Sessions près de chez-vous : quand la joie de Paray rayonne partout

Plus de 80 sessions "près de chez-vous" ont eu lieu cet été. A 50, 80, 150 ou 250, en ville ou à la campagne, dans des paroisses, des sanctuaires, ou chez des particuliers ces mini-sessions ont rassemblé plusieurs milliers de personnes.
Les grâces de Paray ont rayonné partout en France. Magnificat !

Nous avons reçu de nombreuses photos et vidéos. Il a fallu faire un choix ! Vous trouverez ci-dessous :

  • Un reportage vidéo sur la session à L’île aux Moines
  • Les meilleurs moments de la session à Compiègne
  • Une galerie de photos d’un peu partout (Bailly-en-France, Gamaches-en-Vexin, Martinique, Notre-Dame de Béhuard, Paris…)
  • Des témoignages de participants… et d’organisateurs !

Merci Seigneur !

Retour en images...

Nous avons reçu de nombreux témoignages de participants, en voici quelques uns...

Je ne connaissais pas la basilique de Notre Dame du Suc, le cadre est idéal pour la contemplation et la prière. Cette session m'a éclairé tout l'été et surtout j'ai reçu des grâces qui m'ont permis d'avoir de belles rencontres . Les célébrations étaient belles et joyeuses. A recommencer l'année prochaine !

Thérèse L

J'ai aimé l'ambiance très familiale liée sans doute au nombre restreint de participants. Excellente façon de commencer les vacances en se recentrant sur l'Essentiel. Merci!

Delphine

Je ressens de la joie chaque fois que j'y repense ou que j'en parle autour de moi.

Catherine

Merci beaucoup pour cette petite bouffée d'oxygène à la fin de l'été ! Je ne m'étais pas confessé depuis un moment, mais à la soirée j'ai pioché une parole qui m'a clairement poussé à aller me réconcilier avec le Seigneur.

A

Il y a seulement trois mois, suite à un grand sentiment d'abandon et très fatiguée de la vie, je me suis tournée, guidé par mon instinct, vers le Seigneur. Pour cela j'ai dû réapprendre le "Notre Père" et le "Je vous Salue Marie". Dès la première prière je me suis senti accompagnée, plus seule. Je m'y suis réfugiée, guidée, tous les jours.
Puis mon chemin m'a conduit jusqu'à ma région natale. Le Seigneur connaissait mon besoin, ma détresse profonde . Il a choisi d'y faire venir également de forts piliers de ma famille, de ma vie, pour me soutenir, me guider, m'accompagner.
Ayant grandi dans le milieu agricole et y travaillant depuis une dizaine d'année le programme proposé, après la lecture de Laudato Si', m'inspirait forcément puis il m'a fasciné, m'a nourrie...et apaisée... Je me suis totalement laissée guider dans mon cheminement spirituel, social... Cela m'a amenée, toujours bien guidée, à participer spontanément, avec une grande joie à l'équipe bienveillante qui s'occupait de la plonge. J'ai beaucoup souri, ri, partagé, échangé pendant ce beau week-end ! J'étais donc portée tout au long de ce week-end par une énorme joie communicative, un Amour intense...mais malgré cela à chaque fois que le Prêtre présent me donnait le sacrement de l'Eucharistie, par un signe de croix sur mon front car je ne suis pas baptisée, je m'effondrai en larmes !!! Des larmes qui jusque-là n'avaient pas coulées. Une envie, un besoin m'accompagnait pour retourner à l'Eucharistie lors des trois messes que nous avons eu. Et de plus en plus intensément je me suis imprégnée, nourrie, affamée que j'étais, des paroles Saintes pendant les offices, ainsi que pendant les si belles Louanges. Après la dernière messe j'ai demandé, toujours intensément guidée, à l'un des prêtres présent de partager avec lui mon chemin spirituel. Je me suis lavée, de nouveau, intensément, de mes larmes salvatrices. Ce week-end, pour moi est une véritable naissance ! J'ai trouvé auprès du Seigneur et avec la communauté de l'Emmanuel des racines jusqu'à moi, moi qui me sentais si seule intérieurement depuis si longtemps ! Mon chemin commence et s'élève devant moi avec des frères et sœurs pour m'accompagner. Merci Seigneur, mon Dieu pour ta bonté !

