[Il est vivant] Il a broyé mes peurs et ma révolte – témoignage

Si les miracles eucharistiques nous manifestent la présence de Jésus vivant dans l’hostie, les témoignages de vies changés sont la preuve que ces miracles sont appelés à devenir une expérience personnelle. Voici l’histoire de Sœur Marie qui l’a vécu. Un témoignage extrait du dernier numéro d’Il est Vivant.

Eucharistie – Le miracle permanent – IEV n°341


Sœur Marie
Il a broyé mes peurs et ma révolte


Une rencontre de Jésus vivant dans l’Eucharistie, qui change toute une vie. Sœur Marie nous raconte son expérience alors qu’elle n’avait que 16 ans.


Lorsque j’avais 16 ans, l’eucharistie a changé ma vie. J’ai grandi en connaissant Jésus présent dans l’eucharistie. Ce qui me frappait le plus, enfant, était l’exposition du Saint Sacrement toute la journée, dans la prairie, lors des sessions d’été à Paray-le-Monial où nous nous rendions chaque année en famille. Ma première communion a aussi été un moment extrêmement fort. Pourtant dès l’âge de 12 ans, j’ai délaissé la foi de mon enfance. Les doutes m’ont assaillie, puis la révolte, ma famille ayant vécu deux très grosses épreuves. À l’âge de 15 ans, j’ai même déclaré à mes parents ne plus vouloir aller à la messe ; s’ils me forçaient, à l’âge de 18 ans, je me détournerai complètement de Dieu !

SOMMAIRE DU NUMÉRO :

4 Les miracles eucharistiques
Introduction
Histoire de la Fête-Dieu et récits de miracles
22 Science et miracles – De l’explication à l’implication
28 Dans la Bible – « Moi, je suis le pain vivant qui est descendu du ciel »
38 Points de repère – Que nous dit le catéchisme ?
42 Morceaux choisis – Pape François : catéchèse sur la messe
48 Petite histoire de l’adoration
50 Rencontre avec…
Le père Florian Racine
Soeur Beata, csj
56 Florilège de témoignages
66 Vivre avec Dieu
Sur les pas de… Carlo Acutis
Partez en pèlerinage avec Il est vivant ! en Italie – Manoppello, Lanciano, Padre Pio, Monte Sant’Angelo, Rome…
72 Notre sélection
À lire
À écouter

Voir le site d’Il est Vivant !


Ils m’ont alors fixé un engagement : aller au moins à Paray l’été, ce que j’ai fait. Chaque fois j’étais soutenue par la ferveur, l’esprit de louange et d’adoration, et je revenais chez moi pleine de belles résolutions. Pourtant cela finissait par retomber. L’été de mes 16 ans, alors que je restais en marge des temps de prière lors de la session, une animatrice m’a encouragée à la suivre pour la veillée d’adoration des 15-17 ans à la chapelle saint Jean. C’était pour moi hors de question. En revanche, je voulais bien faire un bout de chemin avec elle jusque-là, car j’avais besoin de parler et lui ai confié toute mon histoire, mes doutes, mes révoltes. Elle m’a alors demandé d’entrer dans la chapelle, seulement quelques minutes, pour confier cela à Jésus. J’y suis allée à contrecœur, mais il s’est immédiatement passé quelque chose d’inattendu, difficile à décrire par de pauvres mots humains : alors qu’il y avait beaucoup de jeunes entre le Saint Sacrement et moi (j’étais restée dans l’entrée de la chapelle), toute distance semblait brutalement abolie, il n’y avait plus que lui. Je n’entendais les chants qu’en sourdine, je ne voyais plus le monde autour de moi, je ne sentais que l’amour de Jésus fixé sur moi. Je me suis effondrée à genoux, en larmes, comprenant en un instant combien j’étais aimée et attendue.
Physiquement, j’ai eu la sensation de passer sous un rouleau compresseur : celui de son amour qui broyait mes peurs, mes pleurs, mon déni de lui. Je n’ai eu ni voix ni apparition, mais j’ai su que dans cette hostie, il y avait son cœur brûlant d’amour, et aussitôt m’est revenue à l’esprit cette parole qu’il avait adressée à sainte Marguerite Marie : « Mon cœur est si passionné d’amour pour les hommes, et pour toi en particulier. »
J’ai fait mien ce message. Aujourd’hui, devenue moniale contemplative, j’essaie de vivre dans l’amour de l’eucharistie et de la Parole de Dieu, et de le porter aux autres par mes pauvres prières. Les épreuves n’ont pourtant pas manqué dans ma vie, même après mes 16 ans, mais comme l’a dit Jésus « rien n’est impossible à Dieu. Si tu crois, tu verras la puissance de mon Cœur. » Revenue à Paray cet été, j’ai été particulièrement touchée par ceci lors d’une homélie : « communiez aujourd’hui comme si c’était la première fois, la dernière fois, l’unique fois. »

« Mon cœur est si passionné d’amour pour les hommes et pour toi en particulier »