Le Rocher rebondit après le rapport Borloo

Le Rocher a commandé un sondage à l’IFOP sur « Les Français et le plan Borloo », afin de sonder la relation des Français avec la banlieue, son territoire de prédilection. Quel en était le but ? L’équipe du Rocher nous explique.

Pourquoi ce sondage ?

L’idée c’était de donner la parole aux gens sur les banlieues.  Régulièrement elles occupent le devant de la scène médiatique et sont devenues une préoccupation politique. Dans ce contexte, le rapport Borloo commandé par le Président de la République est sorti, afin de sonder la situation des banlieues et de trouver des pistes de solutions. On a saisi cette occasion pour interroger les français sur ce que dit ce rapport.

Quels enseignements en tirez-vous ?

Le sondage de l’IFOP interrogeait 3 aspects :
-Quelle est la qualité du vivre ensemble aujourd’hui ? Quelle est sa réalité ?
-Y-a-t’il besoin d’une réconciliation nationale, comme le constate le plan Borloo ?
-Que faire concrètement pour réussir le vivre ensemble ?

Le premier enseignement c’est que 93% des français pensent qu’il a un problème de vivre-ensemble en France. Le second, c’est un large consensus (80%) sur la nécessité d’une réconciliation nationale à travers des actions concrètes en faveur des quartiers populaires.

Enfin, la troisième question sur laquelle nous nous sommes focalisés, nous révèle les moyens plébiscités ou non par les français. Il correspond au chapitre 19 du plan Borloo, qui parle de l’audace de la rencontre de l’autre et invite à susciter des initiatives de rencontres diverses et variées comme pistes de vivre-ensemble et de réconciliation nationale.

Au titre des moyens, le coaching individuel est majoritairement souhaité (83%), et 78% encouragent les activités bénévoles au cœur des quartiers ainsi que la transmission de la culture française. La solution du jumelage est également populaire auprès des sondés (71%) autant entre établissements scolaires, avec des institutions culturelles, ou encore pour les vacances scolaires. En revanche, seuls 49% souhaitent l’accueil régulier à domicile tout au long de l’année de jeunes défavorisés par des habitants de quartiers plus favorisés.

Pour conclure, ce que les français nous disent dans ce sondage n’est pas nouveau. Tout cela conforte la raison d’exister du Rocher : il est né comme une initiative pour rencontrer le différent et pour amorcer des pas de réconciliation pour vivre fraternellement. Par les actions que nous menons dans les banlieues depuis 20 ans aujourd’hui, les endroits ou nous avons été ont été des lieux de réconciliation, d’apaisement et de vie fraternelle dans les cités. Le point 19 du plan Borloo est déjà expérimenté par le Rocher : la rencontre de l’autre, les camps de vacance ensemble, l’enseignement du Français… c’est notre quotidien.

Consulter les résultats du sondage