3 fioretti de saint François de Sales

Le 24 janvier, nous fêtons saint François de Sales. Découvrez 3 petites anecdotes de sa vie, tirées du livre Fioretti de saint François de Sales, qui vient d’être réédité.

Le confesseur des pauvres

Écoutons aussi la déposition du père Philibert de Bonneville au premier procès d’Annecy : « Le bienheureux François de Sales avait une douceur indicible, laquelle, accompagnée du saint zèle pour les âmes, faisait qu’il recevait les pénitents comme un père, avec les entrailles de la charité. »
Au procès de canonisation, un grand nombre de prêtres et de religieux déposèrent sous serment que l’évêque de Sales, non satisfait des longues heures de confession qu’il passait avec ceux qui venaient spontanément à lui, exigeait qu’on lui envoyât les plus pauvres que comptait la ville d’Annecy.
Tout ce monde pouilleux n’osait s’approcher des prêtres ; Monseigneur ordonna donc aux curés de la ville « d’envoyer à son confessionnal tous les pauvres et misérables, afin qu’il les connût et qu’il leur fît du bien…  Il voulait aussi qu’on lui envoyât les chancreux et les “punais*” : non seulement ceux-ci avaient un très grand besoin d’instruction et de consolation, mais habituellement, ils étaient aussi les plus délaissés. »
Le valet de Monseigneur, Germain Pilliod, dépeint la scène de ces pauvres qui venaient se confesser chez leur évêque. On y voyait, dit Germain, tous les « misérables et affreux, sourds, grossiers, puants, infects, ulcérés » ; ces malheureux, « rebutés par les autres confesseurs », trouvaient auprès de leur pasteur le cœur d’un père et la douceur d’une mère !

*C’est-à‑dire les pauvres dégageant une mauvaise odeur…

Une pénitence bien légère

Pendant le carême de l’an 1595, François alla confesser les militaires de la forteresse des Allinges. Tout ému par la sincère contrition de l’un des soldats qui s’était confessé à lui, Monseigneur lui demanda de réciter un Pater et un Ave pour pénitence. Surpris par la légèreté de celle-ci, le soldat se mit à protester :
« Oh mon Père ! Voudriez-vous me damner en m’imposant une si légère pénitence pour tous mes péchés ?
– Mais non, répondit le charitable prévôt, ayez confiance en la miséricorde divine qui est bien plus grande que tous les péchés que vous auriez pu commettre ; pour ce qui regarde votre pénitence, ne vous en préoccupez point, c’est moi qui penserai à la compléter. »

Un miracle inouï après sa mort

En 1623, Jérôme Genin, âgé alors de 15 ans, s’était aventuré sur un petit pont. Il perdit l’équilibre et tomba dans les eaux impétueuses de la rivière qui, en ce moment de l’année, étaient en crue à cause de la fonte des neiges. Le pauvre garçon fut bien vite englouti et entraîné par le courant, sans que personne ne puisse lui porter secours.

Après huit heures de recherche, on retrouva finalement le corps sans vie du jeune homme. Son cadavre était livide, le visage noirci, la bouche encore pleine de sang et de sable, et le corps rempli d’eau.

Quand la triste nouvelle se répandit, le curé d’Ollières, venu d’Arnay, fit la promesse qu’il célébrerait une neuvaine de messes sur le tombeau du bienheureux François de Sales, puis alla se recueillir devant la dépouille mortelle du jeune garçon. Près de vingt-six heures après le décès, le corps commençait à sentir, et on décida qu’il était temps de célébrer les obsèques. C’est à cet instant que se produisit un grand miracle inouï : les personnes présentes virent que le corps du jeune homme commençait à reprendre vie et à s’animer.

Celui-ci, à la surprise générale, ouvrit les yeux et s’exclama : « Oh, bienheureux François de Sales ! C’est lui qui m’a redonné la vie ! » Jérôme raconta alors qu’au moment où il reprit contact avec la vie, saint François lui était apparu, lumineux, avec un sourire d’une ineffable douceur. Ce jeune homme devint prêtre et curé de La Rochette en Savoie.

Fioretti de saint François de Sales

EE Fioretti de Saint Francois de Sales 1 1141x1536 1

De délicieux épisodes de la vie du « Docteur de l´amour », qui nous permettent d´entrer concrètement dans sa spiritualité.

Dans la même collection

EE Fioretti de mere Teresa 1 1159x1536 1

Fioretti de Mère Teresa

Léo Maasburg a côtoyé Mère Teresa dans la plupart de ses déplacements. À travers ses yeux, le lecteur devient à son tour témoin d’histoires simples, merveilleuses et parfois même miraculeuses, toutes empreintes de délicatesse et de tendresse que Mère Teresa puisait sans cesse en Jésus et par Marie.

Recommandez cet article à un ami

sur Facebook
par Whatsapp
par mail