La famille confinée : vivre notre carême autrement

Dans nos familles confinées, les sentiments sont partagés entre la joie d’être tous réunis et l’angoisse de faire l’école à la maison en passant par la difficulté d’occuper des enfants petits plein de vie dans un appartement minuscule, de cohabiter avec certains ados… sans parler du stress d’une intendance qui s’alourdit avec tous les repas à assurer dans une maison en bazar et salie en une demi journée.

Nous pouvons accueillir ce temps donné comme une épreuve ou un cadeau, peut être un peu les deux à la fois ? Cependant, autant en profiter pour passer de bons moments ensemble, vivre les choses différemment.

S’accorder en famille sur la façon de vivre cette période

« Demeurez dans mon amour. (…) Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite. » Jn 15 (9-11)

Certaines familles ont tenu une sorte de « conseil de famille » pour parler de ce temps de confinement et tenter de l’organiser. Les plus structurées sont allées jusqu’à écrire une charte avec les horaires, la répartition des tâches, les moments de loisirs et de détente. D’autres se sont simplement accordés sur quelques points d’attention et naviguent un peu à vue.

Quel que soit le profil de notre famille, certaines discussions sont indispensables pour ajuster l’organisation en fonction des besoins de chacun. Elle peut être amendée chaque semaine lors d’une réunion festive autour d’un apéro ou d’un bon goûter pour faire un point sur la semaine écoulée. L’important est que chacun puisse exprimer ses besoins et ses difficultés en étant écouté. Cela peut aussi être le moment d’échanger des mercis et des pardons. Au fil des semaines de nouveaux rituels sont à inventer : sport en famille, mode de décision pour le choix des films, équipe de cuisine et de ménage pour que tout ne repose pas toujours sur la/les même(s) personne(s). Que chacun puisse prendre un temps seul dans la journée, pour prier, se reposer est un point de vigilance essentiel.

Vivre le confinement dans la joie est un défi quotidien

« Soyez toujours dans la joie du Seigneur ; je le redis : soyez dans la joie. Que votre bienveillance soit connue de tous les hommes. Le Seigneur est proche. » Philippiens IV, 4-5

La premier éléments indispensable pour casser la monotonie des journées confinées est de ménager des temps festifs ! Chez Martial et Tiphaine toute la famille s’est déguisée pour la mi-carême avec échange des photos entre amis et sur le whattsapp familial, même les grand parents ont joué le jeu ! Puis un défi pyramides a été lancé et là encore les photos échangées ont permis de bien s’amuser, à quand le prochain défi ? Les anniversaires sont fêtés dignement : menus gastronomiques, mini vidéos à thème… Les goûters sont préparés par les plus jeunes : gâteaux, cookies et crêpes redonnent le moral à tout le monde (hum les efforts de carême ont été réorientés). Enfin les bonnes vieilles soirées jeux, albums et vidéos de famille font la joie de tous. Ou leur version contemporaine : escape game, karaoké sur internet ou « blind test » (chaque personne choisit 5 titres et les fait deviner aux autres). Le confinement peut aussi nous offrir l’occasion de mieux nous connaître : portrait chinois, réflexion sur les langages de l’amour de chacun avec les enfants… Plus studieuses, certaines familles ont instauré un temps de lecture en silence ou à voix haute en soirée. Les bons films à partager ensemble restent un must en ce temps de confinement… Après la 2e soirée avec « Les Tuche » choisis par leurs ados ; pour diversifier, Jean-Baptiste et Isabelle ont instauré une soirée culturelle avec un documentaire ou un classique et une soirée film en anglais !

Pour vivre des moments différent tous ensemble pourquoi ne pas faire mémoire des bons moments vécus en famille ? Raconter comment les parents se sont rencontrés ? Échanger sur toutes sortes de sujets : mon film préféré, la musique que j’aime en ce moment… demander aux grands parents de raconter l’histoire de la famille par Skype à leurs descendance réunie par la magie d’internet…

Marion et Eric téléphonent à l’un de leurs proches isolés chaque jour et les enfants prennent aussi leur tour, une soirée jeu par Skype ouvre la famille régulièrement à des personnes seules. Les filles de Marie et Jean-François dessinent et écrivent des lettres aux personnes qui en ont besoin, à la voisine infirmière pour la remercier.

Enfin, ces longues journées de confinement offrent l’occasion de prendre un temps privilégié avec chaque enfant : dîner des parents avec un enfant à tour de rôle, jouer à un jeu ou une activité que l’enfant aime, seul avec lui, faire mémoire avec chacun du moment de sa naissance. Autant de moyens nécessaires pour dissiper les orages inévitables dans nos vies de familles confinées…

Comment vivre notre foi en famille ?

« Je veux la fidélité, non le sacrifice, la connaissance de Dieu plus que les holocaustes » Osée 6, 6

Si nous désirons prier en famille, commençons par nous accorder sur un moment fixe, le matin ou le soir. Mieux vaut prendre un temps court et le tenir dans la durée, démarrer même si tout le monde n’est pas encore là, sinon l’on risque de perdre rapidement patience ! Un chant de louange choisi à tour de rôle par les enfants, une lecture ou un psaume, quelques intentions, un Notre Père ou un Je vous salue Marie sont une belle façon de se remettre au Seigneur en famille. La prière est à géométrie variable selon l’âge des enfants. Peu importe si les petits sont un peu agités, c’est en voyant leurs parents prier avec eux qu’ils apprennent l’intériorité et le recueillement. Faire un beau signe de croix est déjà une vraie prière. La prière de la famille se nourrit bien sûr de la prière personnelle des parents, même brève si nous disposons de peu de temps seul.

L’on peut aussi exercer la « prière des frères » en famille, en proposant à celui qui le souhaite de se mettre à genoux au milieu des autres pour formuler sa demande. Chacun prie alors pour lui/elle, en exerçant les charismes ordinaires (textes, images etc..)

La prière en famille est aussi l’occasion de vivre la gratitude, chacun peut formuler un merci, on peut aussi se demander pardon avec simplicité, en formulant simplement cela évite de se lancer dans des justifications ou explications inappropriées. Pour s’encourager dans la gratitude Thomas, Claire et leurs ados, ont disposé des enveloppes avec le prénom de chacun sur un fil. Chaque jour, ils y écrivent des mercis personnels, qui seront découverts en famille à Pâques.

Pour préparer la messe télévisée du dimanche et des jours de fête, la famille peut proposer un partage d’évangile, ou avec des plus grands s’initier à la lectio divina en version simple ou approfondie. L’évangile est lu une première fois et après un temps de silence chacun cite un passage qui l’a touché sans commentaire, puis après un nouveau temps de silence lors d’un second tour chacun dit ce qui le touche dans ce passage, un 3ème tour permet de formuler une intention personnelle, un désir de conversion.

Le Seigneur, Lui, n’est pas confiné ! Il nous attend ici et maintenant, au plus profond de notre cœur, pour renouveler nos vies de familles et le désir de nous donner les uns aux autres dans la joie de sa résurrection qui approche !

Bonus : un Jeu de cartes à jouer en famille

Règle du jeu : chacun tire une carte à tour de rôle et répond à la question posée, en commençant par le plus petit. La partie peut comporter un ou plusieurs tours. Des cartes peuvent être ajoutées au jeu…

L’ objectif du jeu est de passer un bon moment en famille et d’échanger dans la bienveillance sur des sujets peu évoqués au quotidien.

Télécharger les cartes

SESSION DE L'EMMANUEL 2020