Changer : guide pratique et passionné pour des paroisses transformées! 

Des communautés chrétiennes en pleine croissance existent ! Les auteurs de ce livre sont allés à leur rencontre. À leur tour, ils ont initié une dynamique de transformation missionnaire dans leurs paroisses. Dans ce livre, ils partagent leurs intuitions, leur expérience et leur passion, et nous montrent comment renouveler profondément nos pratiques missionnaires : penser « hors du bocal », développer une nouvelle culture d’accueil, favoriser la croissance de chacun, mettre en place les « essentiels » de la vie chrétienne, engendrer des disciples-missionnaires… Un guide précieux pour changer notre regard et oser la transformation pastorale !

Ce qui frappe à la lecture de cet ouvrage, c’est d’une part le feu missionnaire des auteurs mais également la démarche résolument argumentée, pratique, concrète. Claire Villemain, journaliste qui a coordonné le projet et accompagné les auteurs dans leur travail rédactionnel évoque le début de l’aventure: “c’est un groupe de prêtres et de laïcs qui, après avoir rendu visite à ces communautés en croissance, a pris l’habitude de rester en lien étroit pour garder ce feu missionnaire et partager sur les changements de pratique. C’est alors que l’idée d’écrire un livre a émergé: le groupe de travail avait emmagasiné observations, analyses et expériences. L’heure était venue de transmettre”. La première partie du livre s’intéresse donc aux fondamentaux de la transformation pastorale: conversion intérieure, reconnaissance de nos croyances limitantes, coresponsabilité prêtres-laïcs, fonctionnement en équipe. La deuxième partie évoque les cercles concentriques définissant différents types de populations et propose des exercices pratiques pour se mettre en route. 

Co-animateur du conseil pastoral de la paroisse de Dinard et co-auteur du livre, Jean Vimal fait part de son expérience: “Nous avons travaillé sur toutes les étapes du processus de transformation missionnaire avec comme objectif d’être non pas une Église qui conserve mais une Eglise qui va aux périphéries.  Nous avons également développé les visites entre paroisses car nous apprenons beaucoup les uns des autres. Les gens ont soif de Dieu, quand on se rend disponibles à eux, certains font un chemin incroyable!  Il y a de la joie à évangéliser, à témoigner ensemble, à sortir de sa zone de confort pour aller vers l’autre. “

Nous sommes allés à la rencontre de deux des auteurs : Anne France de Boissière, coach, directrice de la “Transformation pastorale Alpha France” et le Père Fabrice du Haÿs, curé de la paroisse Vélizy, Buc, Jouy-en-Josas, Les Loges-en-Josas ( 78). 

Pourquoi avoir écrit ce livre?

Anne-France de Boissière: Dieu a mis dans mon cœur un amour incroyable pour l’Eglise. Nous sommes plusieurs à partager cette passion pour l’Eglise. Avec 10 prêtres, tous auteurs de ce livre, nous sommes allés rendre visite à des églises en croissance, au Canada, à Londres, et plus particulièrement aux Etats-Unis. Nous avons rencontré des paroisses avec un feu missionnaire magnifique !

Cela nous a inspirés, nous avons constitué un petit groupe et nous avons pris l’habitude de nous voir régulièrement pour partager sur le renouveau de nos pratiques missionnaires. Puis nous avons, tous ensemble, conçu et animé un événement intitulé “Conférence Transformation Pastorale 2021” qui s’est tenu en janvier dernier. Nous avons témoigné sur notre rêve. Chacun de nous a contribué, en présentant, à tour de rôle, un élément du processus de croissance et notre vision pour l’Eglise catholique. 

Fabrice du Haÿs: Ce que nous avons vu m’a donné un enthousiasme incroyable ! Quand on est prêtre, il peut y avoir un risque de désespérance devant des églises qui se vident et on peut avoir le sentiment de semer dans les ronces. J’ai vécu le contact avec des paroisses en croissance comme un grand bol d’oxygène et ça m’a donné vraiment le feu pour transformer nos pratiques missionnaires. 

Qu’est ce qui vous a particulièrement frappé dans vos visites auprès de communautés chrétiennes en croissance? 

FH: C’est de voir des Églises qui se passionnent pour les gens qui ne sont pas là! La pastorale est pensée de l’extérieur vers l’intérieur.  Alors qu’habituellement, nous pensons de l’intérieur vers l’extérieur (prendre soin des paroissiens pour former ensuite des missionnaires). Nous avons par exemple rencontré une paroisse créée ex nihilo et qui rassemble plusieurs milliers de personnes chaque dimanche!

Je pense que cela est très biblique et c’est ce qu’on retrouve abondamment dans les paraboles de la miséricorde chez Luc :  la parabole du fils prodigue, la brebis perdue ou le drachme perdu sont autant d’exemples où Jésus nous montre qu’il est passionné par les personnes absentes : “Il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit, plus que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de conversion “ (Luc 15,7).

Qu’est ce qui est si différent dans votre voyage dans l’église du pasteur Rick Warren?

FH: Tout est différent ! Rick Warren est un pasteur américain baptiste. Si ce qu’il dit est très inspirant, il fallait tout inculturer à ce qu’est notre Eglise catholique de France.

