la force de mes poignets, je ne tiendrai pas mes résolutions ! Imitons nos ancêtres en allant plus souvent à l’église pour participer à la prière commune et recevoir ensemble l’Eucharistie, le Pain des Forts.

Pensons les uns aux autres, accueillons-nous comme de vrais frères, partageons ensemble pour grandir en vérité et en humilité. Soutenons-nous dans cet effort en priant et en nous redisant la promesse de Dieu : « Je les guérirai de leur infidélité, je les aimerai d’un amour gratuit… Je serai pour Israël comme la rosée, il fleurira comme le lis. » Osée 14, 5.

Joyeux Carême, joyeuses fiançailles à tous !

Recommandez cet article à un ami

sur Facebook
par Whatsapp
par mail