Revue de presse du 5 décembre 2019

Ci-dessous quelques articles et émissions de radio ou télévision parmi les plus significatifs dans ceux publiés ou diffusés récemment et qui mentionnent la Communauté de l’Emmanuel ou une de ses œuvres.

 


[KTO] Que signifie le fait de dire que Marie est conçue sans péché ?


Le père Jean-Baptiste Bienvenu, membre du Padreblog et prêtre de l’Emmanuel, répond à la question : « Que signifie le fait de dire que Marie est conçue sans péché ? »

Écouter l’émission


[DomRadio.de] Mission paroissiale autour de l’église des Saints Apôtres à Cologne


Lors du premier week-end de l’Avent, la communauté catholique d’Emmanuel a organisé une mission paroissiale autour de l’église des Saints Apôtres au centre-ville de Cologne. Cette mission n’a pas été tâche facile : “Souvent, sur huit personnes que nous approchons, une seule s’arrête”. Article traduit de l’Allemand.

Dieu n’est pas une étoile filante

Premier week-end de l’Avent dans le centre de Cologne. Enveloppés dans d’épais manteaux d’hiver, les gens se promènent dans les rues commerçantes avec des sacs remplis des premiers cadeaux de Noël biens emballés. La foule se dirige vers le Neumarkt en prévision du vin chaud et des amandes grillées du marché de Noël.

Pour sortir de cette agitation urbaine de l’Avent et pour trouver un moment de repos et de contemplation, ils invitent de nombreux jeunes catholiques devant l’église des Saint-Apôtres à proximité du Neumarkt de Cologne. Sur une grande bannière noire on peut lire en lettres jaunes: “Dieu n’est pas une étoile filante”. En regardant de plus près, on peut voir des noms sur les étoiles en papier jaunes fixées dans le noir ciel nocturne. Ce sont des noms de passants qui ont accepté l’invitation d’écrire leur nom sur “Le ciel de Dieu”.

En coopération avec le marché de Noël de Cologne

La communauté catholique de l’Emmanuel organise une mission de l’Avent autour de la paroisse du centre-ville des Saints Apotres, dans laquelle elle contribue à façonner la vie de la communauté depuis plus d’un an. Les jeunes de la Nouvelle Communauté Charismatique ont venus de différentes régions d’Allemagne pour participer à cette mission paroissiale à Cologne. Ils dorment dans des familles d’accueil ou des monastères de Cologne. La salle paroissiale des Saints-Apôtres fonctionne comme une salle à manger, comme une salle de prière ou encore comme une salle de répétition pour les musiciens. La communauté travaille ce week-end en coopération avec la paroisse et le marché de Noël de Cologne, dont les anges costumés accompagnent la foire familiale le dimanche et distribuent ensuite des bons de carrousel aux enfants.

Les étudiants de “l’École de Mission de l’Emmanuel”, l’école d’évangélisation de la communauté de l’Emmanuel, sont venus d’Altötting en Bavière. Ils ont inventé une “machine de mission” pour les rues de Cologne : ils jouent devant l’église des sketches liés au thème de la mission. Cela permet aux visiteurs de passer pendant leur visite de la ville, les spectateurs s’arrêtent, un groupe d’utilisateurs de fauteuils roulants peut même être intégré et s’amuser. D’autres regardent avec scepticisme et, par mesure de précaution contournent l’action en faisant un grand arc de cercle.

Das hält die vorbeiziehenden Menschen bei ihrem Stadtbummel auf, Schaulustige bleiben stehen, eine Gruppe von Rollstuhlfahrern lässt sich sogar einbinden und spielt mit.

Des passants agacés et stressés

Des regards agacés, un rapide “Nein, danke” ou “Nous ne voulons rien acheter” ne sont pas les réactions rares des passants sur l’invitation à prendre une bougie. Un autre sujet à engager dans la conversation est, par exemple, l’action “Demandes à l’enfant Jésus” to the Christkind Action”: de petits morceaux de papier sur lesquels les passants peuvent écrire une demande ou une intercession, puis les déposer dans un petit berceau en bois. Les prêtres et les sœurs de la communauté promettent de prier pour ces préoccupations la semaine prochaine. Certains passants engagent une brève conversation, prennent une bougie et l’allument dans l’église, où l’adoration eucharistique et la musique contemplative les invitent à s’attarder et à prier. “L’église est un lieu où chacun peut être juste avec ses pensées. Dans cette une atmosphère chacun peut bien arriver et avoir le sentiment d’être accepté”, a déclare Christian Schmitt, prêtre de la communauté de l’Emmanuel. Beaucoup de passants voient cela différemment. “Nous connaissons déjà l’église” ou “Nous sommes très pressés” sont des tentatives pour repousser rapidement les chrétiens aux chandelles.

Pour certains, l’approche particulièrement conviviale au milieu de la rue est un déclencheur pour parler de choses très personnelles: de leurs propres doutes, s’il y a vraiment un Dieu dans toutes les souffrances de ce monde. Ou aussi sur les mauvaises expériences avec l’église catholique et leurs opinions sur cette institution.

