Vivre la réconciliation, quand la confession n’est pas possible

Pour la plupart des chrétiens, la confession sacramentelle n’est plus accessible dans l’immédiat, alors même qu’elle est particulièrement importante pour se préparer à Pâques. Voici quelques idées pour vivre la réconciliation avec Dieu en attendant de pouvoir recevoir le sacrement de réconciliation.

Suivre une veillée de pénitence en ligne

Plusieurs paroisses proposent des veillées de prière pénitentielles pour nous aider dans notre démarche de réconciliation avec Dieu :

Paroisse de Neuville-sur-Saône, mardi 7 avril à 17h30 sur ce lien

Paroisses de Dinard-Pleurtuit-Ploubalay, mardi 7 avril à 18h30 sur ce lien

Paroisse Saint Nizier, Saint Vincent et Saint Paul de Lyon, mardi 7 avril à 20h30 sur ce lien

Paroisses de Villeneuve d’Ascq, vendredi 10 avril une démarche pénitentielle sera proposée dans la journée sur ce lien

Pratiquer un examen de conscience

On peut distinguer les péchés selon leur objet, comme pour tout acte humain, ou selon les vertus auxquelles ils s’opposent, par excès ou par défaut, ou selon les commandements qu’ils contrarient. On peut les ranger aussi selon qu’ils concernent Dieu, le prochain ou soi-même ; on peut les diviser en péchés spirituels et charnels, ou encore en péchés en pensée, en parole, par action ou par omission. La racine du péché est dans le cœur de l’homme, dans sa libre volonté, selon l’enseignement du Seigneur : ” Du cœur en effet procèdent mauvais desseins, meurtres, adultères, débauches, vols, faux témoignages, diffamations. Voilà les choses qui rendent l’homme impur ” (Mt 15, 19). Dans le cœur réside aussi la charité, principe des œuvres bonnes et pures, que blesse le péché. (Catéchisme §1852 et 1853)

Plusieurs possibilités d’examen de conscience :

L’examen de conscience d’après les Béatitudes, par le Padreblog

L’examen de conscience quotidien selon le Carmel

Livret : La confession mode d’emploi

Ce qu’en dit l’Église

Dans le catéchisme

(voir cet article et les suivants)

1451 à 1454

“Parmi les actes du pénitent, la contrition vient en premier lieu. Elle est ” une douleur de l’âme et une détestation du péché commis avec la résolution de ne plus pécher à l’avenir ” (Cc. Trente : DS 1676).

Quand elle provient de l’amour de Dieu aimé plus que tout, la contrition est appelée ” parfaite ” (contrition de charité). Une telle contrition remet les fautes vénielles ; elle obtient aussi le pardon des péchés mortels, si elle comporte la ferme résolution de recourir dès que possible à la confession sacramentelle (cf. Cc. Trente : DS 1677)

La contrition dite ” imparfaite ” (ou ” attrition “) est, elle aussi, un don de Dieu, une impulsion de l’Esprit Saint. Elle naît de la considération de la laideur du péché ou de la crainte de la damnation éternelle et des autres peines dont est menacé le pécheur (contrition par crainte). Un tel ébranlement de la conscience peut amorcer une évolution intérieure qui sera parachevée sous l’action de la grâce, par l’absolution sacramentelle. Par elle-même, cependant, la contrition imparfaite n’obtient pas le pardon des péchés graves, mais elle dispose à l’obtenir dans le sacrement de la Pénitence (cf. Cc. Trente : DS 1678 ; 1705).

Il convient de préparer la réception de ce sacrement par un examen de conscience fait à la lumière de la Parole de Dieu. Les textes les plus adaptés à cet effet sont à chercher dans le Décalogue et dans la catéchèse morale des Évangiles et des lettres apostoliques : Sermon sur la montagne, les enseignements apostoliques (cf. Rm 12-15 ; 1 Co 12-13 ; Ga 5 ; Ep 4-6).”

1484 ” La confession individuelle et intégrale suivie de l’absolution demeure le seul mode ordinaire par lequel les fidèles se réconcilient avec Dieu et l’Église, sauf si une impossibilité physique ou morale dispense d’une telle confession ” (OP 31). Ceci n’est pas sans raisons profondes. Le Christ agit en chacun des sacrements. Il s’adresse personnellement à chacun des pécheurs : ” Mon enfant, tes péchés sont remis ” (Mc 2, 5) ; il est le médecin qui se penche sur chacun des malades qui ont besoin de lui (cf. Mc 2, 17) pour les guérir ; il les relève et les réintègre dans la communion fraternelle. La confession personnelle est donc la forme la plus significative de la réconciliation avec Dieu et avec l’Église.

Le pape François

« Comment faire sans prêtre ? Fais ce que dit le Catéchisme. C’est très clair : si tu ne trouves pas de prêtre pour te confesser, parle avec Dieu, il est ton Père, et dis-lui la vérité : “Seigneur, j’ai manigancé ceci, cela, cela…. pardon”, et demande-lui pardon de tout ton cœur, avec l’Acte de contrition et promets-lui : “Je me confesserai plus tard, mais pardonne-moi maintenant”. Et tu reviendras immédiatement dans la grâce de Dieu. Tu peux t’approcher toi-même du pardon de Dieu, comme l’enseigne le Catéchisme, sans avoir de prêtre sous la main… Trouve le moment juste, le bon moment. Un Acte de contrition bien fait, et ainsi notre âme deviendra blanche comme la neige »

D’autres idées

Un livret pour la confession des enfants, disponible ici.

A lire aussi

Revue de presse du 27 mai 2020

Ci-dessous quelques articles et émissions de radio ou télévision parmi les plus significatifs dans ceux publiés ou diffusés récemment et qui mentionnent la Communauté de l’Emmanuel ou une de ses œuvres. [Valeurs Actuelles] Coronavirus : au cœur des cités, la