Séminaristes de l’Emmanuel : une maison unique de formation ouvre à Paris

La nouvelle maison internationale de formation des séminaristes de la communauté de l’Emmanuel ouvre ses portes à l’abbaye de la Source, à Paris.

Photo de la maison de formation de la Source à Paris

Après la fermeture du séminaire de Bruxelles en 2019, tous les séminaristes de la Communauté de l’Emmanuel qui étudiaient en Belgique sont revenus en France pour suivre leurs premières années de séminaire au Collège des Bernardins à Paris. Pendant 2 ans, ils ont été accueillis et répartis dans 3 maisons de formation différentes au cœur de Paris.

Afin qu’ils puissent être réunis tous ensemble et bénéficier des grâces de la vie communautaire pendant le socle commun de formation, la communauté a cherché une maison qui puisse accueillir l’ensemble des séminaristes. C’est désormais à l’abbaye de la Source, une ancienne abbaye bénédictine, que sont accueillis les 23 séminaristes de la communauté venant d’une douzaine de diocèses de France et du monde entier.

Les séminaristes sont regroupés en « maisonnées » de 7 ou 8 séminaristes, l’un des  principes éducatifs essentiels à la formation des futurs prêtres de l’Emmanuel appelés à vivre plus tard en fraternités. Cette organisation leur permet d’expérimenter à la fois une juste autonomie et une véritable vie fraternelle. Des travaux, financés par un appel aux dons, ont permis de créer des lieux de vie indépendants pour chaque maisonnée. Il est possible de parrainer les séminaristes de la Communauté de l’Emmanuel dans la durée, sous la forme d’un soutien régulier

Je parraine la maison de formation

Nous sommes allés à la rencontre du père Erwan Simon, nouveau supérieur de la maison internationale de formation des séminaristes de la communauté de l’Emmanuel.


 Quel est votre nouveau rôle en une phrase ?

En tant que supérieur, je porte avec toute une équipe le souci de la croissance de chaque jeune en cheminement vers le sacerdoce : il s’agit de permettre à chacun d’avoir ce qui lui est nécessaire pour grandir, se former et devenir ensuite pasteur.

Les plus grands défis pour l’année à venir ?

Notre conversion quotidienne et notre sainteté ! Et bien sûr, l’installation dans cette nouvelle maison, la découverte et notre intégration au cœur d’un quartier, dans un lieu chargé d’histoire, encore habité par quelques moines.

Rentree seminaristes 2021 EmmanuelLes nouveaux séminaristes de cette maison, qui sont-ils ?

Cette année, il y aura 23 séminaristes venant d’une douzaine de diocèses de France et du monde entier (dont 1 polonais, 2 belges, 1 indonésien et 1 vietnamien). 18 sont en premier cycle (cycle de formation du disciple missionnaire) et 5 en deuxième cycle. Beaucoup ont déjà fait des études ou ont eu une expérience professionnelle. Ce sont donc des jeunes avec une belle maturité. Leur profil est très varié, certains plus manuels, d’autres plus intellectuels. Avec eux, vivront 3 prêtres, 1 couple et 2 sœurs consacrées. La vie fraternelle entre tous va être un beau défi !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur facebook
Je partage
sur Facebook
Partager sur whatsapp
J'envoie
via Whatsapp
Partager sur email
Je transmets
par mail

Derniers articles d'actualité

« Rencontrer, écouter, discerner » au programme du synode

Samedi 9 octobre, 300 participants du monde entier se sont réunis salle du Synode autour du pape François. Le lendemain, le Pape a présidé la messe d’ouverture du parcours synodal sur la synodalité. Voici son homélie en forme de “programme”.

« Église et synode sont synonymes »

Dès 2015, dans son discours pour les 50 ans du Synode des évêques, le pape François indiquait clairement, dans la continuité de ses prédécesseurs, sur quel chemin devait s’engager l’Église pour devenir plus “synodale”. Un discours marquant. Extraits. Par le

Autres articles

Synodalité : éviter les pièges

Comme dans tout voyage, nous devons être conscients des pièges qui pourraient entraver notre progression pendant cette période de synodalité.