[Il est vivant] Un numéro pour (r)ouvrir nos yeux sur le miracle de l’Eucharistie

Pour redonner vie à notre manière de recevoir l’eucharistie, Il est vivant sort un numéro sur les miracles eucharistiques. Pour l’introduire, Jean-Luc Moens nous explique pourquoi ils sont importants pour notre foi.

Eucharistie – Le miracle permanent – IEV n°341


Les miracles eucharistiques


Ne sommes-nous pas trop habitués au mystère de l’eucharistie ? Depuis les premiers siècles, des prodiges eucharistiques se produisent, nous faisant sortir de notre torpeur. Ils nous rappellent que c’est vraiment Jésus qui se donne à nous dans ce sacrement ! Qu’à la lecture de ce numéro, nous vivions un sursaut dans la foi ! – Par Jean-Luc Moens


Avant de passer de ce monde à son Père, Jésus nous a laissé un trésor inestimable : l’eucharistie, sa présence réelle au milieu de nous, dans son Église, depuis plus de 2000 ans. Ce n’est pas par hasard si le concile Vatican II affirme que l’eucharistie est « la source et le sommet de la vie chrétienne » (Lumen gentium, 11). « L’eucharistie fait l’Église et l’Église fait l’eucharistie. »
En d’autres mots, sans la messe, l’Église ne pourrait exister. L’eucharistie est un miracle permanent. Un miracle incroyable ! Un miracle auquel nous pouvons assister gratuitement autant de fois que nous le voulons ! Dans les mains du prêtre, le pain devient le corps du Christ et le vin devient son sang.
Même si rien n’est visible pour nos yeux de chair, une transformation extraordinaire a lieu. C’est ce que la théologie a appelé d’un mot compliqué : la transsubstantiation.

SOMMAIRE DU NUMÉRO :

4 Les miracles eucharistiques
Introduction
Histoire de la Fête-Dieu et récits de miracles
22 Science et miracles – De l’explication à l’implication
28 Dans la Bible – « Moi, je suis le pain vivant qui est descendu du ciel »
38 Points de repère – Que nous dit le catéchisme ?
42 Morceaux choisis – Pape François : catéchèse sur la messe
48 Petite histoire de l’adoration
50 Rencontre avec…
Le père Florian Racine
Soeur Beata, csj
56 Florilège de témoignages
66 Vivre avec Dieu
Sur les pas de… Carlo Acutis
Partez en pèlerinage avec Il est vivant ! en Italie – Manoppello, Lanciano, Padre Pio, Monte Sant’Angelo, Rome…
72 Notre sélection
À lire
À écouter

Voir le site d’Il est Vivant !


Pour beaucoup d’entre nous, ce miracle de l’eucharistie est devenu comme normal. Nous communions régulièrement, certains le font même tous les jours, et souvent nous ne pensons pas suffisamment au mystère auquel nous communions. Si nous y réfléchissions davantage, nous pourrions perdre pied. Dieu lui-même met son corps entre nos mains. Dieu lui-même descend nous visiter.
C’est tellement inouï qu’il n’est pas étonnant que, dans l’histoire de l’Église, bien des personnes ont eu de la peine à accepter cette réalité de foi.
Ce fut le cas, par exemple, de deux prêtres de bonne volonté, mais assaillis par des doutes. L’un célébrait dans une petite ville proche de la mer Adriatique, Lanciano, vers l’an 700.
L’autre faisait un pèlerinage pour trouver la foi dans l’eucharistie et a voulu célébrer la messe dans les catacombes de sainte Christine, à Bolsena, en 1263. Tous les deux ont été bouleversés par un prodige : pendant qu’ils célébraient la messe, l’hostie consacrée s’est mise à saigner et s’est transformée en un morceau de chair. Ces deux miracles ont été authentifiés par l’Église. Et il y en a beaucoup d’autres.
Certains ont été liés à des profanations de l’eucharistie. Ce fut le cas à Alatri, une petite ville du sud de Rome en 1228. Une jeune fille a emmené l’hostie consacrée pour la donner à une femme qui avait décidé de la profaner. Elle a emballé l’hostie dans un linge. Arrivée à destination, elle découvre que l’hostie saigne dans le linge ! La jeune fille et la femme sont bouleversées. Elles courent vers le prêtre pour demander pardon. Le pape Grégoire IX, mis au courant, écrit à l’évêque du lieu pour donner des instructions pour faire miséricorde à ces deux femmes.
Les miracles eucharistiques ne manquent pas. Il y en a de très récents, comme nous le verrons dans la suite de ce numéro. Il semble légitime de se demander pourquoi Dieu accomplit-il de tels miracles ? Mais qui peut répondre à la place de Dieu ? Pourtant, nous pouvons faire une conjecture à partir des événements historiques eux-mêmes. Le miracle de Bolsena est intimement lié à l’institution de la « Fête-Dieu » demandée par le Seigneur lui-même à sainte Julienne de Cornillon pour vénérer davantage l’eucharistie et réparer les outrages commis contre ce sacrement.
On peut donc penser que les miracles eucharistiques ont le même objectif : par ces prodiges, Dieu veut que nous comprenions le don merveilleux qu’il nous fait dans l’eucharistie. Il se donne vraiment à nous, pleinement, totalement. Par le sang, il nous rappelle combien l’eucharistie est liée à la passion de son Fils qui est mort sur la croix pour nos péchés.
Par ces signes, Dieu provoque notre foi Les miracles eucharistiques nous rappellent la réalité du sacrement : au cours de la messe, mémorial de la passion du Christ, nous participons à son sacrifice et nous le recevons réellement.
Il faut que l’eucharistie soit vraiment importante pour que Dieu nous donne des signes aussi spectaculaires ! Par ces signes, il en appelle à notre foi. Comme du temps du Christ, tous ne sont pas sensibles à ces signes. Beaucoup de pharisiens n’ont pas eu la foi en Jésus malgré les signes qu’il réalisait. Aujourd’hui encore, des personnes refusent le caractère objectif de ces signes.
Comme toujours, depuis 2000 ans, les signes font appel à la foi de celui qui les reçoit. Et la science, nous le verrons aussi dans ce numéro, vient corroborer la force de ces signes et soulignant des indices impossibles à inventer ou à reproduire.
Ce numéro d’Il est Vivant ! n’est pas seulement consacré aux miracles eucharistiques. Il nous parle avant tout de l’eucharistie, de sa beauté, de sa force, de sa réalité. Puissions-nous, en découvrant les signes que Dieu nous donne, entrer davantage dans le mystère de l’incroyable miracle qu’est l’eucharistie, avec tout notre cœur, avec vénération et respect. Rendons grâce pour ce don extraordinaire de sa bonté et apprenons à recevoir toujours plus dignement celui qui se donne à nous par son corps et par son sang. ¨

Par ces signes, entrons davantage dans le mystère de l’incroyable miracle qu’est l’eucharistie avec tout notre cœur !