Coup de foudre pour le Christ à Paray-le-Monial

« Quand l’Amour m’a saisi » : le livre-témoignage du père Xavier Bizard

« Voici ce Cœur qui a tant aimé les hommes. » Cette phrase de Jésus à Marguerite-Marie, à Paray-le-Monial, fut le début de sa conversation avec le Christ. Depuis 25 ans, le père Xavier Bizard, prêtre du diocèse de Tours depuis 1998 et membre de la Communauté de l’Emmanuel, consacre sa vie à répondre à l’amour de Dieu pour lui et à faire connaitre au monde cet amour.

De la Touraine à la banlieue lyonnaise, où il est actuellement curé, en passant par les favelas de Colombie et du Brésil, le père Xavier raconte son « histoire d’amour avec le Christ et l’Eglise, dans un livre intitulé « Quand l’amour m’a saisi » publié aux Editions Artège. Un témoignage simple et décapant, à l’image de son auteur. Nous l’avons rencontré.  

Vignette Facebook Xavier Bizard

D’un abord très simple, ce qui frappe chez le père Xavier Bizard c’est son humilité. S’il vient d’écrire un livre, ce n’est pas pour raconter sa vie, aussi passionnante soit-elle. Non, mais « pour dire au monde les merveilles que Dieu » peut faire dans une vie, dans sa vie.

Ce n’est pas un livre de plaidoyer, pas vraiment son style, ce n’est pas non plus un livre de théologie, l’homme est bibliste, c’est un livre de témoignage, à la manière de Ste Bernadette à qui l’on attribue le fameux : « Je ne suis pas chargée de vous convaincre mais de vous le dire. » à propos des apparitions de la Vierge Marie à Lourdes.

Au mitan de sa vie et à la faveur de la crise sanitaire qui a mis le monde en pause, le père Xavier s’est donc arrêté pour une relecture personnelle de ses presque 25 années de sacerdoce : « Je peux dire qu’il s’agit d’une histoire d’amour avec le Christ et l’Eglise qui s’est déroulée dans le temps, avec un épicentre à Paray le Monial, à 26 ans, dans la chapelle de la Visitation. Il y a eu un avant et un après. »

« Avant, c’était le temps des signes » explique le père : « Je viens d’une famille catholique pratiquante, au sens où nous allions à la messe le dimanche, mais qui avait confiné Dieu dans l’Eglise paroissiale. » Il raconte aussi comment, à 23 ans, il éprouve soudainement un grand sentiment d’ingratitude à l’égard de Celui qui est l’auteur de toute vie, à qui il n’a, jusque-là, rien donné.

« Voici ce cœur qui a tant aimé les hommes »

Jésus à Marguerite-Marie

17 août 1991 : au retour des JMJ de Czestochowa, en Pologne, avec la Communauté de l’Emmanuel, un beau moment d’Eglise, joyeux et familial, le bus fait halte à Paray-le-Monial. Le jeune Xavier se rend dans la chapelle des apparitions. « 2ème banc à droite devant la grande fresque. J’ai eu le désir de me mettre à genoux et une conversation a commencé avec cette phrase : « Voici ce cœur qui a tant aimé les hommes ». Cela revenait en boucle au fond de moi-même comme une motion intérieure, une grande chaleur, un vrai sentiment d’être aimé. J’étais bouleversé, cela a duré un instant d’éternité. Je me suis relevé et j’ai dit au Christ : si cela vient de Toi, il faut que tu me le confirmes. C’était la première fois que je m’adressais ainsi au Christ. Je suis sorti de la chapelle, bouleversé mais très paisible, et avec un grand désir de communiquer quelque chose aux gens mais je ne savais pas quoi dire. 

Le lendemain, je suis rentré chez moi, j’ai ouvert mon courrier postal dont une lettre du monastère où j’étais passé 2 ans avant. Il m’envoyait régulièrement des images pieuses et des appels au don. Cette fois-là, il y avait une image de la chapelle de la Visitation, où je me trouvais la veille, avec cette phrase « Voici ce cœur qui a tant aimé les hommes ». Alors là, j’ai eu extrêmement peur, je me suis dit que j’étais poursuivi, traqué. J’ai aussitôt appelé le monastère, très agressif, pour leur demander pourquoi il m’avait envoyé ce courrier. La personne au bout du fil, gênée, s’est excusée, en me disant : « Nous l’avons envoyé à 500 personnes ». J’ai raccroché et j’ai repris ma conversation entamée la veille avec Jésus et je lui ai dit : « Je vais revoir ma vie et voir ce que je peux faire pour toi. »

« Faire de ma vie une réponse à l’amour de Dieu pour moi. »

Alors littéralement saisi par l’amour de Dieu, le jeune homme comprend qu’aimer c’est accepter de se laisser aimer : « Le fondement de ma vie ? Faire de ma vie une réponse à l’amour de Dieu pour moi. » Pour lui, ce sera le sacerdoce, dont l’appel résonne progressivement comme une évidence. Mais une évidence inspirée qui s’appuie sur la confiance dans la parole de l’Eglise, enracinée dans une prière personnelle quotidienne et dans la vie communautaire.

