Que vivent les jeunes de l’année Saint Joseph ?

Partis depuis quelques mois en Belgique, les jeunes de l’année de propédeutique Saint Joseph de Namur nous ont fait part de leur newsletter Saint Joseph News. Voici quelques pépites de leur vie quotidienne.

Une journée type a la Maison St Joseph

6h30 : Réveil
7h : Déjeuner (= petit déjeuner belge !)
7h30 : Louange à la chapelle
8h – 9h : Adoration
9h30 – 11h30 : Cours
12h : Eucharistie
12h45 : Dîner (= repas de midi)

Après-midi (travail maison – sport – compassion – accompagnement)
17h – 18h : Lecture continue de la Bible
18h30 : Vêpres
19h : Souper
21h : Altum Silencium

Découvrez la page de l’année Saint Joseph

Retrouvez l’année Saint Joseph sur Facebook

Le mot du responsable

Fonder sa vie sur le roc


Cela fait 2 ans que le Pape François a publié un texte d’orientation pour donner à l’Église de nouvelles normes concernant la formation des futurs prêtres. L’année de discernement ou année de propédeutique devient incontournable :
« La propédeutique est une étape indispensable de la formation […]. L’objectif principal consiste à poser des bases solides pour la vie spirituelle et à favoriser une meilleure connaissance de soi. »
Ainsi, l’Église souligne l’importance de la formation spirituelle et humaine préalable au don de sa vie, à la suite du Christ. Elle invite à prendre le temps nécessaire pour que les candidats au sacerdoce se laissent travailler par la grâce et se déterminent pour la sainteté.
Depuis 25 ans, l’année de propédeutique de la Communauté de l’Emmanuel accueille de jeunes hommes qui veulent prendre des moyens concrets pour entendre l’appel du Seigneur et y répondre généreusement. Une vocation, naît toujours d’une rencontre personnelle avec le Christ. A l’heure où ces lignes sont écrites, la liturgie de ce jour (Mt 7,24) nous invite “à écouter” la Parole de Dieu et à la “mettre en pratique”. C’est ce que nous voulons vivre ici, à Namur, avec la vingtaine de jeunes que la Maison Saint-Joseph accueille depuis septembre dernier.
Père Matthieu Rougée
Responsable de la Maison Saint Joseph de Namur

Les vêpres a l’année St Joseph

Il est 18h20. La maison Saint Jo s’agite soudain, les vingt propédeutes s’élancent avec fracas dans les escaliers pour rejoindre la paisible chapelle du Cœur de Jésus. Ils émergent de leur lectio quotidienne, la tête encore pleine des sanglantes histoires du peuple juif et des flamboyantes exhortations pauliniennes. Ils s’arrêtent. Le jour tire à sa fin, le soleil ne filtre déjà plus au travers des vitraux. Chacun s’apprête silencieusement à la dernière prière en commun, chacun épouse la prière du temps des hommes en rendant gloire à Dieu pour son labeur, ses joies, ses peines dans l’attente du Jour qui ne finira pas.
Dans les coulisses, la maisonnée en service triture et chiffonne fébrilement les bréviaires. Il faut entonner l’hymne avec grâce, lancer les psaumes avec justesse et chanter le cantique avec majesté! Après trois mois, leurs voix s’affermissent, leurs timbres s’assurent, leurs oreilles s’aiguisent et il se dit là haut que les anges souffrent un peu moins de leurs louanges maladroites…
De leur côté, les acolytes enfilent leurs aubes, dégainent le micro, se remémorent les gestes liturgiques. Il s’agit d’éviter que notre affaire ne se transforme en pantomime drôle – de cela aussi, le Ciel a ri. Dans un bruissement d’aubes les prêtres et les acolytes entrent dans la chapelle.
« Dieu viens à mon aide … – Seigneur, à notre secours… »
Aurélien

Ora et labora

Nous vivons cette année de propédeutique sous le patronage de Saint Joseph. Il était charpentier. Comme lui, nous sommes invités à travailler manuellement. Nous touchons à tout, de la maçonnerie au ménage en passant par le jardinage. Pendant le « travail-maison », on arrête de faire travailler sa tête et on utilise ses mains. C’est une bonne thérapie pour rester dans le concret, pour revenir à l’instant présent.
Ce peut même devenir une manière d’apprendre à vivre , uni au Seigneur, les tâches de la vie quotidienne. On offre ce que l’on fait au Seigneur. On ne pense pas forcément tout le temps à Lui quand on a quelque chose à faire, mais on est avec Lui, on utilise nos mains pour Lui dans des choses toutes simples. On est en communion avec le Christ charpentier.
C’est aussi un temps convivial où se construit la fraternité. Ensemble, on fait du ciment, on pousse des brouettes, on papote et on rigole (pas trop quand même, il faut que le travail se fasse !). Dans le travail, on découvre ses frères d’une autre manière, on accomplit quelque chose ensemble et il y a un lien qui se noue, qui se renoue ou qui s’intensifie.
Thomas

Retrouvez l’année Saint Joseph sur Facebook

Je fais un don pour l’année Saint Joseph

A lire aussi

Un escape game pour donner envie d’évangéliser

La paroisse Notre-Dame de Talence a mis en place une idée pleine de fraicheur pour lancer paisiblement et joyeusement ses paroissiens dans l’évangélisation : une soirée escape game d’évangélisation. Explications du Père Eric Jacquinet. Qu’est-ce qui vous a poussé à

Des propositions jeunes pour le réveillon 2020

Adolescents, jeunes, jeunes pros, jeunes hommes en questionnement vocationnel… que ferez-vous pour le réveillon ? La Communauté de l’Emmanuel a des propositions pour vous. En détails ci dessous. UN RÉVEILLON POUR LES ADOLESCENTS (15-17 ans) Autour du thème « Qu’il