L’arrivée de l’Emmanuel à Paray : zoom sur… Pierre Goursat

En 1975, la communauté de l’Emmanuel a commencé à organiser des sessions d’été à Paray-le-Monial après une première session du Renouveau charismatique à Vézelay, en 1974.

Cet article est paru dans la revue Il est vivant! n°361

Extraits d’archives de la Communauté de l’Emmanuel

Après le premier rassemblement des groupes de prière et communautés du Renouveau charismatique français, qui eut lieu à Vézelay en juillet 1974, Pierre Goursat fut à l’initiative des sessions de Paray-le-Monial qui furent organisées pour la première fois durant l’été 1975. Il y eut deux sessions : du 12 au 17 et du 18 au 23 juillet. Au cours de la première session, le 16 juillet 1975, Pierre Goursat intervient avant l’enseignement du matin qui était donné par le pasteur Thomas Roberts.

Il explique pourquoi il a choisi Paray-le-Monial comme lieu de rassemblement. Voici quelques extraits de son intervention. « Cette année j’avais senti1 que le Seigneur nous demandait de venir à Paray pour venir près de son Cœur. Or en ouvrant les dialogues de Catherine de Sienne, il y a justement un dialogue où le Seigneur, le Père, parle du Fils en disant que le premier degré c’est à ses pieds, et le deuxième, c’est sur son Cœur. Ça correspondait exactement à ce que j’avais senti, et qu’on avait senti ensemble.

Or le démon s’arrange toujours pour défigurer, déformer tout ce que Dieu fait de plus magnifique.

Au XIXe siècle, on a fait une caricature de l’amour de Dieu, du Cœur de Dieu. Le Sacré Cœur, ce n’est pas une dévotion, c’est l’essentiel même de l’amour de Dieu. Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique pour le sauver2. Or, c’est ça, c’est vraiment ce mystère d’amour qui a été révélé, que les Jésuites avec le père La Colombière3 ont vraiment compris en profondeur et qui a été répandu dans le monde entier. Et maintenant, on a fait un truc qui dégouline de sang, ah c’est vraiment à vomir.

[…] On avait peur qu’une partie des personnes ne vienne pas en nous traitant d’intégristes ou de retardataires, ou de vieux gâteux. Or, c’est odieux, c’est odieux, c’est démoniaque que ce qui est de plus grand de l’amour de Dieu, on arrive à le défigurer à ce point-là. Nous sommes venus parce que le Seigneur nous a demandé vraiment de venir tous ensemble pour témoigner de son amour, et pour réparer cette caricature qui en a été faite. Alors, actuellement, qu’est-ce que ce Renouveau et pourquoi venir ici ? Ce Renouveau est un renouveau de Pentecôte. […] Or on nous parle toujours du Cœur transpercé de Jésus, mais je voudrais que vous vous souveniez que justement c’est lié essentiellement à la Pentecôte, lorsque Pierre sort avec la puissance de l’Esprit, qu’il commence à parler et qu’il dit Dieu l’a fait Seigneur et Christ ce Jésus que vous avez crucifié – que nous avons crucifié. D’entendre cela, ils eurent leur cœur transpercé4. Et c’est pourquoi nous venons ici, pour avoir ce cœur transpercé, repentant, mais pas de simple conversion extérieure, parce que comme saint Jean, nous allons sur le Cœur du Seigneur et nous entendons ses secrets d’amour. Nous sommes ici pour l’écouter comme la prophétie qui vient de vous être faite il y a quelques minutes. Il faut vraiment rester en silence. Et si certains s’aperçoivent qu’on danse, qu’on chante, qu’on applaudit, sachez aussi le nombre de conversions et de transformations en profondeur qui se sont opérées depuis que nous sommes ici. Certains nous disent : “Ah vous savez c’est tout à fait raté, c’est tout à fait extérieur…” Alors laissons les prophètes de malheur ! Je vous en prie, croyez que le Seigneur est là, tout proche de nous, et approchez-vous toujours de plus en plus de lui. Mes amis, vraiment, soyons tout petits, tout petits. Le Seigneur nous conduira à la croix… Ayez confiance, il a plu à mon Père de vous donner son Royaume5. Et il disait après : Il a plu à mon Père que je vous prépare mon Royaume comme mon Père me l’a préparé6. […] On a tous peur de la croix, quand on la regarde de l’extérieur. J’avais un directeur de conscience dans ma jeunesse au moment où je me suis converti, qui me disait ça : “Ne t’occupe pas de la croix : tant que tu ne la désireras pas, tu ne l’auras pas. Actuellement, reste sur le Cœur de Jésus, aime-le, apprends à être aimé, et laisse-toi aimer.

Demandons à Jésus d’être tout simples, d’être tout petits et de témoigner pour lui. Il va nous mettre un tel feu dans le cœur pour apporter son message partout, et ensuite eh bien on verra bien ce qui se produira. Peut-être qu’il nous transportera d’un seul coup dans le Ciel, ou nous demandera si on accepte le martyre, tout ça, ça n’a aucune importance. C’est une question d’amour. Amen. »

1 Le mot « sentir », beaucoup employé aux débuts du Renouveau, veut dire recevoir dans la prière une intuition qui semble venir de l’Esprit Saint.

2 cf. Jn 3, 16.

3 Saint Claude La Colombière, jésuite français qui a diffusé le message du Sacré Cœur reçu par sainte Marguerite-Marie Alacoque, dont il fut le confesseur et le conseiller spirituel.

4 Ac 2, 37.

5 Luc 12, 32.

6 Peut-être aussi allusion aussi à Luc 22, 29.

A lire

Pierre Goursat Une vie dans le souffle de l’Esprit Saint Éditions Emmanuel, 2023

Pierre Goursat couverture

Cet article fait partie du dossier thématique :Sacré Cœur de Jésus – Lui rendre amour pour amour →

Le magazine Il est vivant a publié le numéro spécial :

IEV n°361 - Sacré Cœur de Jésus - Lui rendre amour pour amour Se procurer le numéro →

Recommandez cet article à un ami

sur Facebook
par Whatsapp
par mail