Hermann Glettler ordonné évêque en Autriche. “Allez, guérissez et proclamez !”

Plus de 7 000 personnes étaient à l’ordination épiscopale d’Hermann Glettler au gymnase d’Innsbruck en Autriche le 2 décembre 2017. Le nouvel évêque a choisi cette devise : “Euntes curate praedicate” qui signifie : “Allez, guérissez et proclamez !” Retrouvez ci-dessous le mot de remerciement de l’évêque et les photos et vidéos de l’évènement .

Ordination épiscopale d’Hermann Glettler @Vanessa Rachlé/Diözese Innsbruck

Retrouvez toutes les photos ici

Mot de remerciement de Mgr Hermann Glettler

En tant qu’évêque nouvellement ordonné du diocèse d’Innsbruck, je vous salue tous chaleureusement ! Une véritable “fête de la foi” nous est donnée aujourd’hui. Je salue tous les invités qui sont venus d’autres länders, en particulier la grande délégation de ma région d’origine, la Styrie. De même, je salue cordialement tous les invités qui ont voyagé des diocèses voisins, de Bolzano-Bressanone, Trente, Augsbourg et Munich-Freising. En tant qu’évêque émigrant à l’intérieur de l’Autriche, j’adresse mes salutations très expresses et mes remerciements pour l’accueil extraordinairement chaleureux à tous les tyroliens et tyroliennes ! Je salue tous les membres du personnel honoraire et à temps plein de notre diocèse, dans la pastorale et la coordination des travailleurs de la paroisse, ainsi que tous les diacres et les prêtres. Vous avez tous porté et façonné l’Église de ce pays pendant des décennies grâce à votre prière, votre travail et votre engagement sincère. Faisons route ensemble !

La clé d’une vie d’abondance est la gratitude, pas une réclamation ou une demande. Premièrement, je veux remercier Dieu pour ma vie. Cela me remplit d’émerveillement de voir à quel point il m’a conduit jusqu’à maintenant, énergiquement et tendrement en même temps. Je voudrais aussi remercier tous ceux qui m’ont accompagné depuis mon enfance – d’abord mes parents et frères et sœurs pour le soutien de la famille et tous les soutiens divers. J’ai appris à la maison à vivre simplement et à croire au Dieu généreux. Cela reste inscrit dans mon âme.

Je remercie cordialement tous les amis, les enseignants et les compagnons – hommes et femmes, avec lesquels j’ai été autorisé à marcher un bout de chemin – je remercie spécialement tous les prêtres, dont le modèle mais aussi la fragilité de la vocation sacerdotale m’inspirent. Cher frère prêtre, j’ai appris à développer mes talents et à ne pas désespérer de la défaite. J’aimerais particulièrement mentionner mon cercle d’amis parmi les travailleurs culturels contemporains. Votre travail m’a donné une ouverture au monde et m’a rempli intérieurement !

De même, je remercie tous les amis et les frères et sœurs de la Communauté de l’Emmanuel, dans laquelle j’ai grandi depuis le milieu des années 80. J’ai expérimenté la joie de partager le trésor de la foi avec d’autres ! Je vous remercie pour votre persévérance dans la lutte pour que les paroles et les actes puissent faire expérimenter la miséricorde de Dieu aujourd’hui.

Avec l’ordination j’ai été accepté aujourd’hui dans le collège des successeurs des apôtres. L’Église mondiale est clairement représentée ici avec notre nonce apostolique, que je remercie chaleureusement pour ses paroles rafraîchissantes, et avec tous les évêques présents – du Mans en France jusqu’à Gitega au Burundi. Je remercie les consécrateurs, notre métropolite Franz Lackner, l’évêque de ma région d’origine Wilhelm Krautwaschl et mon prédécesseur Manfred Scheuer – particulièrement pour son sermon encourageant, et tous les autres évêques réunis ici, avec à leur tête notre cardinal Christoph Schönborn. Je salue cordialement les évêque de nos diocèses voisins.

