Les jeunes ont été pris au sérieux au pré-synode

Les préparatifs du Synode sur les jeunes, la foi et le discernement des vocations ont pris un tournant décisif : du 19 au 24 mars 2018, 300 jeunes étaient réunis à Rome autours du Pape pour exposer leurs points de vue. Et ils se sont senti « pris au sérieux ». Les jeunes de l’Emmanuel y étaient représentés, ils nous en parlent.

Interview du Père Janez Rus, de Slovénie, qui représentait la Communauté de l’Emmanuel au Pré-synode.

Vous avez passé une semaine à Rome à travailler avec des jeunes du monde entier. Dans quelle ambiance cela s’est-il déroulé ?

L’ambiance de cette réunion de pré-synode était une vraie expérience de la catholicité de l’Église. Presque tous les pays y étaient présents, y compris les pays peu présentés normalement, comme l’Iran, l’Irak, les Samoa ou le Laos.

Nous y avons fait l’expérience de l’Esprit Saint présent dans son Église. Il donnait une vraie force dans la discussion et dans la recherche.

Et puis tout ce temps a été vécu dans une grande joie fraternelle. Pour la plupart, on ne se connaissait pas, et quand même, il y avait une vraie joie présente tout le temps.

En quoi votre réunion a-t-elle consisté ?

Le pré-synode s’est passé dans la ville de Rome. On avait 6 jours de travail de lundi à samedi. Le lundi, dans la matinée, le Pape nous a rendu visite, il était avec nous, il avait une intervention suivie par 5 témoignages de jeunes des 5 continents, et puis 5 ou 6 questions de jeunes auxquelles le Pape a répondu.

Cette matinée a été suivie par un travail dans les petits groupes linguistiques. On avait 20 groupes. 9 en anglais, 4 en espagnol, 4 en italien et 3 groupes en français. De lundi midi jusqu’à samedi midi les groupes ont travaillé sur les questions proposées. 2 sessions plénières nous ont permis de faire des commentaires sur le texte qu’on a rédigé.

Comment avez-vous préparé ce pré-synode ?

Nous avons rendu au Cardinal Baldisserri, secrétaire général du synode, un document qui exprimait en quelques pages l’expérience de la Communauté de l’Emmanuel dans la pastorale des jeunes.

On a souligné l’importance de la rencontre personnelle avec le Seigneur, l’importance d’un contact et d’un suivi personnels, l’importance de la formation intégrale, intellectuelle, spirituelle et humaine.

Nous avons également témoigné de nos bonnes expériences de quelques types d’évènements pastoraux comme les grands rassemblements, les rencontres régulières plus petites, et l’expérience des ESM.

Quelles sont les grandes attentes des jeunes qui sont ressorties du pré-synode ?

Le pape a insisté pour que les jeunes s’expriment sans préjugés, et sans tabous, pour voir ce que les jeunes disent, y compris les non-catholiques, les non croyants et les représentants d’autres religions. Ce qui est ressorti de ce temps de travail en vérité se résume en 2 grands désirs des jeunes :

-l’authenticité. Les jeunes désirent voir des vrais témoins de Jésus et des accompagnateurs pour les aimer et cheminer avec eux.

-la formation intégrale. Dans tous les aspects de leur vie et de leur personne, les jeunes ont un vrai désir de formation.

Que trouve-t-on dans le document issu de votre travail ?

Ce document se divise en 3 parties :

1.Défis et opportunités des jeunes dans le monde d’aujourd’hui : on y a exploré la situation des jeunes en se demandant ce qui touche les jeunes et ce qui les construit.

2.Foi et vocation, discernement et accompagnement : on s’est davantage penché sur les jeunes qui sont dans le milieu ecclésial. Nos questionnements ont tourné autour de la relation entre les jeunes, Jésus, la foi et l’Église.

3.Action éducative et pastorale de l’Église : notre réflexion finale aboutissait sur les moyens à mettre en place, en particulier dans le domaine de l’accompagnement et de la formation.


