Un café pour changer le regard du monde sur le handicap

« On devient fort quand on accepte sa vulnérabilité. » C’est le slogan du coffee shop Joyeux, dont une antenne s’ouvre à Paris à l’occasion de la Journée de la trisomie 21. Sa particularité : employer des personnes qui portent un handicap mental

Interview de Camille, manager de ce nouveau café original.

28954624_422704924810289_4972104052655848505_o
28947205_423629528051162_3652450114847009666_o
28827671_423236288090486_4714971049322337575_o
28515947_416434875437294_7146457407239554217_o

Comment sont nés les coffee shops Joyeux ?

A l’origine du projet, un entrepreneur génial : Yann Bucaille Lanrezac. Un jour, après une sortie en mer avec un bateau construit par sa fondation pour accueillir des personnes handicapées, des personnes âgées dépendantes, des prisonniers, un certain Théo, un jeune trisomique lui demande : « Bon, Capitaine, cette sortie en mer, c’était chouette, mais …t’aurais pas un boulot pour moi ? » Décontenancé d’abord par cette question, elle a continué de cheminer en lui. C’est ainsi que le premier coffee shop Joyeux a ouvert à Rennes fin décembre 2017.

Par l’aventure des coffee shops Joyeux, nous nous donnons la mission de créer un pont entre le monde du handicap et le monde ordinaire en offrant un emploi à des personnes qui trop souvent, sont cachées aux yeux de notre société alors qu’elles ont tellement à nous apprendre !

 

Comment en es-tu arrivée à être le manager de l’équipe du Joyeux qui s’implante à Paris ?

C’est drôle parce que quelques jours avant de postuler, un ami m’avait invité à me laisser surprendre par les offres d’emploi qui pourraient se présenter à moi. Après avoir travaillé quelques années dans la collecte de fonds, j’ai voulu expérimenter le métier d’instit’ auquel je pensais depuis si longtemps. Je l’ai été, en tant que suppléante, pendant une année, à mi-temps. Splendide expérience … mais il me manquait décidément le côté business et le contact avec le foisonnement du monde ! Et il y a quelques semaines, j’ai entendu parler de cette offre par l’intermédiaire de ma sœur Hortense, qui en m’en parlant comme ça, l’air de rien, m’a dit : « Mais en fait, ce job serait juste parfait pour toi !! ». Et elle avait raison puisque ce métier allie ce qui me fait me sentir pleinement vivante : coordination de projet, management de personnes, challenge commercial et humain, transmission, créativité … Me dire que par ce poste, je prenais aussi part au combat de changer le regard du monde sur le handicap a été un moteur supplémentaire pour moi. Le taux de chômage des personnes handicapées est deux fois supérieur à celui des personnes « ordinaires ». Par ailleurs, seulement 0,5% des écrans est occupé par des visages de personnes handicapées. Bref, il y a urgence à transformer les cœurs !

Je suis tellement heureuse d’avoir été dans l’aventure dès le « début », au sens où si on m’avait présenté un jeu de clé en me disant : « Voilà, c’est là que tu travailleras, ça ouvre demain. », ça n’aurait pas du tout eu la même saveur, mon intérêt n’aurait pas été aussi grand. Passages sur le chantier, réflexion sur la composition des menus, mise en place de divers processes, organisation de l’inauguration, temps de formation, participation au recrutement des équipiers Joyeux (…) Cette multiplicité de missions est un vrai bonheur ! Dans cette mission professionnelle, je suis accompagnée de deux personnes géniales : Jean-Baptiste, manager de salle et Garance, manageuse en cuisine. Avec eux qui ont de l’expérience en restauration, je coordonne une équipe de vingt cuisiniers et serveurs Joyeux. Nous sommes épaulés par des professionnels spécialisés dans l’emploi accompagné des personnes porteuses d’un handicap. C’est passionnant !

Comment alliez-vous business avec un rythme de travail adapté aux personnes handicapées ?

C’est un fait : les personnes qui portent un handicap sont souvent fatigables plus rapidement, aussi leur temps de travail hebdomadaire est-il adapté. Il varie chez nous entre 15h et 25h par semaine. Nous avons pris le temps de la réflexion pour optimiser toujours plus le fonctionnement (lacets autobloquants pour nos chaussures, logiciel de caisse ultra intuitif, système de cubes pour le service etc.) Par ailleurs, nous avons concocté une carte aux prix raisonnables mais qui nous assurent une rentabilité mais qui nous assurent une rentabilité pour les déjeuners de nos convives. Quiche aux lardons et poivrons rôtis, soupe de patate douce, curry et coco, sandwich veggie à base de comté, courgettes et chutney de mangue, cheesecake, muffin (…) sont au menu, sans oublier une large proposition de cafés de caractère et une offre diversifiée de thés délicieux ! Mais ce que nous proposons à nos convives, ce n’est pas seulement de vivre une expérience du palais, mais aussi une expérience du cœur : ordinaire et extra à la fois !

Vous voulez une autre belle raison de venir au coffee shop Joyeux ? Tous les bénéfices sont reversés à des œuvres caritatives !

Pour son premier mois de lancement, le coffee shop Joyeux Opéra est ouvert du mardi au samedi de 10h à 17h.Un café servi avec le cœur, ça vous dit ? Alors venez, je vous attends au 23, rue Saint-Augustin à Paris (métro Quatre-Septembre) !

 

Le menu Joyeux

 

Un reportage de France 2 sur le café Joyeux

Regarder le reportage


La journée mondiale de la Trisomie 21

Chaque 21 mars, la journée de la trisomie 21 est célébrée dans le monde entier. Elle ambitionne de sensibiliser le public aux problématiques des personnes trisomiques 21.

http://journeemondialetrisomie21.org