Bien vivre l’attente de l’Avent : des chants et explications liturgiques ♪

Une playlist pour bien vivre l’Avent !

Le temps de l’Avent est-il la salle d’attente de Noël ? Vous trouverez ici de quoi comprendre comment la liturgie nous aide à vivre l’Avent activement. Mais aussi une playlist de chants pour inspirer votre prière en ce temps qui a déjà bien commencé.

Le sens de l’Avent

L’Avent ne signifie pas qu’on est “avant” Noël, mais vient du latin advenire, advenir ou arriver, dont le substantif adventus, arrivée, a donné en français avent. Il s’agit donc du temps de l’avent du Seigneur, de son arrivée à laquelle les Chrétiens se préparent. Toutes les prières, les lectures et les antiennes ne disent qu’une seule chose : Préparez-vous ! Le Seigneur est proche !

Mais alors ? N’est-il donc pas déjà venu il y a 2000 ans ? Certes. Cependant, les Chrétiens ne se réunissent pas à Noël simplement pour fêter un anniversaire souvenir… Comme toujours, il faut accueillir le mystère de Noël dans la lumière du mystère de Pâques, et particulièrement de la Résurrection. Le dernier chapitre de l’Apocalypse ne cesse de marteler ces paroles du Christ ressuscité :

« Voici que je viens sans tarder ! Heureux celui qui garde les paroles de la prophétie de ce livre !

[…] Voici que je viens sans tarder ! Et j’apporte avec moi le salaire que je vais donner à chacun selon ce qu’il aura fait !

[…] Oui, voici que je viens sans tarder ! (Ap 22,7.12.20a).

Et l’Esprit Saint inspirant l’Église de répondre :

« L’Esprit et l’Épouse disent : Viens ! Celui qui entend, qu’il dise aussi : Viens !

Celui qui a soif, qu’il approche. Celui qui le désire, qu’il boive l’eau de la vie, gratuitement !

[…] Amen ! Viens, Seigneur Jésus ! » (Ap 22,17.20b).

C’est la foi dans le Christ ressuscité, et donc vivant, qui fait espérer en sa venue. S’il était simplement mort et enterré, aucun avent ne serait de mise. Ou alors c’est de la réincarnation, mais les Chrétiens savent que la réincarnation n’existe pas. En revanche, si vivre, pour le Christ ressuscité, signifie plus que jamais quelque chose de réel, ce qu’enseigne la foi et ce que célèbre la liturgie, alors l’espérance de sa venue n’est rien moins que légitime.

Cette espérance est marquée par la couleur liturgique en violet.

Les quatre semaines du Temps de l’Avent consistent donc en une préparation aux fêtes entourant la venue du Christ parmi les hommes. Mais à bien y réfléchir, le Christ vient de trois manières différentes :

  • Il est venu comme Dieu-fait-homme il y a deux mille ans à Bethléem : 1re venue
  • Il vient sans cesse, comme ressuscité, et se manifeste aux hommes par le témoignage de l’Église dans le monde : 2e venue
  • Il vient toujours comme ressuscité, et c’est le Dernier Jour qu’espèrent les Chrétiens et auquel ils se préparent : 3e venue

C’est ce que proclament les prières et les lectures de ce temps.

Jusqu’au 16 décembre, les prières vont insister sur la 2e et la 3e venue. Par exemple :

« Donne à tes fidèles, Dieu tout-puissant, d’aller avec courage sur les chemins de la justice à la rencontre du Seigneur (2e venue), pour qu’ils soient appelés, lors du jugement, à entrer en possession du Royaume des cieux (3e venue), par Jésus Christ… » (Oraison du 1er dimanche de l’Avent)

« Réveille-nous, Seigneur ! Décide-nous à préparer les chemins de ton Fils (3e venue) afin que par le mystère de sa venue, nous puissions te servir d’un cœur purifié (2e venue), par Jésus Christ… »

(Oraison du Jeudi de la 2e semaine de l’Avent)

À partir du 17 jusqu’au 24 décembre, elles insisteront plus sur la mémoire de la 1re venue comme prémice des deux autres. Par exemple :

« Dieu créateur et rédempteur des hommes, tu as voulu que ton Verbe éternel prenne chair dans le sein de la Vierge ; sois favorable à notre prière : que ton Fils unique qui s’est fait l’un de nous, nous donne part à sa vie divine, Lui qui vit et règne avec toi… » (Oraison du 17 décembre)

