𝅘𝅥𝅮 « Cœur de Jésus, cœur doux et humble » en trois questions

Un chant de consolation pour goûter à la douceur du Seigneur

Ils ont appris le solfège à 35 ans. Michel, sans être musicien, reçoit depuis plusieurs dizaines d’années des chants dans la prière ou suite à des actes de foi. Marie-Françoise est sa première oreille : avec rigueur et exigence, elle corrige textes et mélodies inlassablement. Il y a quelques années, Michel apprend qu’il est atteint de la maladie de Parkinson et n’a plus le désir de composer. « Cœur de Jésus, cœur doux et humble » est un des premiers chants que Michel écrit après avoir été renouvelé dans sa grâce de composition. Michel et Marie-Françoise Penhard témoignent.

Quelle est la belle histoire de ce chant ?

MIchel et Marie Francoise PEnhardCe chant est la suite d’une aventure avec le Seigneur qui a commencé en 1975, le jour où j’ai reçu mon premier chant, « Le Seigneur Dieu a mis dans mon cœur la joie de vivre, la joie d’aimer », dans la voiture, en revenant d’un week-end de prière où j’avais fait l’expérience de l’Amour et de la joie qui vient de Dieu. Ce chant à jailli comme ça, spontanément, il m’a aidé à louer le Seigneur, à rendre grâce et aujourd’hui encore il m’aide à rester dans la louange et dans la joie.

Les chants que je reçois le plus souvent font suite à un acte de foi ou à un moment de prière, en écoutant la parole de Dieu, ou suite à un évènement…Il y a eu aussi les chants pour les enfants : « Chanter Dieu en famille ».

« Michel, nous prions pour toi pour que tu sois renouvelé dans la grâce que tu as reçue de composition de chants »

Il y a quelques années, nous étions en mission avec Marie-Françoise, pour trois ans, à la basilique du Sacré Cœur à Grenoble. Je venais d’apprendre que j’avais la maladie de Parkinson et cela était difficile à accepter. Le jour de mon anniversaire en octobre 2016, je reçois du Rwanda un appel téléphonique de frères et sœurs de la communauté de l’Emmanuel qui étaient en prière sur la tombe de Cyprien et Daphrose Rugamba. Ils m’ont dit « Michel nous prions pour toi pour que tu sois renouvelé dans la grâce que tu as reçue de composition de chants ». C’était une période où je n’avais plus envie de composer à cause de la maladie. J’ai reçu ces paroles de mes frères et sœurs comme venant de Dieu. J’ai dit au Seigneur : « Que ta volonté se fasse ».

A partir de ce moment, j’ai été complètement renouvelé dans la composition et ce chant « Cœur de Jésus, cœur doux et humble » fut l’un des premiers chants qui a alors jailli de mon cœur à la chapelle de la basilique du Sacré Cœur.

Qu’est-ce qui vous touche dans ce chant ?

C’est un chant de consolation qui nous introduit dans l’adoration, dans le mystère de l’Amour de Dieu. Il nous fait goûter la douceur du Seigneur, sa bonté et son amour infini pour chacun de nous. Il nous fait aussi goûter l’humilité de Dieu qui s’est fait petit enfant, qui s’est laissé crucifier, transpercer pour que nous ayons la vie. Ce chant est une prière. Nous demandons à Jésus dans la confiance et l’abandon, que notre cœur soit semblable au sien, que nous brulions de charité, que nous puissions toujours aimer.

Comment pouvons-nous l’utiliser dans la liturgie ?

Ce chant peut nous introduire à l’adoration. Nous pouvons également le chanter pour la fête du Sacré-Cœur, mais aussi dans une assemblée de prière, car c’est un chant qui nous aide à plonger et à entrer dans la prière.

Il peut aussi être chanté comme une prière que nous répétons tout au long de la journée ou à l’occasion plus particulière d’une prière pour les malades.

Michel est membre de La Croix Glorieuse de la CommunautĂ© de l’Emmanuel qui rassemble des frères et sĹ“urs souffrants qui ont choisi d’offrir leur souffrance pour le rayonnement des missions de la CommunautĂ©. Sa devise : “Tout offrir mĂŞme ce que je n’arrive pas Ă  offrir.” Car, explique – t – il : « Ce n’est pas facile d’offrir mais c’est ce qui rend le plus heureux et qui ouvre Ă  la louange. »

Michel écrit aussi des chants sur la maladie de Parkinson, sur la fragilité et sur les larmes… pour aider les personnes à accepter leur maladie. 

Recommandez cet article Ă  un ami

sur Facebook
par Whatsapp
par mail