En 2023, je résiste !

Chronique
Par Joseph Challier

La chronique de la semaine

En 2023, je résiste !

En lisant le dernier livre du Père Pedro*, je me suis laissé saisir par un nouveau souffle de résistance. Il faut dire que le personnage a quelque légitimité : prêtre argentin en mission depuis 30 ans auprès des plus pauvres de Madagascar. Chez cet homme de terrain, pétri de bon sens et d’esprit évangélique, les mots claquent comme chez les prophètes. Sans être pourtant nouveaux, ces mots tels que amour, pardon ou fraternité ont une saveur particulière. C’est libre, fort, sans enrobage, parfois aux allures de naïveté, mais parce que tout simplement : il dit la vérité !

Or donc, à fréquenter ce résistant du Bon Dieu, je me suis laissé bousculer et réveiller mon désir de résister.

Résister à la morosité. Pour peu qu’on vive dans le monde (et quelle folie que de le fuir), l’ambiance peut être quelque peu tendue. A ce mauvais esprit et ses sbires que sont pensées négatives, anxiété, défaitisme, ou relativisme égocentrique ; il me faut résister ! Pour cela, j’ai déjà la grâce de pouvoir user de deux armes de résistance : la louange et un carnet à mercis quotidiens. Le témoignage de père Pedro m’a donné envie d’aller plus loin : que cette joie se voie et que j’ose l’afficher ! Que cette joie soit celle aussi de la sobriété !

Résister à la corruption. Si Dieu merci je n’ai pas  affaire à des politiciens ou ONG corrompus ; j’ai à résister à ma propre corruption avec le mal. Car, comme dirait Paul, je fais le mal que je ne voudrais pas faire. Pour réveiller mon désir et ma volonté de résister en actes et avec cœur, j’ai demandé à Dieu une grâce de dégoût. Je vois bien que mes efforts pour combattre le mal sont souvent amoindris ou même soudainement oubliés dès lors que je succombe à la séduction du mal. Face à ma corruption, je demande donc une grâce surnaturelle de dégoût. Dégoût du mal et de ses fruits pourris.

Résister à mon habitude d’attaquer. J’ai tendance à m’attaquer à d’immenses problèmes avant de me rendre compte que le Bon Dieu me demandait déjà de résister… par mon quotidien. Et ce en écoutant, en pardonnant, en patientant, en aimant. Je vais donc essayer cette année – enfin aujourd’hui, ça sera déjà un bon début – essayer de passer du  »s’attaquer à » au  »résister à ».

En 2023, je me dis donc comme dit la chanson : résiste, prouve que tu existes… d’une vie nouvelle !

* Résiste, père Pedro et Pierre Lunel, Editions du Rocher, 2022

Recommandez cet article à un ami

sur Facebook
par Whatsapp
par mail