« Haut les cœurs ! » Faites du carême une thérapie cardiaque avec le sanctuaire de Paray.

Notre cœur est la clé qui permet un bon fonctionnement de tout notre être. Pourtant nous pouvons avoir un cœur brisé, un cœur atrophié, un souffle au cœur…

Pendant les 40 jours du Carême, le père Benoit Guédas et le Sanctuaire du Sacré-Cœur de Paray-le-Monial nous invitent à prendre soin de notre cœur pour faire une véritable thérapie cardiaque. 

Le temps du carême est un temps providentiel. Entre le froid de l’hiver et les premiers rayons du soleil de printemps, la création revit, nos jardins non sans effort vont voir éclore le fruit d’un travail caché. Le carême ajoute à ce renouveau de la création l’appel à renouveler notre être.

Quels vont être nos points d’attention ? Que voulons-nous planter, cultiver en nous-mêmes ? Que désirons-nous voir germer au printemps ? Et si à travers des gestes extérieurs, nous visions finalement une cible intérieure ?

Le carême pour les chrétiens commence par un appel : « Revenez à moi de tout votre cœur, car je suis un Dieu de tendresse ». Il a pour point culminant la contemplation de Jésus crucifié dont le cœur est transpercé.

Faisons de ce carême une thérapie cardiaque. Nous pouvons avoir un souffle au cœur, un cœur brisé, un cœur atrophié… Pendant ces 40 jours, prenons soin de notre cœur.

« Rodrigue, as-tu du cœur ? »  (Corneille, le Cid) demande Don Diègue à son fils. Voilà une question que Dieu nous invite aujourd’hui à nous poser à nous-mêmes : As-tu du cœur ?

Lorsque Jésus dévoile son Cœur à Paray-le-Monial à sainte Marguerite Marie, c’est toute sa personne qu’Il révèle : ce qu’Il est au plus profond, sa nature véritable, son unité substantielle, et ce qui a fait toute sa vie sur terre, ses rencontres, ses sentiments, ses réflexions, ses souffrances et sa joie, sa fatigue et son exaltation.

Notre cœur de même est non seulement le lieu inviolable et caché où Dieu demeure, mais aussi ce qui constitue l’intégralité de notre personne, dans ses dimensions corporelles, affectives, psychologiques et spirituelles.

Se recentrer sur le cœur, c’est revenir à l’essentiel.

L’enjeu du carême est de ressusciter avec le Christ. Le cœur apparaît comme la clé qui permet un bon fonctionnement de tout notre être. Ressuscitons notre cœur dans toutes ses dimensions, pour passer d’un cœur de pierre à un cœur davantage semblable à celui de Jésus.

Revisitons tout au long de ces semaines notre cœur dans toutes ses dimensions pour avoir tous finalement un cœur 100 % « Divergent » (Véronica Roth) : à la fois fort et charitable, intelligent, juste et fraternel.

 

Pour suivre ce parcours, 2 possibilités : commander le livret de Carême « papier » ou recevoir chaque jour du Carême la méditation et l’action du jour, soit par email, soit dans l’application Découvrir Dieu.

 

visuelcaremeparay2

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur facebook
Je partage
sur Facebook
Partager sur whatsapp
J'envoie
via Whatsapp
Partager sur email
Je transmets
par mail

Derniers articles d'actualité

Mimi : une ascension sociale et spirituelle

Au travers de l’histoire touchante d’une mendiante de sa paroisse sortie de la rue, le Père Pascal Fagniez nous témoigne, qu’à l’heure du synode, l’Eglise est une maison pour tous. Mimi avait environ deux ans quand elle mendiait à la

Le rapport de la CIASE et le sacerdoce chrétien

Si nous sommes tous prêtre par le baptême, comment accompagner les victimes des abus sexuels révélés par le rapport de la CIASE. Le Père Sébastien Dehorter, vicaire à Louvain-la-neuve, a donné une belle homélie à ce sujet à ses paroissiens

Autres articles