Les apôtres ont des noms, une histoire de vie concrète, des talents et des défauts. Le bureau qui m’est confié aujourd’hui me dépasse en tant que personne. Les attentes dirigées vers moi dans l’attente de mon ordination sont très élevées. Mais malgré mes faiblesses personnelles et mes incertitudes, qui me restent clairement sous les yeux, l’épiscopat nous ramène à la dynamique originelle de l’impulsion de Jésus. Au pied du mont Bergisel c’est la même vocation qu’à l’époque du lac de Génésareth. C’est la dynamique de l’amour qui émane de Jésus, touche les gens à travers les siècles et les appelle à sa suite. Face au danger d’une bureaucratisation générale de toutes les sphères de la vie et des services religieux, il est d’autant plus urgent dans la dynamique du premier démarrage de retrouver la fraîcheur, l’amour et la générosité du nouveau départ. Je salue tous les enfants et jeunes qui sont ici aujourd’hui. S’il vous plaît faites plus de bruit dans l’église et n’oubliez pas de “laisser le confortable canapé de la richesse pour vous jeter dans le monde” (Pape François). J’étais très jeune quand j’ai senti l’appel de Dieu. Dieu ne crie pas, il murmure dans nos cœurs. Écoutez-le. Vous serez utiles ! Je ne le dis pas exclusivement, mais très clairement en direction de nouvelles vocations sacerdotales !

Je voudrais montrer le chemin en tant qu’évêque d’une église locale, qui ne se pétrifie pas dans l’apitoiement sur soi, dans l’épuisement et dans des discussions sur des problèmes internes, mais qui a la volonté de se mettre en route. Être sel et lumière – au milieu de notre société ! L’artiste Gustav Troger a installé un moulin à épices comme poignée dans la crosse. Oui, nous avons besoin d’aller assaisonner, en particulier dans les phases de fatigue et de luttes affaiblissantes. Surtout en tant qu’église à forte pluralité, nous avons la mission de vivre l’unité. Vivre l’unité ! Personne n’est intéressé par les querelles politiques de l’église. Nous nous sommes mutuellement donnés l’un à l’autre ! Je prie pour un renouvellement de la confiance au sein de notre église. Nous avons différents profils théologiques et spirituels, vocations et charismes. Commençons encore aujourd’hui en disant un “non” contre la méfiance et la suspicion, la soumission et le mépris la croyance ou de l’opinion de l’autre !

En tant qu’Église, nous devons nous «oser à nouveau », nous confronter à nous-mêmes – ne pas fuir dans un monde spirituel à part. Nous ne devons pas laisser notre société seule dans les turbulences et la nervosité de la vie d’aujourd’hui. Nous avons seulement ce monde unique, avec sa variété écrasante de vies, de cultures, d’histoires et de milieux – et, en même temps, sa variété écrasante de souffrance, d’injustice et de dépravation. Mais c’est ce destin commun dans lequel nous sommes inscrits en tant qu’Église. En tant que croyants, nous devons apporter davantage de confiance réciproque et d’assurance. Ne nous laissons pas manipuler et égarer par des peurs ! Je salue cordialement les nombreux représentants de la vie publique présents – tous ceux qui ont assumé des responsabilité sur les questions politiques, sociales et culturelles dans notre pays. Au nom de beaucoup, je mentionne les gouverneurs provinciaux de Styrie et du Tyrol, ainsi que le maire de la ville d’Innsbruck. Merci beaucoup pour les aimables salutations, le soutien aux projets sociaux que j’ai proposés et pour les cadeaux “utiles”

Ma mission en tant qu’évêque est de diriger constamment notre perception vers Jésus, qui est pleinement entré dans notre monde. Il était humainement proche et vulnérable – Dieu s’est ainsi rendu lui-même vulnérable. C’est dans la plaie violemment ouverte dans le côté du Crucifié que cela est le plus clairement visible. Depuis 1796, le land du Tyrol est consacré au cœur de Jésus. Cette piété traditionnelle peut donner une nouvelle vitalité. Pour ce faire, le vernis du kitsch et celui d’une charge nationale très exagérée doivent être retirés. Si nous réussissons, nous serons avec le Sacré Cœur ouvert de Jésus dans une école efficace de la miséricorde de Dieu. Le cœur blessé de Dieu nous rend accessibles au plus grand nombre de ceux qui ont à lutter dans leur vie – pour les personnes en deuil désespérées, les déçus, les amers, les socialement défavorisés, les étrangers et les sans-abri. N’oublions pas les âmes seules et ceux qui sont des sans-abri du cœur. Une spiritualité du cœur nous enseigne à prêter attention aux battements de cœur de Dieu. Le Cœur de Jésus bat pour tous !

