« Saint François était un homme très charismatique »

Cet article fait partie du dossier thématique :Saint François d’Assise →

Témoignage de Frère Jack, franciscain du couvent de Bruxelles.

Propos recueillis par L. de Louvencourt

Il y a huit ans, il n’y avait plus dans ce couvent qu’un frère franciscain, qui vivait seul depuis dix ans. Le supérieur général des franciscains conventuels, à Rome, qui voulait renouveler la présence franciscaine en Belgique, a demandé à la Custodie (province franciscaine) française de reprendre le couvent de Bruxelles. Nous sommes donc arrivés ici il y a huit ans, à quatre. Notre couvent est implanté en plein centre-ville et pourtant dans une petite rue très discrète et un quartier populaire, défavorisé même. La nuit, des dealers font leur business sous nos fenêtres… La vie de notre communauté s’organise autour de quelques grands axes :

– La prière à travers l’oraison mais aussi la liturgie (messe, offices), et l’adoration eucharistique et la louange. Nous avons un style assez charismatique.

– La fraternité et l’accueil : notre communauté accueille quatre jeunes en propédeutique ; nous cherchons par ailleurs à être très proches des gens du quartier, à accueillir beaucoup.

– La mission auprès des jeunes.

– L’évangélisation.

Un style de mission

Saint François inspire beaucoup notre style de vie. Par exemple, avec des laïcs (jeunes ou moins jeunes), nous partons parfois pendant une à deux semaines ou même un mois en mission itinérante sans argent ni nourriture, pour vivre dans la rue, abandonnés à la Providence. Dans la pauvreté et la simplicité, nous nous laissons accueillir par les gens et cela permet de belles rencontres. C’est un style de mission très franciscain !

Saint François nous pousse à être proche des gens autour de nous. Aussi, par exemple, il nous arrive de dormir dans la rue pour être avec les personnes sans domicile fixe, les immigrés. Quand nous sommes au couvent, nous avons l’habitude d’aller à la rencontre des gens dans les bars, sur les places, dans les “quartiers homo”, parfois avec un ou deux instruments de musique. Car saint François nous enseigne aussi la louange et la joie. Et les gens, attirés par la musique, s’arrêtent, et nous discutons. Au printemps dernier, j’ai été invité par un artiste à L’enterrement de la culture, événement organisé par les artistes pour protester contre les effets du confinement. Il y avait un homme déguisé en prêtre, un cercueil, et tout le monde était habillé en noir… Un groupe de gens m’interpelle, croyant que moi aussi, j’étais déguisé. « Eh non, je suis un vrai ! » leur ai-je répondu. Mais éclatant de rire, ils ne voulaient pas me croire. Au bout d’un moment, j’ai dû les quitter car c’était l’heure de la prière. Je leur ai dit : « Voici le lien vers notre site. Connectez-vous dans dix minutes et vous me verrez ! » Alors que la diffusion commençait, j’ai salué le groupe des personnes que je venais de rencontrer. Depuis, l’un d’eux, un baptisé mais qui avait rejeté la foi, revient peu à peu vers le Seigneur et m’a demandé de l’accompagner sur ce chemin.

Libre en Dieu

Saint François d’Assise était également un homme qui se laissait conduire par l’Esprit Saint. Sa vie est remplie de manifestations de l’Esprit. Il priait aussi souvent pour les gens et de son vivant, de nombreux miracles lui sont attribués ; un jour, il a même exorcisé une ville entière qui était perpétuellement en guerre contre une autre. L’un de ses biographes, Thomas de Celano, a consacré un tome entier à ses miracles ! Dans notre communauté, ce style de vie charismatique nous est comme naturel. Dieu veut nous utiliser, nous ne sommes que ses instruments. Alors, dans la foi et l’obéissance, nous essayons de nous laisser guider par lui, humblement. Le père Daniel-Marie, fondateur de notre communauté, témoigne qu’à un moment de sa vie de prêtre, il s’ennuyait. C’est alors qu’à travers le courant charismatique, il a vécu un véritable renouveau de sa vie sacerdotale. Et il nous transmet cette richesse. En communauté, par exemple, nous avons l’habitude de prier les uns pour les autres. Dans notre apostolat auprès des jeunes, saint François nous guide également car sa vie parle aux jeunes. Dans sa jeunesse, en effet, on le voit changer d’avis et de direction plusieurs fois… Il se cherche. Quand il commence à s’éveiller à la présence de Dieu, à sortir du monde, il avance sur son propre chemin, mais en ne cessant jamais sa quête. Il ne comprend pas toujours la volonté de Dieu. D’une certaine façon, les jeunes aujourd’hui lui ressemblent : Comme lui, ils cherchent Dieu tout en voulant trouver leur place dans le monde. Saint François peut les aider à découvrir l’amour fou de Dieu qui éclaire toute une vie.

Cet article fait partie du dossier thématique :Saint François d’Assise →

Le magazine Il est vivant a publié le numéro spécial :

IEV n°350 - François d'Assise, un message universel Se procurer le numéro →

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur facebook
Je partage
sur Facebook
Partager sur whatsapp
J'envoie
via Whatsapp
Partager sur email
Je transmets
par mail

Derniers articles d'actualité

« Rencontrer, écouter, discerner » au programme du synode

Samedi 9 octobre, 300 participants du monde entier se sont réunis salle du Synode autour du pape François. Le lendemain, le Pape a présidé la messe d’ouverture du parcours synodal sur la synodalité. Voici son homélie en forme de “programme”.

« Église et synode sont synonymes »

Dès 2015, dans son discours pour les 50 ans du Synode des évêques, le pape François indiquait clairement, dans la continuité de ses prédécesseurs, sur quel chemin devait s’engager l’Église pour devenir plus “synodale”. Un discours marquant. Extraits. Par le

Autres articles

Synodalité : éviter les pièges

Comme dans tout voyage, nous devons être conscients des pièges qui pourraient entraver notre progression pendant cette période de synodalité.