La demande se fait de plus en plus pressante à mesure que Noël approche, et, n’en pouvant plus d’attendre, finit même par s’adresser directement au Christ — ce qui est rare dans la liturgie — :

« Seigneur Jésus Christ, hâte-toi, ne tarde plus ! Que ta venue réconforte et relève ceux qui ont foi dans ton amour ; Toi qui vis et règne avec le Père… » (Oraison du 24 décembre)

Difficile de distinguer ici entre les trois venues ! Toutes les trois ensemble sont évoquées dans cette prière qui précède immédiatement celles de la messe de la nuit de Noël. On pourrait faire la même constatation avec les Préfaces qui introduisent à la Table Eucharistique de ce temps privilégié.

À travers le prophète Isaïe, les épîtres de saint Paul et particulièrement Jean Baptiste dans les évangiles, toutes les lectures des dimanches invitent à la vigilance :

  • 1er dimanche : Veillez !
  • 2e dimanche : Préparez le chemin du Seigneur !
  • 3e dimanche : Les boiteux marchent ! Le Seigneur est au milieu de vous !
  • 4e dimanche : Les annonces à Joseph (an. A), à Marie (an. B) et la Visitation (an. C)

Quant à la Liturgie des Heures, les hymnes, les antiennes, les répons ne cessent de reprendre ce thème tout au long des jours de l’Avent. Les psaumes sont chantés dans cette même perspective, sur des tons majoritairement inspirés des quatre premiers modes grégoriens (cfr. chap. II).

Enfin, si, tout au long de l’Avent, un jeûne est proposé aux Chrétiens, il ne s’agit pas tant d’un jeûne de pénitence que l’entrée dans le mystère même de l’attente non seulement par le cœur, mais aussi par le corps. Il ne s’agit pas de ne rien manger, car jamais l’Église n’a demandé une abstinence absolue de nourriture pour quelque jeûne que ce soit. Il s’agit de s’exercer, en refrénant certains besoins immédiats comme la nourriture, à recevoir à Noël l’essentiel : le Christ Jésus comme vraie nourriture pour la vie éternelle offerte aux hommes dès la naissance du Fils de Dieu dans le monde.

Imprégnée de cette attente, l’Église est prête à célébrer Noël dans une véritable allégresse.


Vivre l’Avent en écoutant les chants de l’Emmanuel !

Saviez-vous qu’1 chant sur 5 entonné aujourd’hui dans les paroisses de France est un chant de l’Emmanuel ? Il était donc important d’en faciliter l’accès afin de mieux préparer les cérémonies. Les Éditions de l’Emmanuel lancent donc des best of thématiques de chants. Le premier est une compilation de chants de l’Avent et de Noël qui sauront nous aider à ce temps dans lequel nous venons d’entrer.

Articles récents

“J’ai compris que Dieu passe par moi aussi”

“Merci pour cette attente !” Antoinette-Marie est célibataire. Dans cette situation qu’elle n’a pas choisie, la question de la fécondité ...

Comment célébrer la fête de Noël – 1 chant à découvrir et quelques idées liturgiques

  « Pendant tout le cycle de l’année, l’Église commémore tout le mystère du Christ, de l’incarnation jusqu’au jour de ...

70 ans des apparitions de l’Ile-Bouchard

Le 8 décembre 2017 marque l’anniversaire de 70 ans de la première apparition de la Vierge Marie à L’Île-Bouchard. Le ...

“C’est devenu notre mot de passe dans le doute”

François-Xavier et Yvonne Solange Ngarambe sont rwandais, membres de la Communauté de l’Emmanuel. Ils témoignent avec leur fils aîné Emmanuel ...

Comment ne pas louper l’Avent ?

Noël approche… Comment ne pas louper l’Avent ? Les prêtres de l’Emmanuel nous donnent leurs trucs pour se préparer à ...

Hermann Glettler ordonné évêque en Autriche. “Allez, guérissez et proclamez !”

Plus de 7 000 personnes étaient à l’ordination épiscopale d’Hermann Glettler au gymnase d’Innsbruck en Autriche le 2 décembre 2017. ...

FAIRE UN DON DONNER