Désormais prêtre, le père Xavier se laisse guider par le Seigneur, pas à pas, jusqu’à adopter la Vierge Marie comme sa mère, lorsqu’il était vicaire à l’Ile Bouchard en Indre-et-Loire : « Je suis devenu enfant de Dieu en devenant Fils de Marie, pendant la messe, au cours d’une homélie sur les noces de Cana, où je prêchais sur la présence de Marie que j’ai réellement sentie jusqu’à la fin de la messe. »  

« Je me suis découvert marcheur pèlerin vers la patrie céleste »

Dieu continue de le conduire à travers le service des jeunes qu’il emmène régulièrement en retraite itinérante dans le désert : « Je me suis découvert profondément pèlerin, marcheur de Dieu, sur le modèle d’Abraham. Marcheur pèlerin vers la patrie céleste. » Ses pas, à la suite du Christ, l’emmènent jusqu’en Amérique Latine (en Colombie puis au Brésil) : encore une évidence pour celui qui se rêvait missionnaire en Chine, encore un approfondissement pour le prêtre amoureux du Christ. Faire l’expérience d’être étranger l’aide à devenir adulte dans sa vocation : « J’ai appris à me déposséder de ce que j’étais pour être pauvre avec les pauvres. Cet appauvrissement de l’être étranger m’a permis de devenir réellement un père. Être père c’est rendre présent le père céleste. Ce n’est pas un pouvoir mais un service. Je peux dire que j’ai reçu ma paternité des pauvres eux-mêmes. »

Lorsqu’on aborde la question de l’Eglise, qui va de scandales en scandales, et même de l’amour de l’Eglise, l’actuel curé d’une paroisse de la banlieue lyonnaise ne se perd pas en atermoiements, sa parole est simple et enracinée : « J’ai eu un coup de foudre pour le Christ, en revanche, mon amour pour l’Eglise est venu progressivement, notamment grâce à mon cheminement dans la Communauté de l’Emmanuel. Aujourd’hui, je ne pourrais plus séparer mon amour du Christ de mon amour de l’Eglise. Les scandales des abus ? Cela a purifié mon amour pour l’Eglise, mais cela ne l’a pas affaibli. J’ai été déçu par certains membres de l’Eglise, je me suis senti trahi profondément par certains, mais j’ai toujours su que le Christ ne me décevrait jamais. » Le mystère d’une Eglise sainte et composée de pêcheurs, qu’il aime comme une épouse et qu’il contribue à transformer en se conformant toujours un peu plus au Christ, son modèle.

Se conformer au Christ justement… au Christ célibataire : un chemin d’exigence que le monde juge souvent inaccessible. Avec profondeur, le père Xavier récuse cette idée : « Le célibat a ses exigences comme le mariage a les siennes. l’Eglise latine choisit d’appeler ses prêtres parmi ceux qui ont reçu l’appel au célibat pour le Royaume et la grâce pour le vivre. Pour bien comprendre le célibat comme une vocation, il s’agit de revenir à l’évangile de Matthieu, au chapitre 19. Tout le monde est appelé au mariage sauf ceux que Dieu appelle à être signe du royaume des cieux. On comprend alors qu’il y a là quelque chose d’évangélique, de nouveau, lié à la personne du Christ. » Et d’ajouter, en guise de témoignage personnel : « Ce coup de foudre pour le Christ a fait naître en moi un désir du ciel permanent qui se traduit mieux dans ma vie par une vie consacrée dans le célibat. Renoncer à la joie d’être marié a beaucoup plus de sens pour moi. J’y vois un bonheur profond et immédiat et cela change tout. » Et puis il conclut, avec autorité : « Que les gens qui ne cherchent pas à vivre l’évangile, ne s’étonnent pas de ne pas comprendre le sens du célibat sacerdotal, car son fondement est évangélique. »

Plus besoin, dès lors, de se demander si l’amour de Dieu peut combler une existence… La vie du père Xavier répond par l’affirmative et s’il subsiste un doute, alors il faut lire de toute urgence « L’amour de Dieu m’a saisi », aux éditions Artège. Un témoignage vibrant d’amour.

Couv livre P. Xavier Bizard
Quand l’Amour m’a saisi 

Des favelas d’Amérique latine aux banlieues françaises

Du Père Xavier Bizard

Editions Artège 

Tous les prochains événements à Paray-le-Monial

vignette booking triduum 2022

Triduum Pascal à Paray-le-Monial

  • Du 6 au 9 avril 2023
  • PARAY-LE-MONIAL (71)
shutterstock 75973867 partie filleuled

Week-end parrain/marraine, filleul(e)

  • Du 21 au 23 avril 2023
  • PARAY-LE-MONIAL (71)
A&V : parents seuls

Retraite pour les parents seuls séparés divorcés (sans enfants)

  • du 6 au 8 mai 2023
  • PARAY LE MONIAL (71)
Vignette site article et Facebook 1200x630 1

Forum de l’Ascension 2023

  • Du jeudi 18 au dimanche 21 mai 2023
  • PARAY-LE-MONIAL (71)
2023 zachee visuelseul 1200x630 2

Forum Zachée 2023 : La paix, à tout prix ?

  • Du 18 au 21 mai 2023
  • PARAY-LE-MONIAL (71)
Bandeau billet WEB

Jesus Festival

  • 7-8-9 juillet 2023
  • PARAY-LE-MONIAL (71)
Session Paray 2023 1

Session d’été 2023 à Paray-le-Monial – 25-35 ans

  • Du 12 au 16 juillet 2023
  • PARAY-LE-MONIAL (71)
Sessions 2023 vignettes gens du voyage

Session d’été 2023 pour les gens du voyage

  • Du 19 au 23 juillet 2023
  • PARAY-LE-MONIAL (71)
Session Paray 2023 2

Session d’été 2023 à Paray-le-Monial – avec ou sans handicap

  • Du 19 au 23 juillet 2023
  • PARAY-LE-MONIAL (71)

Recommandez cet article à un ami

sur Facebook
par Whatsapp
par mail