Première rencontre – témoignage de Benoît

Cet article fait partie du dossier thématique :Musulmans, osons les rencontrer au nom de Jésus →

Après la mort du père Hamel, les musulmans ont été invités le dimanche suivant à assister à nos messes dominicales.

Ce dimanche 31 juillet, j’animais les chants à la paroisse. J’arrive un peu en avance, et vois dans la nef encore vide un jeune d’à peine 20 ans en djellaba. Visiblement, il n’est pas dans le style de cette paroisse plutôt bourgeoise ! Je vais donc lui dire bonjour et l’accueillir. Il me confirme qu’il est musulman et qu’il est venu à notre messe par solidarité. Je lui donne une feuille avec les chants. Pendant toute la célébration, je chante en le regardant et en priant pour lui. À la fin de la messe, je me dis que je pourrais lui laisser mon Magnificat, car comme ça, il garderait les textes du jour. On ne sait jamais. Le chant final terminé, je me dirige vers lui et lui demande si tout cela s’est bien passé, et je lui tends mon Magnificat. Quelle n’est pas ma surprise : il me laisse entendre qu’il a été touché par la célébration et qu’il voudrait une Bible, enfin surtout l’histoire de Jésus. Heureusement, j’avais sur moi un petit évangile de poche selon saint Luc et je le lui donne donc. Il me remercie et me dit qu’il reviendra sûrement. Ensuite, notre vicaire a pu discuter avec lui.

Comme quoi, ce drame terrible a permis à ce jeune de faire une première rencontre avec l’Église et Jésus, d’une manière très douce. ¨

Cet article fait partie du dossier thématique :Musulmans, osons les rencontrer au nom de Jésus →

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur facebook
Je partage
sur Facebook
Partager sur whatsapp
J'envoie
via Whatsapp
Partager sur email
Je transmets
par mail

Derniers articles d'actualité

Une nouvelle école au Burundi !

Jérémie Niyonkuru nous envoie les premières photos de classe de notre école NOTRE-DAME DE L’ESPERANCE qui vient d’ouvrir, en septembre 2021, à Gitega au Burundi avec nos professeurs Irène, Léonidas et Désiré. Ils se sont formés l’an dernier en France

Merveilles sans nombre d’Haïti

Nous entrons pas à pas dans la compréhension du pays, profitant du temps libéré lors de ces 6 semaines précédant la rentrée des élèves pour nous familiariser avec cette culture à laquelle nous sommes totalement étrangers. Nous avons rencontré un

Autres articles