Neuvaine de prière avec Claire-Emérentienne Fichefeux

« Nous mettre à son pas et avancer avec elle vers Jésus »

Jeune femme simple et joyeuse, Claire-Emérentienne Fichefeux, porteuse de trisomie 21, avait mis Dieu à la première place dans sa vie. A la demande de la communauté de l’Emmanuel dont elle était membre, l’association Les Amis de Claire-Emérentienne a été créée en décembre dernier.

Elle nous propose, à l’occasion des 10 ans de sa mort, de prier une neuvaine pour nous mettre au pas de Claire-Aime, comme elle était surnommée. Explications avec Danielle Dallen, présidente de l’association.

« J’ai vu grandir Claire-Emérentienne, depuis le moment où elle a été adoptée, à l’âge de 9 mois, par Jacques et Marie-Hélène, jusqu’à sa mort, à l’âge de 28 ans » raconte Danielle Dallen. « C’était une belle figure humaine et spirituelle dont rayonnait une joie profonde qui touchait toutes les personnes qu’elle rencontrait. Elle a quelque chose à dire au monde. »

Photo Claire presente un de ses tableaux lors dune expoOutre la joie, qui la caractérisait, Claire-Emérentienne était très intégrée dans sa famille composée de 6 frères et une sœur, ainsi que dans la société : « Elle travaillait comme fonctionnaire de la restauration à l’Arsenal de Toulon, elle faisait du théâtre, de la musique… elle a pris sa place à part entière dans la société, avec son handicap. »

Le plus frappant chez Claire-Emérentienne était sans doute sa foi profonde : « Elle a grandi dans une famille chrétienne pratiquante qui a évidemment joué un rôle dans l’éveil de sa vie spirituelle. Mais, très vite, elle est entrée dans une relation personnelle à Jésus qu’elle aimait rencontrer dans l’adoration. »

Si Claire-Emérentienne a écrit peu de choses, ses partages de maisonnée (NDLR : elle était membre de la communauté et se réunissait avec d’autres chaque semaine pour partager autour de la parole de Dieu) ont été consignés par certains de ses responsables de maisonnée : « Seigneur, merci pour l’adoration, pour la chance qu’on a de te prier ici. Nous croyons en toi. Tu es présent dans cette hostie. Tu es là au milieu de nous. Montre-nous ta gloire. Nous voulons te voir. » Un autre jour, elle déclarait : « Ce n’est pas facile pour moi, qu’est-ce que je dois faire pour être l’ami intérieur de Jésus ? » ou encore : « J’aimerais avoir la foi pour le voir à travers l’adoration et à la communion chaque dimanche. »

24 anniversaireSa foi joyeuse s’exprimait souvent à travers la louange, se souvient Danielle : « Elle était toujours la première à louer, à prendre le micro, à exhorter ses frères et sœurs à louer. »

La communauté de l’Emmanuel a été prudente avant de lui permettre de s’engager dans la communauté. Son cheminement a duré 7 ans. Dans sa lettre de demande d’engagement dans la communauté, elle écrit qu’elle veut s’engager « pour suivre Jésus partout où il va. Jésus a dit, Je suis le chemin et c’est le chemin que je voudrais prendre. »

Portrait Claire 2014 NBCe qui a beaucoup marqué ceux qui l’ont connue c’était son amour pour les prêtres qui se manifestait par de grands gestes d’affection. Cet amour s’est purifié au fil des mois et des années, si bien qu’elle a dit un jour à ses parents, quelques mois avant sa mort : « Les parents, j’ai compris. Je veux que Dieu soit en premier … même avant les prêtres » ! Signe d’une ascension spirituelle forte et visible : « Elle était beaucoup plus intérieure, plus recueillie. Une pudeur s’est installée à l’égard des prêtres. Elle ne les prenait plus dans ses bras. »

Peu de temps avant sa mort subite, on lit sur son carnet : « Ma décision est d’adorer plus souvent et de prendre le Seigneur comme époux et d’aimer comme Jésus jusqu’au bout ». Jésus l’a prise au mot et l’a exaucée le 24 mai 2014.

Désormais la jeune association Les Amis de Claire-Emérentienne se donne pour mission de faire connaître la vie et le rayonnement de la jeune femme. Notamment à travers une neuvaine de prière du 15 au 24 mai, date anniversaire de sa mort. Il ne s’agit pas de se centrer sur Claire-Emérentienne, ni même de demander sa canonisation, mais, comme l’a dit son père, Jacques Fichefeux, de « nous mettre à son pas et avancer avec elle vers Jésus. » Parce que la figure de Claire-Aime est simple et imitable, conclut Danielle Dallen : « Elle ouvre une porte sur une vie de prière simple et une vraie relation à Jésus, c’est un modèle d’attention aux autres puisqu’elle se préoccupait vraiment des autres. Elle était très directe et je pense qu’on peut, à notre tour, être direct avec elle pour demander des choses au Bon Dieu. »  

Recommandez cet article à un ami

sur Facebook
par Whatsapp
par mail