De l’art de croquer les corps

A l’occasion des Journées de bioéthique qui se sont déroulées à Paray-le-Monial du 13 au 15 novembre 2015, le Journal de Saône et Loire a publié le 12 novembre une interview de Sophie Mouquin, une des intervenante de l’événement.

Interview par Ludovic Le Gorre

Durant trois jours, de nombreux professionnels de santé, étudiants ou encore religieux se retrouveront autour du thème de la bioéthique à Paray-le-Monial. Au milieu des médecins, professionnels de santé et hommes d’église qui animeront les journées de bioéthique, Sophie Mouquin fait figure d’exception. Maître dc conférences en histoire de l’art à l’université Lille III, elle animera un exposé intitulé “Regards sur le corps” et basée sur les représentations du corps humain dans l’art. Rencontre.

Sophie Mouquin, pourquoi une historienne de l’art pour les journées de bioéthique?

On m’a sollicitée pour une conférence. Le thème des journées, cette année, est le corps. L’idée de ma venue était d’avoir un regard différent de celui des intervenants religieux ou venant du monde de la santé.

Sur quoi portera votre conférence “Regards sur le corps”?

Le but sera d’étudier la façon dont a évolué la représentation du corps dans l’art Je pars de la préhistoire avec la Vénus de Willendorf datant de 24 000 ans avant notre ère Et j’évoque la période actuelle, notamment le fait que le corps ne soit plus représenté mais utilisé lors de performances, comme pour le body art par exemple On parlera beaucoup de peinture, mais également d’autres supports, comme la sculpture ou la photo.

 

Vous adressez-vous à un public de spécialistes ?

Au contraire, je m’attends à avoir affaire à des néophytes, et la conférence est faite pour ça. Le public des journées de bioéthique est souvent issu du monde médical, pas du milieu de l’art et, même s’il peut toujours y avoir des connaisseurs, j’ai voulu rendre mes propos accessibles à tous. Et également à un public laïc. Je vais bien sûr parler du point de vue de l’église, mais assez peu. On parlera plutôt du corps d’un point de vue intellectuel et philosophique. II ne s’agit pas d’une rencontre théologique.

C’est votre première participation aux journées. Qu’est-ce qui vous a motivée?

Je connaissais déjà Paray-le-Monial à travers les sessions. J’y avais notamment animé des ateliers sur la beauté. Et j’ai toujours entendu que les journées étaient un véritable moment de dialogue, et de débat bienveillant C’est ça qui m’intéresse. La conférence laissera place à un échange avec le public, je veux pouvoir parler de ce que j’aurai montré. Le débat est une bonne chose, pas au sens de la polémique mais au sens de la rencontre. Je trouve que c’est vraiment intéressant D’ailleurs, je resterai tout le long de ces journées. Il n’était pas question pour moi de venir simplement pour ma conférence et départir.

Articles récents

Bienvenue à l’ESM New York !

L’ESM New York nous envoie sa première newsletter. Rentrés pour la première fois dans leurs locaux le 5 novembre 2017, ...

Les vidéos du Congrès Mission 2017 sont en ligne

Les membres de la Communauté de l’Emmanuel se sont investis dans le Congrès Mission 2017. Retrouvez ici les vidéos de ...

Et si on tentait le nouveau Notre Père ?

Dieu nous tente-t-il ? Le dimanche 3 décembre 2017, une nouvelle traduction du Notre Père entrera en vigueur dans la ...

Lève-toi ! Les bonnes paroles de Joseph Challier

Joseph Challier veut vivifier notre foi. Dans son récent ouvrage “Lève-toi !” il nous propose une parole par jour pour ...

Faites vos premiers pas dans la gratitude

Changez votre vie très simplement : découvrez les 3 premières vidéos du parcours “7 jours pour entrer dans la gratitude” ...

Noël et les bêtes de fin d’année !

Un divertissement familial sur le thème de Noël ! Sony Pictures nous raconte la naissance de Jésus, vue par les ...

FAIRE UN DON DONNER