S’engager dans les débats bioéthiques : Pourquoi ? Comment ?

Homme, où es-tu ? A l’heure des états généraux de la bioéthique, un dossier très complet sur ces questions s’imposait. C’est ce qu’a fait Il est vivant pour alimenter notre réflexion. Découvrez ici un extrait indispensable : le guide pour participer à un débat bioéthique.

Contexte : Depuis le 18 janvier 2018, les États généraux de la bioéthique sont lancés. Jusqu’à fin avril 2018, court une première phase de consultation dans laquelle les citoyens français sont appelés à se prononcer.

A cette occasion la Conférence des évêques de France a monté un site internet pour affirmer sa présence dans le débat bioéthique et éclairer le discernement des catholiques de France.


Boite à outils

S’engager dans les débats bioéthiques : Pourquoi ? Comment ?


Les états généraux de la bioéthique, c’est quoi ?

Une période de débat public lancée en janvier 2018 en amont de la révision des lois de bioéthique qui doit intervenir fin 2018 (7 ans après la loi votée en 2011). Les états généraux de la bioéthique sont organisés par le Comité consultatif national d’éthique (CCNE). Le débat public doit « éclairer les acteurs politiques qui porteront la révision de la loi ».

Qui peut participer à ce débat ?

Tout citoyen.

Pourquoi participer ?

• Pour entrer en dialogue avec nos compatriotes, écouter, comprendre les craintes et apporter paisiblement notre contribution au débat.

• Témoigner par notre expérience et notre vécu de père ou mère de famille, de malades, accompagnateurs de personne âgée ou handicapée, professionnels de santé, bénévoles associatifs, etc.

• Diffuser des idées et des arguments simples de nature, pour rejoindre tout homme et faire rayonner une culture de vie: souci des plus fragiles, respect des femmes, droits des enfants, dignité des personnes âgées, etc.

• Sans attendre forcément de « gagner » ou d’obtenir un résultat dans les textes qui seront écrits et votés.

Comment participer ?

En ligne

C’est le plus simple. On peut s’inscrire sur le site https://etatsgenerauxdelabioethique.fr/  Vous pouvez: – écrire une contribution, – voter, – consulter des dossiers thématiques, etc.

Dans un débat public

Dans chaque région sont organisés des débats publics ouverts à tous sous la responsabilité d’un « espace éthique régional ».

Par ailleurs, tout citoyen ou groupe de citoyens peut organiser un débat public (en respectant certaines règles).

Comment se préparer pour intervenir dans un débat ?

• Consultez quelques fiches, vidéos ou articles sur le thème du débat sur des sites de référence, par exemple : la chaîne Youtube d’Alliance Vita ; site Genethique.org ; fiches sur le site des AFC : Formez-vous pour mieux débattre; textes d’Église de la CEF : Espace Science et Éthique de la Conférence évêques de France ; fiches sur les grandes questions bioéthiques établies par le diocèse de Paris qui peuvent être demandées à l’adresse mail bioethique@diocese-paris.net

• Retenez deux ou trois arguments éthiques importants.

• Si possible, n’allez pas au débat seul mais deux par deux.

• Intervenez au moment opportun, avec calme et sans agressivité. Appuyez-vous sur les interventions d’autres personnes, parlez en votre nom propre, présentez clairement votre argument éventuellement fondé sur votre expérience personnelle.

Invoquer sa foi dans ce cadre n’est pas nécessaire ce qui n’empêche pas de prier ou de faire prier.

Autres types d’interventions

Dans la deuxième partie de l’année, au moment du débat législatif, des actions auprès des députés seront organisées notamment par des associations comme Alliance Vita.

Et aussi…

L’Église de France et les États généraux Les évêques réunis à Lourdes en novembre 2017 ont mis en place un groupe de travail sous la responsabilité de Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes. Ce groupe de travail propose « une organisation afin que les catholiques puissent débattre entre eux et que tous puissent être pris en compte et écoutés, sans jugement les uns sur les autres et dans un esprit évangélique ». Il a aussi élaboré « une parole réfléchie, argumentée et livrable en temps opportun ».

Correspondants bioéthique de l’Emmanuel : Serge et Michèle Longour longour.serge@noos.fr


Dans le même numéro

BIOÉTHIQUE : le regard de sagesse de Jean Vanier


Le fondateur de l’Arche, expérimenté dans l’accompagnement des personnes handicapées, nous révèle dans cet article des points de repère et une réflexion sur la vie.

Lire l’article ici.

« Devenir humain, c’est découvrir qu’on est vulnérable » (crédit photo : l’Arche)