Nous avons choisi l’Olympiahalle en raison du petit nombre de sièges dans la cathédrale. Peut-être une invitation au départ. Ici, des concerts et toutes les sortes de compétitions sportives possibles ont lieu. En tant qu’Église, nous ne voulons nous cacher, ni dans les sacristies, ni dans les salles baroques – aussi beaux et précieux que soient les lieux sacrés baroques de notre pays ! Nous voulons partager le trésor de notre foi avec autant de personnes que possible dans les lieux actifs de notre temps ! C’est cela l’évangélisation, non de la propagande, mais plutôt la joie de rencontrer la sollicitude et le pouvoir de la foi. Je remercie la grande équipe préparatoire dirigée par l’administrateur diocésain et maintenant vicaire apostolique, Jakob Bürgler. Vous nous avez rendu possible la célébration de cette “Fête de la Foi” pour et avec tous. Ayons le courage d’aller dans de nouveaux espaces vitaux pour répondre au désir de Dieu de notre temps !

Ma mission en tant qu’évêque est de diriger le peuple de Dieu. Il développe sa vitalité seulement lorsqu’il délaisse le camps des spectateurs et entre en jeu avec ses charismes. C’est le jeu de Dieu, le jeu de la vie qu’il nous donne, qui nous prend et ne nous laisse pas comme spectateurs extérieurs. Nous venons de l’expérimenter dans la célébration eucharistique. La communion que nous avons reçue nous pousse à la partager avec ceux qui ont été poussés au bord du terrain de jeu ou dans la rue des perdants. Dans notre vie quotidienne, dans le voisinage immédiat et parmi les collègues de travail, nous sommesappelés à être des «aides à la communion» ! L’Église n’existe que comme une communauté solidaire et dans une entraide qui dépasse de loin les frontières institutionnelles. Dans la tradition œcuménique du Tyrol que je prends volontiers et intensifie, je salue cordialement les sœurs et les frères des autres Églises chrétiennes. Avec une estime particulière la représentation des communautés cultuelles israélites et tous les représentants des autres communautés religieuses qui sont avec nous aujourd’hui. Nous sommes plus connectés que séparés. De même, je salue tous ceux qui se sont négativement éloignés de nous en tant qu’Église ou qui ne peuvent pas partager la foi de notre communauté. Je prie pour que nous restions dans une relation respectueuse et que nous nous servions les uns les autres dans les questions critiques.

En 2014, le jubilé des 50 ans de notre diocèse a commencé avec la devise « rompre ». A ensuite commencé le processus de renouvellement du diocèse, encore jeune, que je voudrais reprendre et continuer. Il est maintenant temps de répondre avec joie à l’appel de Dieu. Alors : vas, guéris et proclame !

Je vous remercie du fond du cœur et demande sur nous tous et sur tous ceux qui ont des liens avec nous, la bénédiction de Dieu !

+Hermann Glettler

Regarder la vidéo de l’ordination

Articles récents

“J’ai compris que Dieu passe par moi aussi”

“Merci pour cette attente !” Antoinette-Marie est célibataire. Dans cette situation qu’elle n’a pas choisie, la question de la fécondité ...

Comment célébrer la fête de Noël – 1 chant à découvrir et quelques idées liturgiques

  « Pendant tout le cycle de l’année, l’Église commémore tout le mystère du Christ, de l’incarnation jusqu’au jour de ...

70 ans des apparitions de l’Ile-Bouchard

Le 8 décembre 2017 marque l’anniversaire de 70 ans de la première apparition de la Vierge Marie à L’Île-Bouchard. Le ...

“C’est devenu notre mot de passe dans le doute”

François-Xavier et Yvonne Solange Ngarambe sont rwandais, membres de la Communauté de l’Emmanuel. Ils témoignent avec leur fils aîné Emmanuel ...

Comment ne pas louper l’Avent ?

Noël approche… Comment ne pas louper l’Avent ? Les prêtres de l’Emmanuel nous donnent leurs trucs pour se préparer à ...

Hermann Glettler ordonné évêque en Autriche. “Allez, guérissez et proclamez !”

Plus de 7 000 personnes étaient à l’ordination épiscopale d’Hermann Glettler au gymnase d’Innsbruck en Autriche le 2 décembre 2017. ...

FAIRE UN DON DONNER