En particulier, nous avons pas mal travaillé sur la place des sacrements qui sont à la fois une porte d’entrée et en même temps qui peuvent être perçus comme un obstacle.

AFB: Rick Warren a une amitié et un respect profonds pour les catholiques. Il sait que, pour nous, l’Eucharistie est la source et le sommet de notre vie spirituelle. C’est très différent chez les évangéliques. Cela ne nous empêche pas de nous comprendre. Il nous a dit : « J’aime Jésus et tu aimes Jésus. Nous pourrons servir dans des équipes différentes mais nous serons dans la même ligue pour recevoir Sa grâce et Son pardon.”

Concrètement, qu’est ce qui a changé dans vos paroisses?

FH: D’abord en tant que prêtre, mon cœur bat désormais beaucoup plus au rythme de ceux qui ne sont pas là!  En nous inspirant de Rick Warren et de ses 5 cercles concentriques, nous avons décrit 6 catégories: le monde, la foule, la famille, le disciple, le disciple-serviteur et le disciple-missionnaire. Pour chaque personne, il y a une petite marche supplémentaire que nous pouvons lui proposer. 

Par exemple, dans notre paroisse, nous avons mis en place une proposition “Viens et vois” le samedi après-midi pour des personnes plus éloignées de l’Eglise que nous n’oserions pas inviter à la messe car c’est une marche trop haute au début de leur chemin de foi. Nous avons également une attention toute particulière sur l’organisation de la messe du dimanche en veillant à la qualité de la musique, l’accueil, la beauté de la liturgie, l’homélie. Avec une question en ligne de fond : est-ce que les paroissiens ont envie d’inviter à cette messe? Autre exemple qui concerne la paroisse de Dinard: on s’est rendu compte que la messe du dimanche pouvait constituer une marche trop haute à franchir pour des personnes éloignées de l’Église, la paroisse propose donc plusieurs fois dans l’année, des “dimanches en paroisse” : la messe est avancée et à 11h, on accueille les plus éloignés de la foi autour de concerts, témoignages, temps conviviaux et temps de prière. 

AFB: La pastorale missionnaire élaborée et développée par Rick Warren et par James Mallon, et présentée par le Pape François dans « Evangelii Gaudium » est celui de la croissance du disciple-missionnaire, de l’invitation à l’envoi en mission. Il s’appuie notamment sur différents éléments dont la compréhension et l’application des 5 essentiels (prière/relation à Dieu, fraternité/appartenance, formation, service, mission) en mode diagnostique et également en mode trame pastorale.

Derrière cela, l’idée est que l’Eglise est vivante. Si elle était en bonne santé, elle serait  en croissance, comme tout être vivant. Pour qu’elle grandisse, nous avons à soigner le corps à travers ces 5 “essentiels”. En disant cela, Rick Warren s’inspire du feu évangélisateur des premiers apôtres: “lls étaient assidus à l’enseignement des Apôtres et à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières” ( Ac 2, 42). Cela rejoint l’option préférentielle pour les pauvres développée dans la doctrine sociale de l’Eglise.

Qu’est ce qui anime votre prière aujourd’hui?

FH: “J’ai demandé une chose au Seigneur, la seule que je cherche : habiter la maison du Seigneur tous les jours de ma vie ( Ps 26)” Je veux offrir Jésus au monde.

AFB: “ C’est à l’amour que vous aurez les uns pour les autres qu’ils reconnaîtront que vous êtes mes disciples” ( Jn 13, 35) 

Nos communautés chrétiennes vont devenir tellement fraternelles et attractives, tellement rayonnantes de l’amour du Christ qu’elles seront même provocantes pour les autres ! Toute personne qui nous croisera sera  habitée par le désir ardent de nous rejoindre. 

Je vois déjà des premiers signes, des fruits de cette transformation. Ce que nous sommes en train de vivre est absolument majeur, et c’est une bénédiction! 

Ce livre a été écrit par des prêtres et des laïcs de différentes paroisses et communautés en France. 

Ont participé à cet ouvrage : Anne-France de Boissière, Lionel Dalle, Yves Guerpillon, Bruno de Guibert, Fabrice du Haÿs, Hugues Jeanson, Stephan Lange, Thierry de Marsac, Benoît Moradei, Luc Pialoux et Jean Vimal. Ils ont été accompagnés par la journaliste Claire Villemain pour la conception et l’écriture.

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur facebook
Je partage
sur Facebook
Partager sur whatsapp
J'envoie
via Whatsapp
Partager sur email
Je transmets
par mail

Derniers articles d'actualité

« Rencontrer, écouter, discerner » au programme du synode

Samedi 9 octobre, 300 participants du monde entier se sont réunis salle du Synode autour du pape François. Le lendemain, le Pape a présidé la messe d’ouverture du parcours synodal sur la synodalité. Voici son homélie en forme de “programme”.

« Église et synode sont synonymes »

Dès 2015, dans son discours pour les 50 ans du Synode des évêques, le pape François indiquait clairement, dans la continuité de ses prédécesseurs, sur quel chemin devait s’engager l’Église pour devenir plus “synodale”. Un discours marquant. Extraits. Par le

Autres articles

Synodalité : éviter les pièges

Comme dans tout voyage, nous devons être conscients des pièges qui pourraient entraver notre progression pendant cette période de synodalité.