Divorcés remariés : 2 parcours à Paris et en Yvelines

Comment être fidèle au magistère de l’Église ? Comment se rapprocher de Dieu quand on craint d’être exclu de l’Église ? Pour répondre à ces 2 questions Pierre et Viviane Mugnier les responsables d’une équipe d’Amour et Vérité qui anime un parcours pour les chrétiens divorcés remariés, nous éclairent sur cette nouvelle initiative et sur la façon dont ce parcours répond à ces 2 questions.

Pourquoi avez-vous lancé ce parcours en plus de la session d’été à Paray-le-Monial à destination des catholiques mariés divorcés et engagés dans une nouvelle union ?

Le premier parcours à été lancé en 2005 lors d’une session de 5 jours à Paray le Monial. Nous avions depuis longtemps senti la nécessité de proposer des rencontres au cours de l’année. C’est l’encyclique Amoris Laetitia qui nous a fait franchir le pas, avec le Pape François, nous avons compris l’importance du temps, l’importance de laisser aux personnes le temps de cheminer entre chaque rencontre.

Qu’est-ce qui vous permet d’envisager un tel parcours ?

Ce qui nous permet d’envisager un tel parcours, c’est l’assurance que Dieu ne reprend jamais les grâces reçues au baptême. Les chrétiens divorcés remariés sont des baptisées, ils peuvent s’engager sur le chemin que le Seigneur leur montre. Nous sommes là pour les encourager à se rapprocher du Seigneur.

Toute cette pastorale est très bien expliquée dans le livre « Fidèles jusqu’à l’audace », du Père Jacques Nourrissat et du Père Eric Jaquinet.

Quels sont les objectifs de ce nouveau parcours ?

Nous en identifions 4 :

  1. Que les personnes divorcées engagées dans une nouvelle union se sentent accueillis sans jugement par des frères et attendus dans l’Église en tant que baptisés.
  2. Qu’elles perçoivent avec confiance que Jésus les aime et veut les rencontrer.
  3. Qu’elles le laissent éclairer leur vie à travers sa Parole
  4. Qu’elles puissent poursuivre le chemin que le Seigneur leur montre.

Si nous reprenons ce que dit le Pape François, notre ambition est d’intégrer tout homme « on doit aider chacun à trouver sa propre manière de faire partie de la communauté ecclésiale, pour qu’il se sente objet d’une miséricorde ‘‘imméritée, inconditionnelle et gratuite » (Amoris Laetitia § 297)

Qu’est-ce qui vous a poussés à vous lancer dans cette pastorale ?

C’est le catéchuménat qui nous a propulsés dans cette pastorale. Nous y avons rencontré de jeunes convertis, souvent d’ailleurs convertis par leur nouveau conjoint, qui frappaient à la porte de l’Église et à qui l’on répondait qu’il n’y avait pas de place pour eux. Il nous a fallu travailler, avec l’aide de l’Esprit-Saint, pour sortir du « tout ou rien ».

Quelle est la spécificité de l’approche d’Amour et Vérité que vous adoptez ?

  • Nous prenons le magistère de l’Église dans sa totalité, il ne s’agit pas de choisir juste ce qui nous plaît.
  • L’enseignement d’Amour & Vérité est porté de façon communautaire avec des prêtres dans chaque équipe.
  • Nous proposons un accompagnement au travers des temps de partage et des temps conviviaux, fraternels, car les échanges entre les participants comptent beaucoup dans ce parcours.
  • Les participants sont amenés à vivre d’expérience spirituelle avec :
  1. l’expérience d’une rencontre personnelle avec le Christ notamment grâce à l’adoration
  2. l’expérience de la miséricorde grâce à des gestes liturgiques, qui donnent des grâces sensibles.
  3. l’expérience de la joie d’être aimé de Dieu au travers de la louange.
  4. l’expérience d’une vie d’Église.

Qui sont les personnes qui peuvent participer à ce parcours ?

Sont concernées les personnes baptisées, séparées ou divorcées, engagées dans une nouvelle union.

Concrètement, comment se déroule votre parcours ?

Après un samedi matin, déjeuner compris, nous nous réunissons sur 5 soirées et un week-end de 3 nuits à Lourdes. Les soirées sont espacées entre elles pour permettre un vrai travail d’intégration.

Un mot pour conclure ?

Osons la rencontre !

Chacun de nous a des parents, des amis, des voisins qui sont dans cette situation.

Invitons-les, pour qu’elles aient la chance de rencontrer d’autres personnes qui vivent la même chose qu’elles, dans la souffrance ou pas, d’autres baptisés, et surtout le Christ. Chacun de nous a des parents, des amis, des voisins qui sont dans cette situation. Peut-être ne connaitront-ils jamais cette invitation si nous ne leur transmettons pas ! Invitons les, permettons-leur de vivre quelque chose de spécifique par rapport à leur difficile situation.