Les conclusions de ce pré-synode

Le samedi 24 mars, le document résumant les conclusion des jeunes a été présenté à Rome par plusieurs des acteurs de ce synode. Il a la particularité d’avoir été pensé par des « jeunes du 21ème siècle, de différentes religions et différentes cultures ». Ils y expriment leurs espoirs, leurs attentes et des pistes de réponses.

Lire le compte rendu des jeunes #Synod2018

Qu’attendez-vous du Synode d’octobre 2018 ?

Ma première attente, c’est la prise en compte des désirs exprimés par les jeunes.

La seconde attente, c’est une confirmation des œuvres de l’Esprit dans l’Eglise. Pour la Communauté de l’Emmanuel, mais également dans plein d’autres réalités ecclésiales ou l’Esprit souffle.

Le synode est un moment important, car il est une confirmation officielle que la pastorale des jeunes est cruciale et centrale, pour que dans l’Eglise naissent de nouvelles vocations et de nouveaux saints, qui sont les fruits de l’Esprit.

Pré-synode : la vocation au cœur des discussions

Pré-synode : la vocation au cœur des discussions

A Rome, les jeunes abordent la question du discernement et de la vocation… ➡️ Toutes les vidéos du pré-synode : bit.ly/2HMJs9a #Synod2018

Publiée par KTO Télévision Catholique sur jeudi 22 mars 2018


Sur le même thème :

Le message du Pape aux jeunes à l’occasion du dimanche des Rameaux

Le dimanche des Rameaux, le Pape François a particulièrement appelé les jeunes à crier leur joie, comme la foule des Rameaux au passage de Jésus. Extrait :

Texte intégral disponible ici !

Et vous, chers jeunes, la joie que Jésus suscite en vous est un motif de gêne et également d’agacement pour certains, parce qu’il est difficile de manipuler jeune joyeux. Il est difficile de manipuler un jeune joyeux !

Mais il y a aujourd’hui la possibilité d’un troisième cri : « Quelques pharisiens qui se trouvaient dans la foule dirent à Jésus : “Maître, réprimande tes disciples”. Mais il prit la parole en disant : “Je vous le dis, si eux se taisent, les pierres crieront” » (Lc 19, 39-40).

Faire taire les jeunes est une tentation qui a toujours existé. Les mêmes pharisiens s’en prennent à Jésus et lui demandent de les calmer et de les faire taire.

Il y a de nombreuses manières de rendre les jeunes silencieux et invisibles. De nombreuses manières de les anesthésier et de les endormir pour qu’ils ne fassent pas de bruit, pour qu’ils ne s’interrogent pas et ne se remettent pas en question. ‘‘Vous, taisez-vous !’’ Il y a de nombreuses manières de les faire tenir tranquilles pour qu’ils ne s’impliquent pas et que leurs rêves perdent de la hauteur et deviennent des rêvasseries au ras du sol, mesquines, tristes.

En ce Dimanche des Rameaux, célébrant la Journée Mondiale de la Jeunesse, il nous est bon d’entendre la réponse de Jésus aux pharisiens d’hier et de tous les temps, également à ceux d’aujourd’hui : « Si eux se taisent, les pierres crieront » (Lc 19, 40).

Chers jeunes, c’est à vous de prendre la décision de crier, c’est à vous de vous décider pour l’Hosanna du dimanche, pour ne pas tomber dans le “crucifie-le !” du vendredi… et cela dépend de vous de ne pas rester silencieux. Si les autres se taisent, si nous, les aînés et les responsables – bien des fois corrompus – restons silencieux, si le monde se tait et perd la joie, je vous le demande : vous, est-ce que vous crierez ?

S’il vous plaît, décidez-vous avant que les pierres ne crient !

Le message du Mgr Le Saux aux jeunes de son diocèse

Les messages des évêques de France aux jeunes de leurs diocèses