[TÉMOIGNAGE] « Ne vous inquiétez pas madame, on va vous enlever « ça » »

Au cours de plusieurs grossesses, Sylvie se voit proposer l’avortement. Comment réagir à cette proposition en tenant compte de sa foi ? Découvrez son témoignage extrait du dernier magazine Il est vivant, consacré à la bioéthique.


Témoignages

Sylvie et Jean-François : « Ne vous inquiétez pas madame, on va vous enlever « ça » »


Dialogue téléphonique avec l’hôpital pendant ma troisième grossesse:

– « Service gynéco, bonjour madame c’est pour quoi ?

– Voilà, je suis enceinte de 2 mois et je viens de côtoyer un rubéoleux ; est-ce qu’il y a un traitement à faire tout de suite ?

– Pas de problème, madame, on va fixer un rendez-vous pour un avortement.

– «…»

Je raccroche effondrée (mon mari était en mer) et je pleure surtout en pensant à ce qu’aurait fait une maman qui n’aurait pas eu la foi. Trois ans plus tard, enceinte à nouveau, je me précipite un jour à la clinique dans un état de fatigue extrême, ressentant des douleurs inquiétantes et commençant à perdre du sang. « C’est votre cinquième grossesse ? Ne vous inquiétez pas madame, on va vous enlever « ça » » Et on me laisse attendre dans un couloir. Grâce à Dieu et à une amie médecin protestante qui m’a croisée, renvoyée chez moi et conseillée, grâce à la fille d’amie venue m’aider, je suis allée au bout. Enfin, pour notre dixième, mon mari et moi précisons au médecin gynécologue que nous savons les risques de trisomie accrus avec l’âge, et lui demandons de ne pas nous inquiéter. Nous ne voulons pas d’amniocentèse, dangereuse pour l’embryon. Il respecte notre vœu, même si – voulant sans doute ne pas garder pour lui les doutes que lui donnait une clarté nucale à la dernière échographie – il me confie une vidéo de celle-ci en nous disant: « Regardez-la bien. »

Nous rendons aujourd’hui grâce pour nos dix enfants qui tous ont trouvé leur voie et peuvent eux-mêmes chanter les louanges du Seigneur. En particulier pour ceux qui auraient pu ne pas exister !

Le « risque de rubéole » fête aujourd’hui ses 10 ans de sacerdoce comme prêtre diocésain. Le « ça » dont j’aurais pu être débarrassée » est la maman de trois de nos 30 petits-enfants.

Et la « suspicion de clarté nucale » est un grand jeune homme porteur de trisomie 21, trésor rempli d’amour, avec plein de désirs dans le cœur ; avec lui et trois autres jeunes adultes trisomiques, nous avons partagé cinq ans de bonheur dans la Fraternité Notre-Dame de l’Étoile. Notre fils poursuit l’aventure dans un projet en construction à Dinard.


Dans le même numéro

S’engager dans les débats bioéthiques : Pourquoi ? Comment ?


S’engager dans les débats bioéthiques : Pourquoi ? Comment ?

Homme, où es-tu ? A l’heure des états généraux de la bioéthique, un dossier très complet sur ces questions s’imposait. ...


BIOÉTHIQUE : le regard de sagesse de Jean Vanier


Le fondateur de l’Arche, expérimenté dans l’accompagnement des personnes handicapées, nous révèle dans cet article des points de repère et une réflexion sur la vie.

Lire l’article ici.