Comme Mgr Olivier de Germay nous l’a rappelé cet été à Paray-le-Monial : « Face à ces situations imparfaites (…), la question n’est pas de savoir si la personne est en règle, mais de savoir comment nous allons l’aider à avancer dans le projet de Dieu. »

Informations pratiques


Quelques témoignages de participants aux sessions Chrétiens Divorcés Remariés

A travers les enseignements, à travers les ateliers, nous avons trouvé beaucoup de réconfort. Un accueil délicat et sans jugement, des moments de partages et de prière portés par des personnes fraternelles… (Martine et Michel)

Il s’est passé quelque chose. Le prêtre nous a dit : « aucune situation n’est une impasse au regard de Dieu ». J’ai découvert que malgré ma situation, j’étais toujours un baptisé, un enfant bien aimé de Dieu. Dieu aime chacun de manière unique, là où il en est… (Bruno)

C’est une conversion de tous les jours : avancer dans la vérité par rapport à ma première épouse, à mes enfants, progresser dans des pardons à donner et à recevoir, faire confiance à l’Église, construire une vraie relation d’amour avec le Christ à travers la prière… (Xavier)


Citations d’Amoris Laetitia sur l’accompagnement des personnes

AL § 297 « Il s’agit d’intégrer tout le monde, on doit aider chacun à trouver sa propre manière de faire partie de la communauté ecclésiale, pour qu’il se sente objet d’une miséricorde ‘‘imméritée, inconditionnelle et gratuite »
AL § 297 En s’appuyant sur l’accueil, l’écoute, la prière, des témoignages, des enseignements basés sur la Parole de Dieu, des groupes de partage, des gestes liturgiques, il nous revient de « leur révéler la divine pédagogie de la grâce dans leurs vies et de les aider à parvenir à la plénitude du plan de Dieu sur eux, toujours possible avec la force de l’Esprit Saint. »
AL § 305 – Le discernement doit aider à trouver les chemins possibles de réponse à Dieu et de croissance au milieu des limitations. En croyant que tout est blanc ou noir, nous fermons parfois le chemin de la grâce et de la croissance, et nous décourageons des cheminements de sanctifications qui rendent gloire à Dieu. Rappelons-nous qu’« un petit pas, au milieu de grandes limites humaines, peut être plus apprécié de Dieu que la vie extérieurement correcte de celui qui passe ses jours sans avoir à affronter d’importantes difficultés ».
AL § 325 – Tous, nous sommes appelés à maintenir vive la tension vers un au-delà de nous-mêmes et de nos limites … Cheminons, … continuons à marcher ! Ce qui nous est promis est toujours plus. Ne désespérons pas à cause de nos limites, mais ne renonçons pas non plus à chercher la plénitude d’amour et de communion qui nous a été promise.
AL§ 300 « Dans ce processus, il sera utile de faire un examen de conscience, grâce à des moments de réflexion et de repentir. Les divorcés remariés devraient se demander comment ils se sont comportés envers leurs enfants quand l’union conjugale est entrée en crise ; s’il y a eu des tentatives de réconciliation ; quelle est la situation du partenaire abandonné ; quelles conséquences a la nouvelle relation sur le reste de la famille et sur la communauté des fidèles ; quel exemple elle offre aux jeunes qui doivent se préparer au mariage. Une réflexion sincère peut renforcer la confiance en la miséricorde de Dieu, qui n’est refusée à personne ».

 

Articles récents

Une route de l’Emmanuel pour les JMJ de Panama

Les JMJ de Panama sont déjà l’an prochain ! Au Costa Rica, la Communauté de l’Emmanuel prépare un forum original ...

Reportage : Diane et Louis, volontaires Fidesco à Santiago du Chili

Une aventure familiale de 2 ans au Chili ! Alors que le Pape François est en visite au Chili et au ...

Isabelle « Dieu me parle à travers les personnes étrangères qu’il met sur ma route »

Isabelle vit depuis neuf ans avec sa famille par choix en Seine-Saint-Denis et est bénévole à l’ACAT[1] pour accompagner les ...

Migrations : apprendre à scruter les signes des temps

Une tribune signée par Louis-Etienne de Labarthe, Laurence de Louvencourt, Jean-Luc Moens et Stanislas Jozan Pourquoi publier un numéro d’Il ...

Migrations, le regard de l’Église

Extrait du Il est Vivant n°338 : Accueil des migrants – Laissons nous déplacer Comment l’Église parle-t-elle des flux migratoires ...

Où es-tu quand je souffre ? – Week-end médecins 2018

La 10è édition du Rassemblement des médecins, chirurgiens et étudiants en médecine aura lieu du 16 au 18 mars prochains. Une ...

FAIRE UN DON DONNER