Une Église vivante

“Nous montrons simplement que l’Église est vivante. Nous envoyons un message disant que nous nous tenons devant les portes de l’église et que nous nous approchons des gens”, a déclaré Manon Müller, une des sœurs de la communauté de l’Emmanuel basée aux Saints-Apôtres. “C’est surtout ce que font vos jeunes. Les gens ne savent plus que même les jeunes chrétiens entrent et sortent de l’église”, encourage-t-elle les jeunes avant qu’ils ne quittent la rue.

Samedi soir, autour de l’église du Sacré-Cœur de Jésus de la Zülpicher Platz, les “missionnaires de rue” sont accueillis par un public très différent : des étudiants qui font la tournée des bars, des fans de football hurlants sur le chemin du retour du stade, des sans-abri et des gens éméchés à la démarche lourde. Une allée décorée de chandelles mène à l’entrée de l’église ou un groupe de musiciens entonnent des chants de louange, tandis que du punch chaud et des spéculoos invitent les passants à se réchauffer et à se divertir. Un prêtre de la communauté offre des “bénédictions de départ” à la gare.

Quelques-uns gardent une distance de sécurité et écoutent la musique. “Souvent, sur huit personnes que nous approchons, une seule s’arrête”, déclare Shanti Lokhande, qui coordonne la mission de rue pour le week-end. “Ma meilleure rencontre était ce soir avec un groupe de fans de football”, raconte-t-elle. “Au début, ils m’ont dit que seul le football était leur Dieu, ils n’avaient aucune intention d’entrer dans l’église. Mais après quinze minutes de conversation, ils sont entrés. Cela a soudain ravivé le souvenir de la mort de sa grand-mère chez l’un des jeunes hommes. Puis nous avons prié ensemble pour sa grand-mère”, raconte Lokhande. “Cela m’a montré une fois de plus que tout le monde a un cœur blessé qui aspire à Dieu”, a-t-elle convaincu. “Mon cœur brûle de parler aux gens de Jésus.”

Une introduction contemplative à la période qui précède Noël

Céline Prévost, une étudiante de Mayence, assure ce soir le “service de prière”. Dans le coin de l’église, avec son binôme de prière, elle offre des opportunités de conversation, de prière et de bénédiction. “Un sans abri est venu nous voir et s’est assis entre nous”, dit-elle. “Je n’ai pas beaucoup parlé. Il a juste commencé à raconter sa vie et j’ai du l’écouter. C’était beau de lui consacrer du temps et de l’attention”, résume-t-elle sa rencontre la plus touchante du week-end.

Le dimanche ont suivi de nombreuses propositions qui ont permis une entrée contemplative dans la période de l’Avent. Pour les familles, une foire a eu lieu avec une église parallèle pour les enfants. Les chants ouverts de l’Avent offrent aux amateurs de musique l’occasion de se mettre dans l’esprit de l’Avent. Ceux qui recherchaient des idées ont accepté l’invitation à la conférence de Manfred Lütz sur “La vérité, les valeurs et le bonheur”.

“Si vous partez en mission aujourd’hui, vous devez savoir une chose : les gens ne croient que ce qu’ils veulent. Nous devons l’accepter. Nous respectons leur liberté”, déclare Christian Schmitt, prêtre de la Communauté de l’Emmanuel et vicaire de la paroisse des Saints-Apôtres. “Je ne suis pas Jésus non plus. Je ne peux accompagner les gens que dans une ou deux étapes dans leur long voyage vers la foi. Mais nous savons que Jésus va jusqu’au bout avec eux. Il EST le chemin”, a déclaré Schmitt. Il envisage de futures missions dans auprès de la communauté du centre-ville des Saints Apôtres.

Hannah Küppers (DR)

Article original


[Zélie] Sophie-Marie : « Donner Jésus aux autres est ce qui fait ma joie ! »


Consacrée au sein de la communauté de l’Emmanuel, Sophie-Marie Drouineau travaille dans un établissement scolaire à Nantes, comme professeur de musique et coordinatrice en pastorale. Sa mission : recevoir le Christ dans la prière, pour le porter aux jeunes. A lire en pages 15-16 de la revue Zélie.

Lire le magazine

A lire aussi

Retour à Dieu de Michael Lonsdale

Familier de la Communauté de l’Emmanuel, l’acteur Michael Lonsdale est retourné vers le Père lundi 23 septembre 2020 à l’âge de 89 ans. Témoignage : Comment définir la relation de Michael Lonsdale avec la Communauté de l’Emmanuel ? Je me

Petits héros de la planète, défi 10 : donner un vêtement

A l’occasion de l’année consacrée à l’encyclique Laudato si’ du pape François nous vous partageons un premier défi à destination des plus jeunes tiré du livre Petits héros de la planète. Alexis et Adeline Voizard qui en sont les auteurs

SESSION DE L'EMMANUEL 2020