« L’homme de Dieu », une vie qui parle à tous

Cet article fait partie du dossier thématique :Unité des chrétiens →

La vie, les tribulations et la sainteté de Nektarios d’Égine, dont Yelena Popovic a fait un film, portent un message pour les chrétiens de toutes confessions. Et même bien au-delà. Récit.

Lhomme de Dieu IEV356Nektarios naît le 1er octobre 1846, à Sélybrie (Thrace), de parents pauvres, chrétiens fervents. Dès l’enfance il a une grande piété et un goût profond pour l’étude. Ses parents l’envoient à Constantinople pour poursuivre son éducation, tout en travaillant comme employé dans un magasin. À l’âge de vingt ans, il devient instituteur sur une île. Il y exhorte avec zèle la jeunesse et les villageois à la piété par ses paroles et par son exemple d’ascèse et de prière. Il devient ensuite moine sous le nom de Lazare, dans le célèbre monastère de Néa-Moni (Chypre). Modèle de douceur et d’obéissance, il est très apprécié par ses frères de communauté. En 1885, il rejoint Alexandrie où il est ordonné prêtre puis consacré métropolite de la Pentapole. Prédicateur et secrétaire patriarcal, il est affecté au Caire comme représentant du patriarche. Malgré ces honneurs, Nektarios ne perd rien de son humilité et de sa ferveur évangélique. Certains membres du patriarcat, jaloux de ses succès, le calomnient. Ils prétendent qu’il cherche à s’attirer les faveurs du peuple dans le but de s’emparer du trône patriarcal d’Alexandrie. Chassé sans résistance, il s’embarque pour Athènes où il se retrouve seul, ignoré, méprisé, manquant même de nourriture quotidienne. Malgré tout, il distribue régulièrement aux pauvres ses faibles ressources.

Nektarios garde un profond désir de vie monastique, aussi profite-t-il du désir exprimé par un certain nombre de ses filles spirituelles pour se retirer et fonder un monastère féminin dans l’île d’Égine. Il dépense ses forces sans compter pour l’installation des bâtiments, la célébration des offices et la direction spirituelle de ses disciples. La réputation de ses vertus se répand dans toute la région et les fidèles viennent à lui en masse : il guérit de nombreuses personnes. En parallèle, Nektarios rédige de nombreux ouvrages de théologie, de morale, d’histoire de l’Église, etc. Avant sa mort, le bienheureux a encore à souffrir calomnies et injustes accusations de la part de membres de la hiérarchie. Il supporte tout avec patience, sans murmure ni révolte. Puis il tombe malade, s’efforçant de garder son mal secret jusqu’aux tout derniers temps. Il est transféré dans un hôpital d’Athènes, où, après cinquante jours de souffrances, qu’il supporte avec une patience qui édifie tous ceux qui l’approchent, il meurt le 8 novembre 1920. Dès sa mort, les miracles abondent. Le corps du saint reste incorrompu pendant plus de vingt ans, dégageant un parfum hors du commun. En 1953, lorsqu’il est finalement dissous selon la nature, les reliques gardent ce parfum étonnant de myrrhe.

Son culte a été officiellement reconnu en 1961. Son tombeau, à Égine, est devenu l’un des pèlerinages panorthodoxe les plus fréquentés de Grèce.

Biographie de saint Nektarios d’Égine d’après le Synaxaire, le recueil des vies des saints de l’Église orthodoxe.

Yelena Popovic : « Au-delà de nos divisions »

Y Popovic IEV356

Ayant entendu parler de saint Nektarios, j’ai lu l’histoire de sa vie. Chaque mot de ce livre me parlait comme s’il avait été écrit pour mon âme ! Dès lors, l’idée de faire un film sur cette histoire inspirante m’a hantée.

Ce que vit cet homme, et la façon dont il répond aux injustices, porte un message universel, qui peut donner de la force aux personnes vivant des choses difficiles, les aider à trouver un sens à leur vie. J’ai été très heureuse de la réception de ce film en France de la part de la presse catholique et de l’Église. De nombreux prêtres ont recommandé le film dans leur paroisse. Les thèmes du film (la foi, le pardon) dépassent largement les frontières de nos différentes Églises. Les catholiques l’accueillent à bras ouverts car ils ont, par leur culture, une grande familiarité avec les saints.

Pour moi, le fait qu’il existe différentes Églises n’est pas un problème en soi. Ce qui pose problème, ce sont nos divisions alors que nous sommes unis sur l’essentiel pour la mission.

(Interview par LAURENCE DE LOUVENCOURT)

À partir du 2 juillet, L’HOMME DE DIEU (GRÈCE) sort en VOD sur Le Film Chrétien et en DVD sur La Boutique Saje

De Yelena Popovic Avec Aris Servetalis (The Waiter, 2018), Alexander Petrov (War Zone, 2012), Mickey Rourke (Iron man 2, 2010, Les Immortels, 2011) & Tonia Sotiropoulou (Skyfall, 2012, Hercule, 2014). Durée : 1 h 50.

Synopsis du film : Exilé injustement, condamné sans jugement, calomnié sans motif. La vie, les épreuves et les tribulations d’un homme de Dieu, saint Nektarios d’Égine, qui supporta jusqu’au bout la haine injuste de ses ennemis tout en prêchant la Parole de Dieu sans relâche.

Cet article fait partie du dossier thématique :Unité des chrétiens →

Le magazine Il est vivant a publié le numéro spécial :

IEV n°356 - Unité des chrétiens : marcher, prier, travailler ensemble Se procurer le numéro →

Recommandez cet article à un ami

sur Facebook
par Whatsapp
par mail