Emilie

J'ai apprécié le petit groupe - je ne sais comment le nommer : "prière du cœur de Jésus". D'abord, le partage a été très beau, lumineux. Ensuite nous avons partagé dans le petit groupe, nous étions je crois 8. C'était très simple, nous avons tous partagé; j'ai découvert aussi l'attention à l'autre, la prière sur l'autre et les paroles données pour ceux et celles qui le demandaient, paroles qui me semblaient justes, qui consolaient ou apaisent en tous cas et qui font grandir dans la Foi !
Vous m'aviez aussi demandé d'héberger une personne : comme c'est bon d'accueillir un frère, une sœur, tout simplement ! Cela m'apporte beaucoup car c'est bien rare d'avoir une visite, de partager entre chrétiens quand on devient plus âgée.
Alors croyez bien que je rends grâce et j'ai beaucoup reçu... La Joie, l'Amour du Christ, la douceur de Marie et de ses enfants, les échanges aussi pendant les repas ou au cours des allées et venues...

Thérèse B

Je voudrais vraiment vous remercier c'était génial. Faire en soirée prêt de chez soi, avec un thème abordable pour tous m'a permis d'inviter deux amis qui étaient loin de l'Eglise et grâce à cette session ils ont pu vraiment découvrir la foi ! Et la dernière soirée de louange, 100% louange ça fait vraiment du bien !

B

Mon époux est agriculteur et l'organisation de cette session lui a permis de participer et de vivre en famille ce temps ressourçant. Cette session a permis à une famille nombreuse comme la nôtre de participer "enfin" à une session !

Jean-Baptiste et A

Et vous ? Voici quelques retours des frères en service ou dans l'équipe d'organisation...

Je me suis inscrit à cette session "Paray près de chez moi" plus parce que notre engagement dans la Communauté de l'Emmanuel est de servir, que pour le thème de l'écologie intégrale. Mais le Seigneur m'a pris à contre-pied. J'ai été saisi dès la première question du premier des quatre groupes de partage. Après l'enseignement de Frère Joseph de Maylis qui nous montrait que, dans la nature, c'est le plus petit, c'est ce qui est mort, le compost par exemple, qui redonne la vie, il m'a fallu répondre à cette question : "l'échec a-t-il quelque chose à voir avec la fécondité dans ma vie ? ". J'ai pu partager deux moments de dépression et j'ai réalisé que ces deux périodes avaient été sources de profonds changements, d'apaisement. Oui, j'ai découvert qu'il y avait "quelque chose pour nous " dans cette encyclique, comme en a témoigné le Père Abbé de Maylis. J'ai découvert que "c'est dans la vulnérabilité que s'enracine la force de vie".

Raphaël

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le :

Partager sur facebook
Je partage
sur Facebook
Partager sur whatsapp
J'envoie
via Whatsapp
Partager sur email
Je transmets
par mail

A lire aussi

« Outillons nos enfants des armes du dialogue ! »

Rapprochons deux événements récents : l’assassinat d’un professeur d’histoire en collège, Samuel Paty, à Conflans-Ste-Honorine, le 16 octobre 2020, et la parution de l’encyclique du pape François, Fratelli tutti, le 3 octobre précédent. Ce crime odieux touche tous les enseignants

Banigbé (Bénin) : Quand une paroisse crée une ferme solidaire

Comment mettre fin à l’insécurité alimentaire qui s’impose comme une fatalité au Bénin ? Comment éveiller chez les jeunes l’amour de la terre pour lutter contre l’exode rural et développer les campagnes ? Telles sont les questions qui habitent le

EMMANUEL PLAY

Directs, replays, parcours de formation...