Prêtres, laïcs : quelle communion pour la mission ?

Colloque © Communauté de l'EmmanuelLes 14 et 15 novembre 2014, s’est tenu à Paris, chez les Pères du Saint Sacrement, un colloque, interne à la Communauté de l’Emmanuel, sur la communion des états de vie. Une petite centaine de personnes, regroupant à parts à peu près égales, laïcs et prêtres, ont participé aux quatre séances de travail animées par dix orateurs.

Le concept de communion est au cœur de l’ecclésiologie du Concile Vatican II. La finalité de cette communion ecclésiale découle de la mission de l’Eglise sur cette terre : elle doit être missionnaire. Cet appel à la communion est reçu de façon toute particulière dans la Communauté de l’Emmanuel dans la mesure où elle rassemble tous les états de vie en son sein dans le respect de chaque vocation. En conséquence, la question de savoir comment ses membres prêtres et laïcs doivent collaborer à la mission dans un esprit de communion se présente pour cette Communauté comme un enjeu très important.

Ces sujets ont été abordés lors du colloque en trois temps. Tout d’abord ont été évoqués les fondements scripturaires de cette communion et la façon dont, dans son histoire, l’Eglise l’a mise en œuvre. Ensuite, l’apport décisif du Concile Vatican II et de la réflexion de Joseph Ratzinger a été dégagé, notamment en ce qui concerne la remise sur le devant de la scène du concept de sacerdoce commun des fidèles quelque peu occulté depuis la Contre-Réforme. Enfin, la discussion s’est centrée sur la façon dont la Communauté de l’Emmanuel reçoit cet appel à une communion missionnaire, que ce soit d’un point de vue interne, notamment à travers les orientations fondatrices que Pierre Goursat a su donner, ou dans le regard de pasteurs qui la sollicitent pour aller toujours plus avant dans cette direction.

Trois pistes sur des aspects plus pratiques de la vie communautaire ont été suggérées. Tout d’abord, on a souligné que l’exercice de l’autorité et sa réception constituaient des lieux privilégiés de mise en œuvre de la communion. Ensuite, au vu de la catholicité de l’Eglise et du déploiement géographique de la Communauté, on a insisté pour qu’une attention particulière soit portée au respect des diverses cultures dans lesquelles la grâce communautaire est appelée à se déployer. On a rappelé, enfin, que la communion ecclésiale, image et produit de la vie même de la Trinité, était avant tout un lieu d’exercice de la charité, fondée sur la rencontre avec Jésus et attestée par des actes concrets d’amour fraternel.

Parmi les orateurs se trouvaient les deux précédents modérateurs de la Communauté, Markus Gehlen (à droite) et Dominique Vermersch (au centre), ainsi que leur successeur actuel Laurent Landete (à gauche).