Bioéthique : « Formons-nous et prenons la parole ! »

Quel homme voulons-nous à l’heure du transhumanisme ? Ergothérapeute, Élisabeth a voulu se former pour faire face aux situations difficiles qu’elle rencontrait dans le cadre de son métier. Un message plein d’espérance, diffusé dans le dernier numéro d’Il est Vivant !


Témoignage

Élisabeth : « Formons-nous et prenons la parole ! »


J’ai effectué mes premiers pas d’ergothérapeute au sein de lieux de soins suscitant de nombreuses interrogations éthiques : soins palliatifs, éveil de coma, accueil de personnes en état végétatif chronique ou pauci-relationnel1. Confrontée à la réalité de ces dépendances extrêmes qui semblaient renvoyer la médecine à ses propres extrémités, et interpellée par les questionnements existentiels qui se mêlaient quotidiennement aux transmissions médicales, j’ai désiré me former afin de mieux cerner les grands dilemmes éthiques qui traversent la médecine et la société. Un master en bioéthique m’a permis d’acquérir des connaissances pluridisciplinaires pour guider ma réflexion et ma pratique à l’aurore de ma vie professionnelle et citoyenne. Cette formation a été très fructueuse. J’ai par exemple perçu combien l’interdit de tuer était non seulement un principe fondateur de la vie en société, mais également indispensable pour garder une créativité dans la recherche des traitements contre la douleur, dans les essais de nouvelles méthodes d’accompagnement, dans la préservation des temps dédiés à l’écoute, l’être humain s’accomplissant dans la relation à l’autre.

Aujourd’hui je travaille au sein d’un EHPAD2 où s’entremêlent : grande dépendance et fin de vie, mais aussi recherche sur les maladies neurodégénératives, qui s’appuie de plus en plus sur les travaux des transhumanistes, ou encore émergence croissante des robots « intelligents » chargés d’accompagner nos aînés.

Avons-nous soif de plus d’augmentation… ou de relation ? À ces questions, l’Église a des axes de réponses anthropologiques particulièrement fins et féconds à transmettre avec créativité, bienveillance et exigence. L’occasion est belle: le gouvernement donne la parole aux citoyens. Formons-nous et prenons-la ! Certes, certains jeux sont faits d’avance. Mais précisément, mon espérance ne s’apparente pas un optimisme niant le réel et ignorant les cas de conscience à venir.

Elle s’enracine dans la certitude que le message de l’Évangile est magnifique et vrai, qu’il se murmure déjà dans la conscience de chacun. J’ai l’assurance que les combats futurs sont gagnés d’avance par Jésus, lui qui a connu la fragilité de l’incarnation humaine et lui a donné sa dignité, a fait l’expérience de la limite qu’est la mort, est ressuscité. Ainsi j’ai l’espérance que les ingénieurs qui aspirent à une vie immortelle deviendront un jour des adorateurs aspirant à la vie éternelle !

C’est la raison pour laquelle je me sens concernée par les révisions des lois de bioéthique. J’ai donc souhaité participer aux consultations citoyennes dans le cadre des états généraux de la bioéthique. Ces consultations ont lieu dans toutes les régions de France, sont ouvertes à tous et ont pour objectif de recueillir un large panel des avis de la société. Au cours de la première consultation à Paris, j’ai constaté l’absence de la question du sens de cette démarche sociétale. Selon moi, nous avons trop vite plongé dans les aspects techniques et les conditions d’application des dispositifs envisagés dans les futures lois, sans nous poser en amont la question fondamentale: quel homme voulons-nous ? Et toutes les questions corollaires : l’homme doit-il vraiment transgresser pour progresser ? Tout ce qui est possible est-il souhaitable ? Le désir justifie-t-il le droit ? La fragilité est-elle une tare à éliminer ou une marque de notre humanité ?

1. A l’exemple de Vincent Lambert, ces personnes présentent un état de conscience minimale et des capacités relationnelles partiellement ou totalement altérées en raison d’importantes lésions cérébrales.

2. Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (maison de retraite).

Voir le site d’Il est Vivant !


Dans le même numéro

S’engager dans les débats bioéthiques : Pourquoi ? Comment ?

S’engager dans les débats bioéthiques : Pourquoi ? Comment ?

Homme, où es-tu ? A l’heure des états généraux de la bioéthique, un dossier très complet sur ces questions s’imposait. ...


BIOÉTHIQUE : le regard de sagesse de Jean Vanier

Le fondateur de l’Arche, expérimenté dans l’accompagnement des personnes handicapées, nous révèle dans cet article des points de repère et une réflexion sur la vie.

Lire l’article ici.


[TÉMOIGNAGE] Sylvie et Jean-François : « Ne vous inquiétez pas madame, on va vous enlever « ça » »

Au cours de plusieurs grossesses, Sylvie se voit proposer l’avortement. Comment réagir à cette proposition en tenant compte de sa foi ? Découvrez son témoignage.

Lire l’article ici.