Paroisses : le feu missionnaire

Le Père Francis Manoukian, prêtre de la Communauté de l’Emmanuel, accompagne l’Équipe missionnaire itinérante (EMI). Fort de son expérience d’évangélisation, il publie Paroisse en feu, un manuel pratique pour la conversion pastorale. Famille Chrétienne a interviewé dans son numéro 2046 le Père Francis Manoukian.

Pourquoi créer des missions paroissiales ?

Les missions paroissiales ont fait la France chrétienne depuis bien longtemps, et il y en a eu des milliers chaque année depuis les XIe et XIIe siècles, permettant à notre pays d’être constamment renouvelé dans sa foi. Le défi que s’est lancé l’Équipe missionnaire itinérante, c’est de les relancer dans les villes, en s’appuyant aussi sur les laïcs. Nous proposons d’aider les paroisses qui le veulent à entrer dans une démarche missionnaire sur un an.

Nous passons au moins deux semaines dans la paroisse, ainsi que de nombreuses soirées et week-ends, afin d’accompagner les paroissiens à devenir acteurs de la mission, pour que se mette en place une véritable pastorale missionnaire. Les fruits les plus visibles sont pour le curé et les paroissiens : ils vivent souvent une forme de Pentecôte : avant la Pentecôte, les Apôtres étaient engagés, mais pas très unis, ils se tiraient même dans les pattes. Après, ils se découvrent frères dans la mission, donnent leur vie pour le Christ. En se découvrant disciples du Christ, ils deviennent aussi missionnaires car, comme dit le pape François dans Evangelii Gaudium, les deux sont inséparables.

Qu’est-ce qu’une pastorale missionnaire ?

C’est lorsque l’annonce du Christ n’est plus l’apanage du curé ou de quelques-uns et quelle redevient le centre et la raison d’être de la paroisse. La liturgie, la catéchèse, la formation, la prière, tout ce que l’on vit habituellement dans une paroisse doit être une participation à la mission du Christ pour le monde. Il faut reconnaître que nos paroisses sont parfois de simples agrégations d’activités peu ouvertes sur les autres réalités paroissiales et sur l’extérieur de l’Église.

Pour amorcer la “conversion pastorale” dont parle le pape François, nous aidons les curés à observer leur terrain pastoral, puis nous travaillons avec eux à instaurer une nouvelle logique d’évangélisation. L’enjeu est d’éveiller le plus de paroissiens possible à l’intelligence de l’évangélisation. Cela passe notamment par une semaine de “portes ouvertes” : des rencontres sont organisées avec des non-chrétiens que les paroissiens invitent personnellement, parfois en dehors de l’église ou des salles paroissiales, pour sortir de “l’autoréférence” dénoncée par le Saint-Père. Cette semaine intervient seulement après neuf mois de travail et d’accompagnement, et se traduit par une nouvelle dynamique dans le temps.

Quel conseil donneriez-vous à une paroisse qui ne sait pas par où commencer ?

Première chose à faire : remettre le Christ et la prière au centre. Quand j’étais curé, j’ai mis en place l’adoration perpétuelle et j’ai réellement vu ma paroisse changer. Lorsqu’on demandait à Jean-Paul II quelle devait être la pastorale du IIIe millénaire, il répondait : “Il n’y a rien de nouveau, il faut remettre le Christ au centre !” Pour cela, il y a mille façons, comme vivre en paroisse une retraite ou une session spirituelle. Ensuite, je crois qu’il faut que le prêtre s’entoure de personnes qui partagent avec lui le souci du salut des âmes, pour pouvoir travailler ensemble sur la façon dont toute la paroisse peut être missionnaire et pour vivre avec eux une vraie fraternité missionnaire.

Face aux communautés traditionnelles ou nouvelles, qui attirent beaucoup, la paroisse n’est-elle pas une structure caduque ?

Elle ne peut pas être caduque, puisqu’elle est le lieu ou Jésus se donne dans l’eucharistie. C’est Lui qui fait la communauté. La paroisse, c’est d’abord la maison du chrétien, celle ou il se ressource, se nourrit et grandit en sainteté. Ce n’est donc pas, a priori, le lieu des non-chrétiens. Cependant, elle doit être le lieu où toute personne, quelles que soient son histoire et sa croyance, puisse être accueillie.

Mais, pour se disposer à la mission, la paroisse ne peut pas être un trou noir qui absorbe toutes les énergies au lieu d’en créer. Si elle n’est qu’une agrégation d’activités indépendantes et que le prêtre court de l’une à l’autre jusqu’à l’épuisement, elle se sclérose. Pour rester vivante, la paroisse doit alors devenir un lieu de communion entre des personnes qui cherchent à poursuivre la mission du Christ.

Un missionnaire doit-il être “efficace” ?

La fécondité de la mission, c’est d’abord celle de l’Esprit Saint. Ce n’est jamais nous qui convertissons les personnes. Au mieux, nous disposons à entendre et accueillir la parole de Dieu. Le missionnaire doit savoir que l’homme est fondamentalement fait pour Dieu, que c’est inscrit en lui. Sa parole et son action ne sont donc que des façons d’aider l’autre à permettre à l’Esprit Saint d’agir en lui. Notre regard est toujours limité, voire trompeur, sur les fruits que l’on porte. En revanche, si l’on ne porte pas du tout de fruit, il faut se poser des questions. Jésus Lui-même a une parole très forte sur le sarment qui ne porte pas de fruit : il faut le couper !

Propos recueillis par Bertille Perrin

Articles récents

Bienvenue à l’ESM New York !

L’ESM New York nous envoie sa première newsletter. Rentrés pour la première fois dans leurs locaux le 5 novembre 2017, ...

Les vidéos du Congrès Mission 2017 sont en ligne

Les membres de la Communauté de l’Emmanuel se sont investis dans le Congrès Mission 2017. Retrouvez ici les vidéos de ...

Et si on tentait le nouveau Notre Père ?

Dieu nous tente-t-il ? Le dimanche 3 décembre 2017, une nouvelle traduction du Notre Père entrera en vigueur dans la ...

Lève-toi ! Les bonnes paroles de Joseph Challier

Joseph Challier veut vivifier notre foi. Dans son récent ouvrage “Lève-toi !” il nous propose une parole par jour pour ...

Faites vos premiers pas dans la gratitude

Changez votre vie très simplement : découvrez les 3 premières vidéos du parcours “7 jours pour entrer dans la gratitude” ...

Noël et les bêtes de fin d’année !

Un divertissement familial sur le thème de Noël ! Sony Pictures nous raconte la naissance de Jésus, vue par les ...

FAIRE UN DON DONNER